• $$$
    Pensées pour nous-mêmes:

    (L’ANNÉE QUI VIENT
    EST DÉJÀ SUR LE DÉPART)

    $$$

    Bonne Nouvelle Mauvaise Année à toutes et tous!

    $$$

    "A quoi bon prendre la vie au sérieux, puisque de toute façon nous n'en sortirons pas vivants ?"

    Alphonse Allais


    $$$
    L'Equipe de Tu Quoque

    votre commentaire
  • ***
    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE TEMPS NE SE MESURE PAS
    IL SE DÉGUSTE)

    Alphonse Mucha, Rotten

    ***

    « Un coeur noble ne peut soupçonner en autrui 
    la bassesse et la malice qu'il ne sent point en lui. »
    Jean Racine
    (Esther)

    ***

       3 années de vie, pour un blog, c'est à la fois beaucoup et peu. Certains ont atteint 10 ans et plus, d'autres arrivent péniblement à finir l'année de leur création.

       "Tu Quoque Mi Amici" (Toi aussi mon ami) est né de l'exaspération de voir arriver, à la magistrature suprême, un nain politique ( "un pervers polymorphe", comme l'avait appelé un blogueur) qui considérait qu'être Président d'un pays n'était qu'un job. Ses propos ont très vite dérapé et la bande de bras cassés qui l'a entouré, aidé, soutenu, menti, craché son fiel, etc, a vite été insupportable.

       En 2008, après quelques articles, Benoît Barvin, qui faisait seul le blog à l'époque, découragé par l'impéritie du nouveau Pouvoir, a préféré tirer un trait sur des articles réguliers. Il a fallu attendre 2010 et la situation, de plus en plus pénible - les crachats sur les Pauvres, les mensonges devenus monnaie courante, le mépris à tous les étages, bref, une vision dantesque de ce "Cher Pays de notre enfance" que nous ne partagions pas -, il a fallu, donc, que les z'élites parisiennes se transforment en bateleuses de foire pour que "Tu Quoque" renaisse de ses cendres, encore chaudes. Benoît Barvin a été rejoint par une petite équipe et c'est fort de ce soutien que les pages se sont ajoutées aux pages, chaque jour, dans un enthousiasme mâtiné de tristesse - devoir se battre contre la bêtise crasse est toujours une défaite de la pensée...

       Et puis le blog a trouvé son rythme de croisière, il s'est transformée, enrichi, en gardant la Sainte Trilogie sur laquelle, dès le début, il avait été bâti: humour, ironie, détournements.


    "Si vous aussi voulez goûter les fruits juteux de la Fantaisie,
    venez rejoindre les pages de Tu Quoque"

    Fairies, Florence Harrison



       Peu à peu, sans publicité, nous avons fait notre trou et sommes passés de 200 visites journalières à plus de 1000, ce qui nous a satisfait. Puis est arrivé l'éviction du petit homme (dont, déjà à l'époque, nous redoutions que ce ne soit que momentané) et avec lui, la haine s'est amoindrie, pour n'occuper que les petites consciences des battus et de leurs thuriféraires. L'audience de "Tu Quoque" a évidemment chuté, mais depuis de longs mois, nous ne pensions déjà plus de manière étroitement politique mais plus volontiers en termes philosophiques, sociologiques, voire de sagesse (désolé de nous hausser ainsi du col...). Nous avons continué notre petit bonhomme de chemin, plus tranquilles car nous n'étions plus sans cesse insultés et, pour la première fois depuis de trop longs mois, il n'y avait pas à la tête de l'état un Résident ignare et fier de l'être. 

       Depuis, nous avons multiplié les petites expériences (vidéos postées sur le blog, gifs animés, textes inédits de Benoît Barvin, le seul écrivain professionnel du groupe). Nous nous amusons à traquer l'étrangeté du monde, la beauté également de notre planète, via des entrevues musées sur le Net. Le but de "Tu Quoque" est toujours le même: instruire en s'amusant; toujours indiquer les adresses des blogs que nous utilisons; faire de ces pages des moments de plaisir un rien esthétique...

       Merci à toutes celles et tous ceux qui continuent à nous suivre et bonjour aux nouveaux-venus. Et que vive la création libre sur le Net!

    ***

    (Le Printemps sacré fera  refleurir l'espoir)

    Koloman Moser, Ver Sacrum, 1898.

    ***
    L'équipe de Tu Quoque

    votre commentaire
  • +++
    Pensées pour nous-mêmes:

    (DE TA BEAUTÉ INTÉRIEURE,
    SERS-T'EN COMME UNE LAMPE)

    +++
    "Mais? Mais? Qu'est-ce qui vous prend?
    - Je vous souhaite un joyeux anniversaire...
    - Mais ce n'est pas mon anniversaire!
    - Justement, j'en profite.
    - ?"
     
       Cela fait maintenant 2 ans que "Tu Quoque" s'ébat sur la Toile. Avec plus de 750 articles journaliers, ce blog réunit près de 1000 visites régulières, ce qui, parmi les millions d'autres pages politico-artistiques, n'est pas mal. si, si...

       Pour celles et ceux que cela intéresse, notons que "Tu Quoque" est né en 2008. A la barre, à l'époque, le seul Benoît Barvin. Mais ce ne fut qu'un bref passage car, né de l'écoeurement de voir le Résident piétiner ses jardins à la Française, avec la gourmandise d'un méchant nouveau riche, après quelques articles, le créateur de "Tu Quoque" fut pris d'une insondable lassitude. Le malheureux savait que, par le biais d'articles, il ne faisait qu'ajouter aux innombrables commentaires contre - ou pour - le sinistre individu... Il décida donc de saborder "Tu Quoque". Pour toujours, croyait-il.

       C'est à la lecture du blog de Eric Chevillard ( http://l-autofictif.over-blog.com/ ) que Benoît s'écria: "Bon sang, mais c'est bien sûr!". Chevillard est d'abord un impeccable écrivain, et ensuite un discret humoriste. Pourquoi ne pas saupoudrer ce qu'il y aurait dans les pages d'un nouveau "Tu Quoque" de cet indispensable faiseur de bonne santé qu'est l'humour? Tope-là, Benoît était prêt à se relancer. Oui, oui, les choses se passent aussi simplement, Bonnes Gens. Un jour on n'en peut plus, le lendemain on pète la santé! 

       Mais il y avait un hic: Benoît Barvin avait cette fois décidé d'être présent sur la toile chaque matin. Ecrire un article intelligent chaque jour... hum... pas vraiment possible sans, rapidement, se déshydrater l'âme. Et puis, il ne s'en sentait pas vraiment les compétences, devant tous les grands spécialistes qui, heure après heure, saturent l'horizon médiatique. Pourquoi, plutôt, ne pas "sélectionner" des écrits, trouvés sur certains blogs et/ou sites, en mettant en lien, évidemment, la page citée, tout en se permettant de commenter l'article? Et puis, illustrer le dit propos d'une photo, d'un dessin serait une bonne idée, d'autant que, là, Benoît savait pouvoir mettre son grain de sel, via un commentaire ironique...

    "Je souhaite... Hips! à Tu Quoque
    un bon non anniversaire... Hips!"

    (adulte, Alice avait gardé quelques séquelles
    de son aventure avec le lapin blanc)

       Cette fois, notre vieux jeune homme pouvait repartir du bon pied. D'autant que d'autres collaborateurs, rencontrés sur le Net, étaient prêts à lui emboîter le pas. Luc Desle, d'abord, dont le sérieux dans le travail est à saluer bien bas; puis Jacques Damboise, élevé aux grains de l'ivresse spirituelle par Pierre Dac himself (entre autres), auxquels se joignirent bien vite Blanche Baptiste - spécialiste de bd et d'illustrations - et, enfin, Nadine Estrella - petite étoile fragile qui n'intervient que peu, mais nous lit beaucoup, surtout avant parution.

       Une fine équipe, donc, qui tente de vous informer tout en vous divertissant, jour après jour, en conservant cet "angle d'attaque" qu'est l'esprit léger, bien français, paraît-il - auquel s'ajoute cependant un zeste de "fantaisie" anglo-saxonne.

       Nous gardons en ligne de mire la bêtise consensuelle, crasse, idiomatique que véhiculent les porteurs de certitudes, et Dieu sait qu'ils sont nombreux.

       Merci à tous ces fidèles, à celles et ceux qui nous font cette amitié de venir nous lire, chaque matin - ou chaque soir, à ces amatrices et amateurs venus de tous les horizons et d'un grand nombre de pays. Louis Pauwels (avant de devenir une vieille barbe rancie) a dit un jour: 

    "Là où il n'y a pas d'humour, il y a des camps de concentration". 

    Comme il avait raison...

    +++
    "Ainsi donc, Watson, vous êtes troublé
    par l'anniversaire de ces frenchies...
    - Co... Comment le savez-vous, Holmes?
    - Votre braguette est ouverte, old fellow"
    +++

    "Ooohhh Dieu des Sondages...
    Pourquoi nous trahis-tu,
    Moi et mon minuscule mari?"
    Penelope  N.C. Wyeth

    (Cette femme de candidat versait dans le ridicule le plus béat)

    +++

    "Cette position vous convient-elle, Monsieur l'artiste?"
    WILL ST. JOHN

    (Cette autre, elle, n'était qu'une triste exhibitionniste)

    +++

    "Qu'est-ce qui t'arrive? T'es dingue?
    - Tiens donc? Et toi, tu trouves pas
    que le ventre de notre mère 
    est trop étroit, peut-être?"
    MEERESSTILLE: ROBERTA CONI

    +++
    (Le gang des chapeaux de paille,
    venu d'Asie,
    s'apprêtait à envahir le monde)
    BIRDSONG27: SUPRUNTU
    MARC RIBOUD

    +++

    (Comme sa maîtresse,
    la main de la mort jouait toujours en sourdine)
    (SOURCE: AUTARQUE, VIATHEREALMLW)
    +++

    L'équipe de Tu Quoque

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique