• £££
    Pensées pour nous-mêmes:


    (TON BUT EST INATTEIGNABLE
    MAIS C'EST TON BUT)

    £££

    (Cette super héroïne était amoureuse d'un mur blanc,
    amour bien partagé)

    Kabuki. (Alex Maleev.)

    £££


    "Je danse pour mon député far away from his home"

    Députés d'outre-mer: 
    un quotidien à géographie variable
    LAURE EQUY

       (...) Dix-huit heures de trajet - escales en Nouvelle-Ecosse et à Montréal comprises - séparent sa terre d’élection du Palais-Bourbon. «On est les pires après Wallis-et-Futuna», rigole la députée (radicale de gauche) de Saint-Pierre-et-Miquelon, Annick Girardin, «l’horloge biologique un peu détraquée» à force de jongler entre les fuseaux horaires. Ils sont 27 députés, élus dans les départements et les collectivités d’outre-mer, à avoir pris leurs marques dans la nouvelle Assemblée. Comme leurs camarades métropolitains, ils sont encore dans les cartons, à la recherche d’un bureau, pour certains en train de recruter un attaché parlementaire. Mais pour eux, pas de vendredi rituel en circonscription, pas de saut de puce pour une réunion en commission dans la journée. Il faut anticiper davantage, planifier les aller-retour l’oeil sur l’ordre du jour.

       La rentrée parlementaire et la session extraordinaire les obligent, cet été, à passer beaucoup de temps à Paris. La plupart a participé aux élections du président de l'Assemblée et des présidents de groupes - seul David Vergé (Wallis-et-Futuna) siège comme non inscrit - et a assisté au discours de politique générale. Et ils seront nombreux à débattre du collectif budgétaire qui débute ce lundi. Si bien que Gabriel Serville, du groupe GDR (Front de gauche) n’est rentré qu’un week-end en Guyane depuis son élection et n’y retourne que fin juillet. «C’est mon premier mandat de député, je voulais trouver mes repères, connaître les procédures, visiter les lieux, avoir d’emblée une grille de lecture.»(...)

       (...) Eric Jalton (PS, Guadeloupe) reste aussi six semaines de juin à juillet. En régime de croisière, il privilégie les longs séjours en métropole, «3 à 5 semaines trois fois par an» qu’il fixe selon les textes à l’examen: «On hésite moins à louper une proposition de loi sur l’ostréiculture en Bretagne!» Jean-Claude Fruteau (PS, La Réunion), qui préfère les passages très fréquents de deux jours à Paris, effectuera son cinquième voyage depuis le 17 juin pour le collectif budgétaire, surtout pour suivre le débat sur les transports aériens dont il est rapporteur. Annick Girardin partage son temps entre quinze jours à Paris et quinze jours à Saint-Pierre-et-Miquelon et reste deux mois à l’automne pour le projet de loi de finances.

       Le règlement de l’Assemblée prévoit une enveloppe annuelle correspondant «au coût de 26 passages en classe "club-affaires" entre Paris et la circonscription» pour un députés des DOM et, pour un député d’une collectivité du Pacifique, «au coût de 16 passages en première classe». Les ultramarins sont aussi exemptés de sanction financière prévue pour un député absent plus de deux fois par mois en commission. Et ils ont une priorité de réservation sur les chambres de la résidence hotelière de l’Assemblée, rue de l’Université. Certains ont testé le lit dans le bureau, d’autres louent un studio à Paris ou en banlieue. (...)

    Lire sur:

    £££

    "Nos parents, ben ils z'ont pas passé 
    beaucoup de temps avec nous"


    Passez donc moins de temps 
    avec vos enfants
    Allison Benedikt

       (...) Elizabeth Kolbert introduit son article «Gâtés pourris» par une scène qui se déroule en Amazonie péruvienne, alors qu’une famille tribale part pour une expédition de collecte de feuilles de cinq jours le long de la rivière, accompagnée par Yanira, une fillette d’une autre famille. Voici les observations de l’anthropologue Carolina Izquierdo: 

       Bien que Yanira n’ait pas eu de rôle précis dans le groupe, elle ne tarda pas à trouver le moyen de se rendre utile. Deux fois par jour, elle balayait le sable des matelas, et aidait à empiler les feuilles de kapashi pour les rapporter au village. Le soir, elle pêchait des crustacés, qu’elle nettoyait, faisait bouillir, et servait aux autres. Calme et maîtresse d’elle-même, Yanira «ne demandait rien» se rappelle Izquierdo. Le comportement de la fillette fit une forte impression à l’anthropologue car au moment de cette excursion, Yanira avait juste 6 ans.

       Kolbert décrit ensuite une autre étude anthropologique: celle de 32 familles de classe moyenne de Los Angeles qui ont accepté d’être filmées en train de «manger, se disputer, se préparer et faire la vaisselle». Seulement voilà, devinez qui ne la faisait pas, la vaisselle? Les enfants de 6 ans.

       Dans les familles de LA observées, aucun enfant n’accomplissait de tâche ménagère sans en avoir reçu l’ordre. Souvent, il fallait les supplier pour qu’ils accomplissent les tâches les plus simples; et souvent, ils refusaient quand même. Lors d’un épisode assez typique, un père demande cinq fois de suite à son fils de 8 ans d’aller prendre un bain ou une douche s’il te plaît. Au bout de la cinquième demande sans réaction, le père va chercher le garçon et le traîne jusque dans la salle de bains. Quelques minutes plus tard, l’enfant toujours pas lavé va dans une autre pièce jouer au jeu vidéo.

       L’argument de fond de Kolbert est que nous, les parents américains, nous y prenons mal. Du moment où nous laçons les chaussures de nos enfants jusqu’à notre analyse de leur moindre déception émotionnelle, en passant par la punition uniquement appliquée après avoir compté jusqu’à trois —sans oublier nos tentatives désespérées pour ne surtout, surtout pas atteindre ce chiffre fatidique— nous gérons les moindres faits et gestes de nos enfants jusqu’à ce qu’ils ne soient plus capables d’en faire un sans nous.(...)

    Lire sur:

    £££

    "Ben... Y sont où les gars du gardiennage 
    qui devaient nous tenir les paravents?"


    G4S : le scandale 
    qui enflamme (?) l'Angleterre 
    avant les Jeux
    (Ah? On croyait que c'était le
    dépassement du budget initial...)

       (...) G4S est la plus importante société de gardiennage privée au monde. Elle emploie 650 000 personnes dans 125 pays. Choisie par le comité international olympique pour assurer le recrutement et la formation d'une partie des agents de sécurité lors des Jeux olympiques de Londres, qui débute le 27 juillet, elle avait passé un contrat avec le Locog (London Organising Committee of the Olympic Games, ou Comité d'organisation des Jeux olympiques de Londres). D'un montant de plus de 360 millions d'euros, ce contrat prévoyait que G4S fournisse 10 400 gardes pour les Jeux olympiques de Londres sur les 23 500 nécessaires au total.

       Le samedi 7 juillet, moins de trois semaines avant le début des Jeux, le gouvernement anglais a appris que G4S ne remplirait son contrat et ne fournirait qu'une petite partie des 10 400 gardiens attendus. Nick Buckles, le directeur général de G4S s'est excusé samedi 14 juillet sur la BBC : "Nous reconnaissons que nous avons sous-estimé la tâche de fournir du personnel pour les JO. Nous le regrettons profondément." (...)




    Lire sur:




    £££
    Benoît Barvin

    votre commentaire

  • @@@

    "Super nouvelle! Vous allez pouvoir m'aider à me nettoyer, alors?"

    Plus de 5 milliards de dollars de bénéfices 
    pour BP, un an après la marée noire

       (...) Le géant pétrolier britannique BP a annoncé mardi avoir enregistré plus de 5 milliards de dollars de bénéfices au deuxième trimestre, alors qu'il avait essuyé une perte massive de 17,15 milliards un an plus tôt en raison de la marée du golfe du Mexique.
       BP, qui a bénéficié comme ses rivaux de la forte remontée des cours de l'or noir par rapport à l'an dernier, a enregistré un bénéfice net part du groupe de 5,62 milliards de dollars (soit environ 3,9 milliards d'euros), pour une production d'hydrocarbures en baisse de 10,7% à 3,43 millions de barils équivalent pétrole par jour, a-t-il précisé dans un communiqué.
    © 2011 AFP

    @@@

    "Ces déplacements express me donnent sacrément chaud...
    Et, avantage, ils me font perdre du poids"

    L'UMP« tour express » de Xavier Bertrand 
    aux Antillles et en Guyane

       (...) C'est Xavier Bertrand lui même qui avait annoncé sa volonté de compenser l'annulation du tour des plages de l'UMP par Jean-François Copé en se déplaçant tout d'abord au Touquet, dans le bassin d’Arcachon, en Vendée, en Corse et ... aux Antilles. Le tout représentant selon le JDD : 9 réunions avant fin juillet.
       La question qui se pose, compte tenu de la brièveté de ses séjours en Martinique, Guadeloupe et en Guyane est la suivante : S'y est-il rendu en tant que Conseiller politique de l'UMP ou comme Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé ? En effet, s'appuyant sur la décision de Xavier Bertrand, d'aller à la rencontre des militants, on pourra trouver surprenant un tel marathon sur un temps aussi si court, ne pouvant que provoquer, la frustration des élus et de la population de ces départements d'Outre Mer ? (bof, c'est rien que des bougnoules, doit penser notre ami?)
    Lire l'article sur:

    @@@

    "Les économies de bouts de chandelles ne passeront pas par moi!"

    l'Unef critique le nouveau calcul des bourses

       (...) Les bourses d'enseignement supérieur sur critères sociaux sont attribuées sous conditions de ressources: les revenus retenus pour le calcul du droit à une bourse sont ceux perçus deux ans auparavant (n-2).
       Il y a des "dispositions particulières" qui tiennent compte de la situation des parents (divorce, séparation, remariage de l'un des parents), ainsi que des "dispositions dérogatoires" relatives à l'année de référence des revenus (n-2) (bien...).
       En effet, "les revenus de l'année civile écoulée, voire ceux de l'année civile en cours, peuvent être retenus" en cas de "diminution durable et notable des ressources familiales" du fait de maladie, décès ou chômage, de changement dans la situation de l'étudiant et/ou son conjoint à la suite d'un mariage ou d'une naissance, ou encore en cas de "surendettement des parents", rappelle la circulaire du 28 juin 2011 du ministère.
       Cependant, la circulaire n'évoque plus le cas d'"une diminution des ressources consécutive à une mise en disponibilité, à un travail à temps partiel, à une réduction du temps de travail durable ou à un congé sans traitement (congé parental par exemple)" (pas bien...).
       Pour l'Unef, cette modification "va opérer des économies de bouts de chandelle sur le dos des familles les plus fragilisées par la situation économique du pays" (oh que c'est étonnant!).

    @@@

    (Le Résident n'apprécia pas la plaisanterie)

    @@@
    Luc Desle

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique