• Rolf Armstrong
    1889 ~ 1960




     Bien que nue, cette Brune à la peau blanche est avant tout le fleuron d'une beauté sans acmé sexuelle. Elle pourrait être Salomé au cours de la Danse des 7 voiles - il n'en reste plus qu'un d'ailleurs,  pour demander la tête de Saint Jean-Baptiste. La grâce de la danseuse, la pâleur de son teint, le tout sur un bleu nuit saisissant, tout cela concourt à faire de ce tableau un moment à la fois impudique et terrifiant.



        
       L'image même de la femme américaine des années 50.  Sportive, à la fois élégante et mutine - puisqu'elle porte, avec humour, la tenue de l'Oncle Sam -, voilà la femme blanche, bien en chair, rêvée par la classe moyenne de l'époque. On a l'impression de se trouver face à une jeune étudiante, satisfaite du bon tour qu'elle joue à ses vieux maîtres, mais cependant soucieuse de respectabilité. Son  short ne lui moule pas les formes de manière indécente, quant à son corsage, il ne révèle pas vraiment une poitrine, qu'on imagine ferme, faite pour allaiter un bon gros gars du Wisconsin, par exemple. 


    http://goldenagecomicbookstories.blogspot.com/





        "American Weekly" (hebdomadaire publié par Randolph Hearst, de 1896 à 1986), dans un article de 1952 à propos des filles de calendrier, a surnommé Rolf Armstrong " le roi des Artistes de pin-up ". Armstrong est d'ailleurs considéré comme un des Pères américains du dessin suggestif .  Ses pastels délicats ont orné un grand nombre de publicités, des couvertures de magasines,  de disques et, évidemment, des agendas, depuis plus de 40 ans. 
       Athlétique (Armstrong a enseigné la boxe et le base-ball, en plus de l'art), ses premiers travaux se sont concentrés sur les hommes d'action (les militaires, l'ouest sportif). C'est grâce à la pin-up américaine qu'il a obtenu un incroyable succès.
       Ses filles sont toujours en bonne santé, joyeuses, des bonnes copines avant tout qui, par hasard peut-être, pourraient se laisser aller. Armstrong les a mises à toutes les sauces, dans toutes les strates de la middle-class américaine, insistant à chaque fois sur le côté sain du corps féminin. 

        Une monographie sur Armstrong, "les Rêves de Pin-up : l'Art de  la séduction de Rolf Armstrong " par Janet Dobson et Michael Wooldridge a été publiée en 2001 mais est hélas épuisée.

    Blanche Baptiste

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique