•     Pépin la bulle est une série télévisée française d'animation image par image pour les jeunes enfants, diffusée en 1969 et 1970, puis rediffusée en 1974, qui raconte les aventures de trois jouets qui appartiennent à un petit garçon qui s'appelle Pépin. Celui-ci a le pouvoir magique de pouvoir faire voyager ses jouets à travers le monde à l'intérieur d'une bulle de savon.

        Cette série est une création d'Italo Bettiol et Stefano Lonati  qui se sont associés dans la société Belokapi qui crééra plus tard Chapi Chapo.

        La série comprend 39 épisodes de cinq minutes chacun. Le scénario est de Michel Karlof qui est à l'origine de l'idée de départ.

    François de Roubaix a composé la musique d ela chanson du générique, sur des paroles de Michel Karlof, chanson interprétée par Jean-Jacques Gallard, soliste de la chorale des "Petits Chanteurs d'Asnières"


    Les personnages

        Pépin : un petit garçon, contrairement aux autres personnages ce n'est pas un objet, le rôle est en effet joué par Dominique, le fils de Michel Karlof ; il porte un béret orange surmonté d'un pompon vert. Il n'apparait qu'au début de chaque épisode dans une scène qui a été filmée une fois pour toutes
        Brigantine : une poupée représentant une petite fille modèle habillée en rose, elle a deux nattes qui se soulèvent en fonction de ses émotions
        Garatakeu : un singe facétieux, il joue du xylophone et utilise souvent des expressions comme « cent millions de cacahuètes », « mille kilos de cacahuètes » ou « misère et peau de banane », lui aussi porte un béret à pompon comme Pépin (mais entièrement vert)
        Fouretout : un petit toucan, il porte un costume, des lorgnons sur son bec et un chapeau melon
        Bamao : un pygmée
        Clapotis : un gros hippopotame bleu avec un museau rose
        Kimono : une petite japonaise en tenue traditionnelle
        Bruissemendailes : un gros papillon rose
    1. Gilles Loison et Laurent Dubois, François de Roubaix : Charmeur d'émotions, 568 pages, Éditions Chapitre 12, ISBN 978-2915345063
    2.  Maison de production Sonimage - chanson disponible sur disque Philips - référence : B 370.774 - durée : 2 min 5 sec.

       Avec peu de moyens mais beaucoup de poésie et un esprit d'enfance enchanteur, Pépin la Bulle a bercé l'enfance de nombre de jeunes téléspectateurs des années 70. 
       La fraîcheur, les scénarios limpides et, surtout en ce qui me concerne, la musique entraînante de François de Roubaix, trop tôt disparu, tout concourt à faire de ce programme une récréation symbolique au cœur d'un monde qui n'en manque pas, certes. Mais les valeurs véhiculées à l'époque - les années 70 , celles du "Peace and Love" - sont à mille lieues de celles que nous connaissons aujourd'hui. D'où cette petite page un rien nostalgique que j'assume.
    °°°


       Aglaé et Sidonie est une série télévisée d'animation française en 65 épisodes de cinq minutes, créée par André Joanny et diffusée à partir de 1968 sur la première chaîne de l'ORTF.

    Synopsis 

    Aglaé la truie et Sidonie l'oie vivent toutes les deux heureuses dans la ferme de leur ami Agénor le coq ; tout irait bien pour les trois amis, s'il ne leur fallait constamment se méfier de Croquetout le renard.

    Épisodes 

    1. Le coq du clocher
    2. Les nuages
    3. Aglaé et Sidonie parlent anglais
    4. On nettoie le poulailler
    5. La leçon de danse
    6. Le cirque
    7. Aglaé est dans le vent
    8. La lettre anonyme
    9. Croquetou est pompier
    10. Écho et compagnie

    Distribution (voix)

        Une autre création, un rien antérieure, qui nous parle d'un monde déjà en voie de disparition, celui de la ferme - familiale - en proie aux attaques du renard - figuration habile du captalisme bientôt triomphant? 
       Malheureusement pour les sociologues, les scénarios sont un rien basiques. Chaque personnage est amicalement croqué, surtout les deux amies du titre. Voir Aglaé, la gentille truie, un peu nunuche, copiner avec Sidonie, l'oie un rien coquette, vaut toutes les madeleines de Proust.
       Un générique rien que pour le plaisir, donc.

    Benoît Barvin

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique