• $$$
    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE MAÎTRE DES CLEFS
    SAIT-IL OUVRIR LES SERRURES?)

    $$$

    (Femme aérant sa moustiquaire)




    $$$

    (Le sexe halal avait de la tenue...
    et de la cuisse)



    Les sex-shops halal, 
    un créneau porteur

    MEHER KACEM

       (...) A nouveau, les marchands ambulants ont repris possession de l'hyper centre de Tunis après la dernière campagne municipale [contre les étalages dans les rues de la capitale], qui remonte à deux mois et qui a été suspendue après le décès d'un vendeur ambulant qui s'est immolé par le feu. Parapluies, cigarettes de contrebande, parfums, et faux-bijoux sont vendus à des prix imbattables, et au diable les mises en garde des services compétents contre la nocivité de tel ou tel produit.

       Mais voilà qu'un nouveau produit commence à s'imposer : les stimulants sexuels ! En effet, ils sont de plus en plus nombreux à squatter les trottoirs situés en face des mosquées pour vendre tout type de stimulants sexuels. Gélules, pilules, crèmes et lotions.

       La scène laisse tout de même perplexe : des hommes barbus, tous vêtus de kamis [longue chemise], qui expliquent le plus sérieusement du monde les bienfaits de tel ou tel produit. Ces mêmes vendeurs étalent des burqas [voile intégral]. Les produits faits à base de viandes de taureaux ou de serpents sont présentés en tant que produits naturels et bio. (...)

       (...) Les clients sont exclusivement des hommes. Aucune femme n'ose s'arrêter pour acheter les produits à caractère sexuel, d'autant plus qu'il n'y a pas de vendeuses pour les prendre en charge. Par contre, c'est la bousculade au rayon des cosmétiques.

       Le commerce des stimulants sexuels, où ce qu'on peut appeler les "sex-shops halal" est, paraît-il, un créneau porteur. En effet, l'un des vendeurs (qui a préféré garder l'anonymat) nous a affirmé que son commerce lui rapportait entre 35 dinars et 80 dinars par jour [16 à 35 euros], ce qui lui fait un revenu mensuel qui varie entre 1 050 et 2 400 dinars [463 à 1 059 euros]. Il est donc normal que ce phénomène se propage aussi rapidement.

       Les aphrodisiaques vendus sur la place publique ne sont pas certifiés. Provenant de la contrebande et de fabrication artisanale, les produits en question peuvent causer d'énormes dommages d'ordre sanitaire. D'origine complètement inconnue, les pommades, huiles et crèmes peuvent engendrer de terribles dégâts à la peau, sans parler des comprimés à avaler. (...)

       Mohamed Rebhi, directeur de l'hygiène du milieu et de la promotion de l'environnement, nous a affirmé que les actions du ministère de la Santé sont très limitées : "Nous menons quelques actions de temps à autre, mais c'est insuffisant, compte tenu du nombre élevé de marchands ambulants et des risques auxquels sont exposés nos agents, ce commerce étant contrôlé en grande partie par le milieu interlope". Et d'ajouter, dans un long soupir : "L'Etat a d'autres priorités".

       Selon un marchand ambulant, la plupart des produits proviennent d'Afghanistan, ce que nous avons pu remarquer sur les notices, si on peut appeler ainsi le bout de papier collé à la main sur l'emballage.

       Les contrebandiers qui font les aller-retours entre la Tunisie, l'Algérie ou la Libye et l'Afghanistan pour inonder le pays de ces produits sont des Tunisiens, soutient notre interlocuteur. En effet, les produits ramenés d'Afghanistan transitent généralement par la Libye, sinon par l'Algérie. Les contrebandiers, fins connaisseurs de toutes les pistes entre ces trois pays, n'ont aucun mal à les passer. (...)


    $$$

    (La gaieté de la marchande de vin
    ne plaisait pas à son mari)



    $$$
    Luc Desle

    votre commentaire
  • °°°
    Pensées pour nous-mêmes:


    (NE DONNE NI ENVIE NI PITIÉ.
    DONNE)


    °°°
    "Mais? Mais qu'est-ce que tu fais?
    - Je t'aide à monter... 
    Qu'est-ce que tu croyais?"



    °°°

    "La discussion, je suis pas contre...
    Pourvu qu'on soit à armes égales..."

    Sin-City-Marv-frank-miller-

    Frank Miller, Batman 
    et le choc des civilisations
    Soren Seelow 

       (...) Pour les amateurs de comics, le dessinateur et scénariste Frank Miller est un héros. Il a déringardisé Daredevil, l'avocat-justicier aveugle de Marvel, a inventé la série Sin City, qu'il a portée à l'écran, et fait entrer Batman dans le XXIe siècle.

       C'est sous son crayon, dans la série The Dark Knight Returns (1986), que Bruce Wayne troque ses gants mauves, sa panoplie de bat-gadgets et les "whizz bam" contre l'uniforme sombre du justicier gothique, ambigu et violent. Le genre est renouvelé : les super-héros vont les uns après les autres quitter leurs collants kitsch pour entrer dans la catégorie BD pour adultes.

       Artisan vénéré de la renaissance des comics, Frank Miller est pourtant un personnage contesté, que ses plus fidèles lecteurs ont parfois du mal à suivre. Provocateur, passionné d'armes à feu, néoconservateur assumé, partisan de la théorie du choc des civilisations, ses prises de position déclenchent des poussées d'urticaire chroniques dans la presse progressiste et déconcertent jusqu'à ses plus grands fans. (...)

       En 2006, il avait accordé une interview à la National Public Radio (lire la transcription en anglais), dans laquelle il justifiait l'intervention militaire en Irak au nom de la guerre contre le fascisme :
       "J'entends souvent les gens se demander pourquoi nous avons attaqué l'Irak, par exemple. Eh bien, nous nous en prenons à une idéologie. Personne ne demande pourquoi, après Pearl Harbor, nous avons attaqué l'Allemagne nazie. C'était parce que nous étions confrontés à une forme de fascisme global, et nous faisons la même chose aujourd'hui [...] Ces gens-là coupent des têtes. Ils traitent leurs femmes en esclaves, infligent des mutilations sexuelles à leurs filles : ils ne se comportent en aucune façon selon les normes culturelles auxquelles nous sommes sensibles. Je suis en train de parler dans un micro qui n'aurait jamais pu être produit par leur culture, et je vis dans une ville où 3 000 de mes voisins ont été tués par des voleurs d'avions qu'ils n'auraient jamais pu construire eux-mêmes."

       Frank Miller n'a pas sa langue, ni son stylo, dans sa poche. L'an dernier, ce génie du crayon s'est également fendu sur son site Internet d'un texte assassin, intitulé "Anarchie", dans lequel il démonte en règle le mouvement Occupy Wall Street :
       "Occupy n'est rien qu'un ramassis de malotrus, de voleurs et de violeurs, une masse indisciplinée nourrie à la nostalgie de Woodstock et empreinte d'une fausse vertu putride. Ces clowns ne font rien d'autre qu'affaiblir l'Amérique", face à la menace d'Al-Qaida et de l'islamisme. "Cet ennemi – qui n'est pas le vôtre, apparemment – doit ricaner, si ce n'est pas éclater de rire, en regardant votre spectacle vain, infantile et suicidaire". Il invite les Indignés américains à rentrer chez maman jouer à "Lord of Warcraft" ou à s'engager dans l'armée : "Mais ils risquent de ne pas vous laisser garder vos iPhones, les enfants."

       Dans l'univers des comics, d'inspiration majoritairement humaniste et libertaire, cette diatribe est mal passée. Vivement critiqué dans la presse progressiste, Frank Miller a même été lâché par une partie de son lectorat, qui a appelé à boycotter ses œuvres. Certains grands noms du monde des comics, comme Mark Millar, ont publiquement dénoncé ses propos. L'auteur de plusieurs épisodes de X-Men, Kick-Ass ou Nemesis a néanmoins volé au secours de son collègue en appelant "à ne pas le boycotter, pas plus que HP Lovecraft, Steve Ditko, David Mamet ou n'importe quel autre écrivain qui ne partagerait pas ma philosophie personnelle, mais dont je suis heureux d'avoir les œuvres sur mes étagères".

       Alan Moore, l'auteur de V pour Vendetta et de Watchmen, s'est montré moins compréhensif : "Je suis sûr que si Occupy Wall Street était un groupe de jeunes justiciers sociopathes le visage grimé en Batman, il y aurait été plus favorable", a-t-il déclaré, avant de s'en prendre à l'idéologie présente dans l'œuvre de Frank Miller. "J'ai trouvé que Sin City était d'une irréductible misogynie, que 300 était largement anhistorique, homophobe et parfaitement erroné. Je pense qu'il y a une sensibilité très déplaisante qui se dégage de l'œuvre de Frank Miller depuis assez longtemps." (...)

    Lire l'article sur:

    °°°

    "Grand vizir, faut-il que nous nous revêtissions
    de notre voile?
    - Pourquoi cela, esclave?
    - Ah bon... Mais je croyais...
    - Ne pense à rien d'autre qu'à ce que je pense,
    Femme."


    °°°
    "Que ceux qui veulent que je me voile 
    approchent d'un pas...
    Un seul..."


    Les JO avec le foulard 
    grâce aux barbus
     Kalvin Whiteoak

       (...) Les puissants émirs et autres indolents barbus phallocrates, assis sur leurs tas d’or et de pétrole et le coude reposant sur leur code de conduite issu tout droit de la charia, ont encore réussi leur coup.

       Les femmes en provenance des pays du Golfe et qui ont voulu être sportives aux JO auront le devoir de porter le voile, en compétition aussi bien sûr.

       Faut dire que les barbus ont mis pas mal de pognon, gagné à la sueur du front des bengalis, dans l’organisation de ce qui n’est plus franchement assimilable à autre chose qu’à un Maxi London Tour pour riches badauds.

       Le plus étonnant et choquant là-dedans est que le CIO, dans sa grande faiblesse et compromission, marche sur la Charte Olympique comme sur un vulgaire puceron invisible (fric et lâcheté, même combat).

       Cette dernière prévoit en effet à son article 16-1-3 que le serment de chaque membre, pays compris, comprendra les termes suivants: "Je m’engage à demeurer étranger à toute influence politique ou commerciale comme à toute considération de race ou de religion" .

       Vive les pétrodollars et qu’avec ces jeux, le monde oublie ceux qui n’ont pas de pain.
    (et que la conn... soit sans fin, Amen)


    °°°
    Benoît Barvin (et Jacques Damboise)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique