• ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (TA SAGESSE SE JOUE

    DES FRONTIÈRES)

    ***

    "Bon, et moi, je m'assois où?"

    http://pencilofdoom.tumblr.com/post/154061422521

    ***

    mediapart.fr

    Hausse record de la surtaxe

    sur les résidences secondaires...

       L'Assemblée nationale a donné la possibilité aux communes en "zones immobilières tendues" de "moduler" (sic) la surtaxe pour résidences secondaires, dont la hausse est souhaitée par la municipalité de Paris, via un amendement socialiste voté vendredi dans le projet de budget 2017.

       L'objectif est "d'adapter (ça ne s'invente pas !) une taxe existante face aux difficultés d'accès au logement" mais aussi de permettre des recettes supplémentaires pour les communes, a expliqué le député PS parisien Pascal Cherki, qui, dans ses trois amendements initiaux, proposait une option allant jusqu'à 80% !

     

       Pour sa part, le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, dans le rôle du "gentil flic", a appelé à "faire attention à ce que le niveau ne soit pas trop élevé". Comme dans les mauvaises négos, c'est donc l'option "intermédiaire" qui fut retenue. Sur conseil du rapporteur général du Budget, Valérie Rabault (PS) M. Cherki a retiré deux amendements et conservé celui rendant possible une taxe jusqu'à 60%. (...)

       (...) Devant faire face à la baisse des dotations, la mairie de Paris avait obtenu de Bercy d'introduire dans le projet de loi de finances rectificatif 2014 la possibilité pour les communes en "zones tendues" de majorer la taxe d'habitation de 20% pour les logements occupés à titre de résidence secondaire.

       Il s'agit de considérer des territoires de la république faisant face à une pénurie de logements comme disposant d'une fiscalité propre. Cette notion, qui en elle même bat en brèche un des acquis majeurs de 1789, à savoir l'égalité des citoyens devant l'impôt, devait encore trop égalitaire pour nos députés socialistes, puisque ceux ci considère désormais qu' "un taux uniforme de 20% pour toutes les communes n'est, dans certains cas, pas adapté pour conférer à la mesure un caractère réellement incitatif, alors que, dans d'autres cas, il s'est avéré élevé pour qu'il puisse être mis en oeuvre", selon sept députés PS signataires des propositions d'amendements. Donc désormais votre résidence secondaire sera taxée de manière totalement arbitraire.(...)

       (...) La Commune de Paris s'engouffre dans la brèche fiscale. Sur proposition du groupe communiste, la majorité de gauche de la ville de Paris a voté le 7 novembre lors des débats d'orientation budgétaire pour 2017 le souhait d'augmenter la taxe additionnelle à la taxe d'habitation sur les résidences secondaires, estimées à 92.000 dans la capitale. Satisfait du vote de l'Assemblée car "nous nous battons depuis deux ans" en ce sens, l'élu parisien et "spécialiste" auto-proclamé du logement, Jacques Baudrier (PCF-FG), a déclaré à l'AFP qu'"il y a urgence à ce que des milliers de résidences secondaires, très peu utilisées, puissent être louées, pour offrir de nouveaux logements, et aider à réduire la pénurie". (...)

       (...) Encore un petit effort, camarade, et tu nous proposeras bientôt la réquisition des logements, conformément à l'un des premiers décrets adoptés par les bolcheviks et visant la gestion du parc immobilier intitulé Sur la nationalisation des biens immobiliers dans les villes et sur la réquisition du loyer, O nacionalizacii gorodskih nêdvižimostêj i o rêkvizicii kvartirnoj platy, que tes camarades soviétiques ont fait promulguer le 4 décembre 1917. C'est ce décret qui mit en œuvre la politique dite de « répartition de l'habitat » (êrêdêl žili ), qui consistait à réquisitionner les appartements bourgeois et à les attribuer aux travailleurs sous forme d'appartements collectifs et condamna cinq générations de Russes à la paupérisation et au mal-logement .

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hausse-record-de-la-surtaxe-sur-187202

    ***

    Benoît Barvin


    1 commentaire
  • +++

    Pensées pour nous-mêmes:

    (RECONSTRUIS-TOI

    TOI-MÊME)

    +++

    "A ta santé, pauvre cloche!

    - A la tienne, sale pouf..."

    (Entre ces nouveaux mariés, la communication passait mal)

    dollmeat3: Fernando Carcupino

    +++

     humeurs.be

    GRÈCE :

    Pourquoi les réfugiés

    ne veulent pas être transférés

    Phil Le Ga

    Translated by Luca Pauti

       Le camp improvisé de réfugiés et de migrants d’Idomeni, près de la frontière avec l’ancienne république yougoslave de Macédoine, a été évacué fin mai. La plupart de ses 10 000 occupants ont été transférés vers d’autres structures, supposément mieux adaptées ailleurs en Grèce, ou se sont installés dans des logements de location. Mais nombre d’entre eux ont décidé de ne pas accepter ce transfert et ont planté leurs tentes ailleurs, notamment le long de la route qui mène de Thessalonique à Athènes.

       La raison qu’ils invoquent le plus souvent pour ne pas s’éloigner des camps de fortune où ils ont passé des mois pour des centres gérés par le gouvernement, c’est qu’ils veulent rester près des frontières, au cas où celles-ci s’ouvrent à nouveau. C’est la principale raison pour laquelle il y a trois mois ils se sont postés près de la frontière, comme à Idomeni, qui est situé à cinq kilomètres du poste de Gevgelija, en Macédoine.

       Plusieurs mois se sont écoulés depuis sa fermeture, et la plupart des réfugiés ont perdu espoir que les frontières s’ouvrent à nouveau un jour. Malgré cela, et malgré les conditions de vie déplorables, ils préfèrent rester là où ils sont ou ne pas trop s’éloigner que d’aller dans les centres récemment ouverts pour les raisons suivantes :

    1. Il ne peuvent pas choisir le centre où ils seront hébergés et n’ont pas la moindre idée d’où ils sont envoyés. Au cours des mois, ils ont tissé un réseau qui, bien que fragile, est la seule vie sociale dont ils disposent. Les adultes et les enfants ont noué des amitiés, les personnes se sont entraidées, de nouveaux couples se sont formés. Ils ont peur d’être dispatchés de manière aléatoire dans des centres différents et d’être séparés de leurs amis, voire de leur famille.

    2. Ils ont peur de la promiscuité et de l’absence d’intimité. Ils ont entendu dire que les nouveaux camps sont installés dans des bases militaires ou des usines désaffectées où des tentes de l’armée sont posées les unes collées aux autres. Les camps de fortune n’offrent pas davantage d’intimité, mais au moins les gens peuvent choisir où planter leur tente, s’organiser en grouper et se déplacer d’une zone à une autre du camp s’ils le souhaitent.

    3. Ils sont inquiets à propos de la nourriture, tant du point de vue de sa disponibilité que de l’absence de variété. Les ONG grecques fournissent trois repas par jour, mais ils sont très monotones (très souvent des pâtes) et ne sont pas forcément du goût des réfugiés de différentes nationalités qui cohabitent dans les camps. Cela peut sembler futile, mais l’alimentation revêt une importance fondamentale non seulement du point de vue de la santé, mais aussi du moral.

    4. Dans les camps de fortune, les réfugiés les plus entreprenants ont ouvert de petites échoppes qui vendaient de tout, des fruits et légumes frais et des produits cuisinés traditionnels, comme les falafels, les kebabs ou les pâtisseries. Ceux qui ne peuvent se permettre d’acheter des plats préparés peuvent cuisiner leur repas sur des réchauds à gaz ou sur des feux de bois. Des femmes et des enfants ont souvent été vus en train de cueillir des herbes et des baies dans les champs aux alentours. Ça n’ajoute pas seulement à leur régime habituel, mais cela les tient occupés et donne un sens à leurs journées.

    5. Et s’il n’y a pas la Wi-Fi ? Une connexion à internet est vitale non seulement car elle permet aux réfugiés de communiquer avec leur famille, leurs parents et amis, mais aussi parce qu’elle leur permet de s’informer et de se distraire. De plus, la connexion est essentielle pour la procédure de demande d’asile en ligne, y compris la toute première démarche, qui consiste à prendre rendez-vous avec l’Office grec pour l’asile à travers Skype. A Idomeni, la Wi-Fi est disponible dans plusieurs endroits, comme les tentes des ONG et des médecins. Il a été rapporté que certains des centres officiels n’avaient pas la Wi-Fi. De plus, les réfugiés craignent que les autorités décident arbitrairement de fermer les connexions.

    6.  Ils craignent également que leurs enfants soient privés d’école. Il n’est pas clair à l’heure actuelle si des classes sont prévues dans les camps officiels. Certains n’ont tout simplement pas de place pour des salles de classe. Il n’y a pas d’enseignement officiel dans les camps de fortune, mais plusieurs ONG, comme les Bomberos espagnols, ont organisé des cours et des jeux qui pourraient ne plus avoir lieu.
    7. Leur liberté pourrait être restreinte. Certains centres ont déjà annoncé que les réfugiés seront libres d’aller et venir, mais qu’il y aura un couvre-feu, ce qui serait vécu comme une humiliation par les adultes.

    8. Ils pourraient ne pas avoir accès à une aide médicale adéquate. Dans certains des centres gérés par des militaires, les soins médicaux sont fournis par des médecins militaires qui n’ont pas d’expérience en matière de femmes et d’enfants. D’autres docteurs seront-ils disponibles ? Y aura-t-il des médecins femme ?

    9. Ils ont peur d’être oubliés. Seules les organisations et les personnes autorisées par le gouvernement grec ont accès aux centres. Les bénévoles indépendants et certains médias pourraient être interdits de visite. Plusieurs réfugiés ne croient pas que, contrairement à ce que le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés leur dit, leur demande d’asile sera traitée plus rapidement dans les centres. Ils ont le sentiment que leur attente est sans fin et craignent que le monde entier les oublie et les laisse croupir là pendant l’éternité.

       C’est la peur de l’incertitude quant aux conditions qui les attendent ailleurs, en particulier au vu de ce qu’ils ont trouvé lors de leur arrivée qui les anime. Des conditions d’accueil très en deçà de leurs attentes, au vu de ce qui les a poussés à partir et de leur combat pour obtenir le statut de réfugié. Il se peut que certaines de ces craintes, de ces doutes et de ces appréhensions sont sans objet et injustifiées. Si l’on excepte un nombre limité de médias, du personnel médical et quelques fonctionnaires, très peu de personnes ont jusqu’à présent visité ces centres gérés par le gouvernement.

       Ce que les réfugiés en savent, ils le tirent des récits de ceux qui en sont revenus, parfois au bout de quelques jours seulement. Les seules autres sources d’information comprennent la chaîne News That Moves, qui tente de dissiper les rumeurs sans fondement et de fournir une information objective et vérifiée, et la page Facebook de Are You Syrious, une organisation basée en Serbie.

       Pour sa part, l’Office grec pour l’asile a annoncé mi-mai qu’il développe une application pour smartphone qui va aider à la dissémination des informations sur le processus pour obtenir l’asile en Grèce. Selon News that Moves, des chercheurs du Département d’informatique de l’Université Harokopio d’Athènes sont en train de développer un le logiciel, qui sera lancé début juillet.

       Pendant ce temps, le département des Migrations grec devra faire des efforts pour mieux communiquer : expliquer aux réfugiés où ils sont emmenés et ce qui les attend sur place ; décrire quels services et installations seront disponibles ; s’assurer que les familles et les parents restent ensemble. Investir et faire des efforts sur la communication serait nettement plus efficace et moins coûteux que d’envoyer des centaines de policiers anti-émeute pour évacuer les gens et un hélicoptère qui survole le camp pendant des heures.

       Ce reportage est publié en partenariat avec The New Continent, un projet journalistique sur le long terme lancé par le photographe français Phil Le Gal, et une plateforme collaborative, avec l’objectif de documenter les histoires des personnes qui vivent à cheval entre les frontières de l’espace Schengen.

     http://www.voxeurop.eu/fr/content/article/5092282-pourquoi-les-refugies-ne-veulent-pas-etre-transferes

    +++

    Luc Desle


    1 commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE COEUR A SES ORAISONS

    QUE LA RAISON NE CONNAIT PAS)

    ***

    http://kitschatron.tumblr.com/post/153906762194

    ***

    blogbresil2014.wordpress.com

    Brésil.

    Dans la rue, les citoyens

    manifestent contre les députés

       La longue avenue qui jouxte la plage de Copacabana, à Rio de Janeiro, était noire de monde en ce dimanche 4 décembre. De São Paulo à Brasilia, une foule compacte brandissait des banderoles clamant “100 % Lava-Jato” (100 % Kärcher) ou “Congrès corrompu”.

       Partout dans le pays, des manifestants ont pris possession de la rue “pour défendre l’opération Lava-Jato et le dispositif anti-corruption”, rapporte O Globo. Le quotidien rappelle que fin novembre, les députés ont mis à bas la plupart des dix mesures anti-corruption proposées par le Ministère public fédéral, et notamment la criminalisation de l’enrichissement illicite et le système de compensation des témoins dénonçant des crimes”.  (...)

       (...) Ce vote des députés est interprété par les manifestants comme une volonté de réduire la marge de manœuvre de la justice, notamment dans le cadre de la vaste opération judiciaire Lava-Jato qui opère depuis plus de deux ans dans le cadre du scandale Petrobras (...) 

       Le texte doit désormais passer au Sénat, dont le président, Renan Calheiros, vient justement d’être mis en examen par le Tribunal suprême, soupçonné notamment d’être impliqué dans des affaires liées au détournement de fonds de Petrobras.  

       Ce dimanche, les manifestants scandaient donc aussi le nom de Renan Calheiros en réclamant sa démission. La plupart d’entre eux, souligne la presse brésilienne, étaient paradoxalement les mêmes qui avaient soutenu le processus de destitution de Dilma Rousseff et son remplacement par Michel Temer. Le scandale Petrobras est bien parti pour changer le Brésil, face au ras-le-bol des citoyens.

    http://www.courrierinternational.com/article/bresil-dans-la-rue-les-citoyens-manifestent-contre-les-deputes

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ¤¤¤

    Pensées pour nous-mêmes:

    (NETTOIE TES PENSÉES

    RÉGULIÈREMENT)

    ¤¤¤

    (Mélanie BoumBoum en faisait toujours un peu trop)

    http://kitschatron.tumblr.com/post/153897026470

    ¤¤¤

    "Ce que je pense de ton costume de Super Vilain?

    Tu veux vraiment que je te fâche, c'est ça?"

    http://kitschatron.tumblr.com/post/153816219048

    ¤¤¤

    (Toi aussi déguise-toi en ravissante idiote grâce à nos

    tenues créées spécialement pour toi!)

    http://kitschatron.tumblr.com/post/153418178875

    ¤¤¤

    Jacques Damboise


    votre commentaire
  • £££

    Pensées pour nous-mêmes:

    (GARDE TOUJOURS TON MAL

    EN IMPATIENCE, LOIN DE CHEZ TOI)

    £££

    "Heu, excusez-moi, il faut que j'aille me

    refaire une beauté...

    - C'est vrai, vous en avez sacrément besoin..."

    (Le patron d'Annie était un peu dépité car sa secrétaire

    venait de refuser ses massages aphrodisiaques)

    (Source: silverfoxclub)

     

    £££

    croa.fr

    Monsanto-Bayer…

    « Quand Bayer achetait des lots

    de femmes à Auschwitz » ?

       « Monsanto et Bayer peuvent signer un contrat, mais n’ont pas le droit de le mettre en œuvre sans notre feu vert », résume une source européenne, qui rappelle qu’en cas de non-respect de cette règle, Bruxelles peut recourir à des sanctions. Aucune limite temporelle n’est imposée aux deux mastodontes pour adresser leur notification. C’est bien le moment d’invoquer les grands principes de la « concurrence libre et non faussée », à bon escient. La Commission européenne doit au plus vite s’opposer au rachat de la firme américaine par l’industriel allemand Bayer. Elle bénéficie pour cela d’un délai de 25 jours après la notification de l’opération. En aura-t-elle le courage ?

       Hormis les dangers sur la santé des produits sortant des usines de ces deux monstres, la concentration des firmes de l’agrochimie accentue la dépendance des paysans vis-à-vis de ces mastodontes. Surendettement des petits producteurs, augmentation des prix des denrées alimentaires, accroissement de la pauvreté et de la faim dans le monde, contrairement à la propagande de ces firmes qui deviennent plus puissantes que bien des États et sont donc en mesure d’imposer leur loi au détriment de la souveraineté populaire. C'est la privatisation du vivant. Une horreur intégrale. Il est vrai que l'horreur n'a jamais trop gêné les entreprises de l'agrochimie. On va le voir plus loin.

       La fusion entre Monsanto et Bayer n’est donc pas une bonne nouvelle pour les peuples. Mais elle doit encore être validée par les autorités de régulation de la concurrence, qui n’hésitent pas, ces derniers temps, à briser des mariages annoncés… et qui n’ont pas encore donné leur feu vert aux rapprochements Dupont-Dow et Syngenta-ChemChina. A ce jour, rien sur le site de la Commission concernant cette fusion… Ouate Inde scie…

       En attendant donc, on peut se pencher sur le passé de ces firmes mondiales. On connaît bien Monsanto, « la firme la plus détestée au monde », ayant à son palmarès la fabrication du « célèbre » agent Orange, un défoliant chimique largué par milliers de tonnes sur les forêts et les cultures du Vietnam durant la guerre des Étasuniens contre ce pays. Avec encore à l’heure actuelle des milliers de cancers en découlant… On connaît bien Bayer, surtout pour son aspirine. Mais que sait-on de son passé ? Une information reçue il y a quelques semaines m’a incité à enquêter. Cette info disait : « Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz ».

       C’est tellement gros que ça ressemble à une cagade, à un hoax comme on dit maintenant. Et pourtant… Et pourtant, allez faire un tour sur ce site qui donne des documentations qui semblent sérieuses :

    http://www4.dr-rath-foundation.org/PHARMACEUTICAL_BUSINESS/history_of_the_pharmaceutical_industry.htm#experiments

       On y apprend que « l’empire économique allemand le plus puissant de la première moitié de ce siècle fut l’Interessengemeinschaft Farben ou IG Farben. Interessengemeinschaftsignifie "Association of Common Interest" (association d'intérêts communs) et n’était autre chose qu’un puissant cartel formé de BASF, de Bayer, de Hoechst et d’autres entreprises chimiques et pharmaceutiques allemandes. IG Farben était le plus grand bailleur de fonds de la campagne électorale d’Adolph Hitler. Un an avant qu’Hitler prenne le pouvoir, IG Farben fait don de 400 000 marks à Hitler et à son parti nazi. En conséquence, après la prise du pouvoir par Hitler, IG Farben était le plus grand profiteur de la conquête allemande du monde, la Seconde Guerre mondiale.

       100 % de tous les explosifs et de toute essence synthétique provenait des usines d’IG Farben. Chaque fois que la Wehrmacht allemande conquit un autre pays, IG Farben suivit, reprenant systématiquement les industries de ces pays. Grâce à cette collaboration étroite avec la Wehrmacht d’Hitler, IG Farben a participé au pillage de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Pologne, de la Norvège, de la Hollande, de la Belgique, de la France et de tous les autres pays conquis par les nazis.

       L’enquête du gouvernement des États-Unis sur tous les facteurs qui ont mené à la Seconde Guerre mondiale en 1946 est arrivée à la conclusion que sans IG Farben, la Seconde Guerre mondiale n’aurait tout simplement pas été possible. Nous devons nous attaquer au fait que ce n’était pas le psychopathe, Adolph Hitler, ni les mauvais gènes du peuple allemand qui ont provoqué la Seconde Guerre mondiale. La cupidité économique de sociétés comme Bayer, BASF et Hoechst a été le facteur clé dans la réalisation de l’Holocauste. »

     

       Il est vrai que les affaires sont les affaires. Et que les multinationales – nouvel avatar de ces consortiums nationaux du siècle dernier – ne s’embarrassent pas, elles non plus, de scrupules. Continuons nos investigations :

       « Expériences médicales à Auschwitz menées par I.G. Farben
    (Du livre « I.G. Farben - d’Anilin au travail forcé » de Jörg Hunger et Paul Sander)
    « Des expériences scientifiques ont également été faites dans d’autres camps de concentration. Un fait décisif est que IG employait le major SS Dr. Helmuth Vetter, stationné dans plusieurs camps de concentration ; il a participé à ces expériences sur ordre de Bayer Leverkusen.

       En même temps que le Dr Joseph Mengele, il a expérimenté à Auschwitz des médicaments désignés « B-1012 », « B-1034 », « 3382 » ou « Rutenol ». Les préparations d’essai ne s’appliquaient pas seulement aux prisonniers malades, mais aussi à des personnes en bonne santé qui ont d’abord été infectées par des pilules, des substances en poudre, des injections ou des lavements. La plupart des médicaments ont provoqué des vomissements ou des diarrhées sanglantes chez les victimes.

       Dans les archives d’Auschwitz, une correspondance entre le commandant du camp et l’entreprise Bayer Leverkusen a été découverte. Il s’agissait de la vente de 150 détenues à des fins expérimentales :

    « En vue des expériences prévues avec une nouvelle drogue de sommeil, nous vous serions reconnaissants si vous pouviez mettre à notre disposition un certain nombre de prisonniers […] Confirmez votre réponse, mais considérez que le prix de 200 RM par femme est trop élevé. Nous vous proposons de ne pas payer plus de 170 RM par femme Si cela vous convient, les femmes seront placées en notre possession. […] »

       - « Nous confirmons votre accord, nous vous prions de préparer 150 femmes de la meilleure santé possible […] »

       - « Nous avons reçu l’ordre de 150 femmes. […] "

       -" Les expériences ont été effectuées. Toutes les personnes testées sont mortes. Nous vous contacterons prochainement sur un nouvel envoi […] " »

       Voilà qui semble accréditer l'horreur. Continuons :

       « Le Tribunal pénal de Nuremberg a condamné 24 membres et dirigeants d’IG Farben à la suite de meurtres de masse, d’esclavage et d’autres crimes contre l’humanité. Étonnamment cependant, en 1951, tous avaient déjà été libérés, continuant à travailler comme consultants pour des sociétés allemandes. Le tribunal de Nuremberg a dissous l’IG Farben, mais pas ses membres, en particulier Bayer, Hoechst et BASF. Aujourd’hui, chacune des trois « filles » de l’IG Farben est vingt ou trente fois plus grande que l’IG Farben était à son apogée en 1944, dernière année de la Seconde Guerre mondiale.

       Voilà quelques éléments qui donnent à réfléchir sur la « mondialisation heureuse » et le gouvernement mondial de fait des grandes firmes multinationales.

       Attention : beaucoup de ces informations proviennent de la fondation d'un personnage controversé, le médecin allemand Rath. Si vous avez d'autres informations confirmant ou infirmant celles-ci, elles seront les bienvenues.

    Sources :

     https://www.terresacree.org/bayer.htm

    http://www4.dr-rath-foundation.org/PHARMACEUTICAL_BUSINESS/history_of_the_pharmaceutical_industry.htm#experiments

    http://www4.dr-rath-foundation.org/Books/paging.php?sdir=the%20crime%20and%20punishment%20of%20i.g.%20farben&dir=the%20crime%20and%20punishment%20of%20i.g.%20farben&start=0&page_nums=1%29#=eng

    http://chr-chomant-editeur.42stores.com/product/Lettres-de-l-entreprise-Bayer-au-camp-d-Auschwitz-sur-l-achat-de-femmes-pour-experimentations-chimiques

    http://www.cbgnetwork.org/163.html
    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article152015

    £££

    Luc Desle


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (SOIS EN COMPÉTITION

    AVEC TOI-MÊME)

    ***

    "Heu... Nue, tu serais plus jolie sur cette monture... 

    - Et mon cul c'est du poulet, peut-être?" 

    (Maria, depuis qu'elle fréquentait les féministes, 

    on ne la tenait plus) 

    easygoingfuture:

    andreea diaconu, equestrian fashion
    http://easygoingfuture.tumblr.com/

    ***

    agoravox.fr

    François Fillon, les 24 heures du Mans

    payées 22, ce sera sans nous !

       Les deux tiers de ces contributeurs au butin de guerre des "républicains" (pauvre Robespierre, qui se retrouve comparé à Fillon !) ont choisi un riche propriétaire terrien sarthois pour les représenter. On imagine l'âge moyen avancé de ces militants, leur désintérêt pour la culture et pour la jeunesse. Une France pluvieuse, à l'image de ce triste département qu'est la Sarthe, retiré, sans industrie, où on passe l'année devant la télévision entre deux beuveries de village. Un endroit qui a oublié les conséquences des traités signés par Fillon et ses amis : ruine de l'agriculture française, fin des subventions, ouverture des frontières, mort des services publics. Après cela, il aura bon dos le sarthois à bérêt d'aller gueuler après les fonctionnaires, quand il vote pour des gens qui ferment bureaux de poste, écoles et hôpitaux de proximité.

       Vous l'avez compris, je n'aime pas François Fillon, et mes proches non plus. Pourtant, je ne viens pas d'une famille communiste, bien que j'ai toujours respecté ces militants ouvriers, aux vues différentes des miennes, qui avaient le mérite de rechercher l'intérêt général, le collectif, et qui défendaient (naivement certes) les plus faibles. Cette gauche ouvrière a disparu, engloutie par la boboisation des héritiers du socialisme, peu différents de Fillon. C'est d'ailleurs curieux, depuis que je suis gosse, tous les politiciens mesquins s'appellent François, allez savoir pourquoi...

     

       Fillon n'est pas un patriote républicain, son programme est à des années-lumières du gaullisme. Proche des nantis, dur avec les humbles, sa future présidence annonce des années de tensions malvenues dans le contexte actuel. Vous me direz que la situation est toujours tendue quand la droite libérale est aux affaires. Mais pas au point d'aujourd'hui, trois cents morts après les attentats, quatorze ans après l'euro et ses conséquences sociales.

       Fillon veut baisser les impôts des riches, supprimer l'ISF. Pour autant, ces gens n'investiront pas dans l'économie active, ils spéculeront et placeront dans l'immobilier, comme toujours. Car le capitaliste franchouillard n'est pas l'aventurier "wasp" américain. Il ne prend aucun risque, il profite comme il peut, s'engraisse et se retire quand c'est trop bouillant. On ne devient pas courageux sur commande.

       Fillon n'aime pas les services publics. Les fonctionnaires représentent la (vraie) république au service de tous. La gratuité, la laicité, le soucis des autres, le désintéressement. Tout le contraire des valeurs libérales. Alors il va les sabrer, comme il a charcuté 300000 postes en tant que vizir de Sarkozy. Au fait, en quoi ces coupes ont-elles relancé l'économie ?

       Fillon n'aime pas le code du travail, le temps libre, les congés payés. Pour lui et ses supporters mayennais des campagnes, il faut bosser pour bosser, douze heures par jour. Se cultiver, voyager, d'ouvrir aux autres, peu pour eux. Vive la France de 1860 ! Celle du second empire, des gosses qui bossaient dans les mines, où les riches savaient se faire respecter, en attendant la révolte des communards (on comprend au passage pourquoi l'histoire sociale n'est jamais au programme des réformes scolaires de droite).

       Fillon représente le passé, c'est un mélange de thatchérisme et d'archaisme rural. Il n'y a rien pour les jeunes dans son programme. Il ne sera jamais le président des forces vives, seulement celui des 35% de seniors sur-représentés dans le corps électoral français. D'où les mouvements sociaux qui découleront de sa politique.

       L'autre dimanche, j'écoutais et j'observais quelques-uns de ses fans dans un bar beauceron. Dix heures du matin, verre de pinard et bière blonde pour ces retraités aux propos antisociaux, xénophobes, anti-jeunes. Certains vont à la messe, bien qu'ils soient très loin de l'amour de leur prochain. Ils sont propriétaires de deux ou trois maisons, vivent de leurs rentes, sortent peu en ville. Ils détestent payer des impôts, il n'y a plus de ligne de car traversant le bourg, le bureau de poste va fermer, l'école communale est vétuste. Mais ils s'en foutent, ils ont leurs deux bagnoles, plus ou moins assurées. Ils n'aiment les gendarmes que pour courir après les cambrioleurs, pas pour verbaliser leurs excès de vitesse et leur conduite en état d'ivresse (le mal des campagnes).

       Une France peu courageuse, qui déteste être contredite (inutile d'essayer !), gueule fort au comptoir mais baisse la tête devant les quelques voyous du coin, déteste le bruit et les nuisances. Cette France sait-elle que sous Thatcher, dans les anneés 1980, les violentes émeutes ont fait des morts ? A-t-elle conscience qu'avant le front populaire et les luttes sociales, l'ouvrier ne vivait pas plus de cinquante ans ? Cette France lit-elle quelques livres, voyage-t-elle de temps en temps ? Non, elle ne lit pas car elle déteste payer pour les médiathèques, le totem des poivrots de comptoirs. Une France qui n'aime pas trop le FN, trop nerveux à son goût (ce n'est pas paradoxal). Nous verrons si la France de Fillon supportera longtemps les conséquences de sa politique économique et sociale à venir...

       Car l'autre France se défendra, comme elle l'a toujours faite. Celle qui travaille, qui étudie, se cultive, s'ouvre aux autres tout en assumant son identité et son patriotisme ne laissera pas une bande de piliers de comptoir détruire plusieurs décennies de luttes sociales. Cette France-là, les "parigots" comme on dit en Mayenne, a enduré les conséquences de la géopolitique post-sarkozyste, au Bataclan notamment. François Fillon sera le président des requins de la finance, des escrocs et des ivrognes du bocage, mais il ne sera jamais celui de la France républicaine, qui saura lui répondre le moment venu. A bientôt, donc, monsieur le sarthois !

    ***

    Benoît Barvin


    2 commentaires
  • ¤¤¤

    Pensées pour nous-mêmes:

    (SOUS LE SABOT DU CHEVAL

    TU TROUVERAS SOUVENT

    DU CROTTIN)

    ¤¤¤

    "Tu sais, Chéri, de quoi j'ai envie?

    - D'un nouveau soutien-gorge?

    - Idiot!"

    http://silverfoxclub.tumblr.com/post/152312788285

    ¤¤¤

    "Mais, Chéri, la bonne va nous voir!

    - La nouvelle est aveugle, tu ne t'en souviens plus?"

    http://silverfoxclub.tumblr.com/post/152312752920

    ¤¤¤

    (Délicatement, l'épouse aimante débarrassa son mari 

    de ses lunettes et c'est avec la tranche du livre

    qu'elle lui fracassa la tronche)

     (Source: lileks, via imperialgoogie)

    ¤¤¤

    Blanche Baptiste


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (SOIS TON ACTE,

    ÉVITE LES PAROLES)

    ***

    "Un bas qui file? Lequel?"

    http://glamoramamama75.tumblr.com/post/153851954411

    ***

    partipourladecroissance.net

    John Pilger :

    « J’ai fait ce film pour briser

    le silence sur la guerre nucléaire »

    Traduction de l’anglais par Rémi Gromelle pour Investig’Action

       John Pilger a couvert la guerre du Vietnam pendant dix ans lorsqu’il était encore un jeune journaliste. Depuis lors, il a mis en lumière ce que cachaient les nombreux conflits et s’est avéré être l’un des analystes les plus fiables en termes de politique internationale ainsi qu’un cinéaste talentueux. En tant qu’ennemi juré de la guerre de propagande, il a salué l’action des lanceurs d’alerte qui ont exposé les terribles abus des gouvernements occidentaux commis avec le silence complice et parfois même l’appui des grands médias. Dans cette entrevue exclusive qu’il a accordée à Investig’Action, John Pilger nous parle de son nouveau film La guerre à venir contre la Chine. Il nous interpelle également sur les dangers actuels d’un déploiement de la guerre nucléaire qui menacerait l’humanité toute entière.

       / Le 5 décembre, votre nouveau film La guerre à venir contre la Chine sera diffusé pour la première fois au Royaume Uni. Pouvez-vous nous en parler ?

       - La guerre à venir contre la Chine décrit le renforcement massif des forces aériennes et navales étasuniennes en Asie et dans le Pacifique, avec dans leur ligne de mire, la Chine. Le film traite autant de la propagande que de la provocation militaire ; les informations nous disent que la Chine menace la paix dans la région en construisant des pistes d’atterrissage sur des îles situées en Mer de Chine méridionale ; mais cela occulte le fait que les États-Unis ont encerclé la Chine avec 400 bases militaires (pourvues de missiles, d’avions, de navires de guerre), qu’un spécialiste en stratégie a surnommé « le parfait nœud coulant ».

       Le film démarre dans les Îles Marshall, où une bombe similaire à celle lancée sur Hiroshima a été testée tous les jours pendant 12 ans. Il met au jour un programme secret (le projet 4.1) qui a transformé tout une nation en cochons d’Inde. C’est là que les EU ont bâti l’une de leurs bases les plus secrètes qui supervise une zone allant du Pacifique jusqu’en Chine.

       / Pourquoi avoir fait ce film maintenant ?

       - La guerre à venir contre la Chine entreprend de briser le silence sur la guerre nucléaire qui, selon des spécialistes militaires, n’est plus inimaginable mais est “une éventualité” ; il décrit une nouvelle guerre froide dans laquelle les « lignes de front » ne sont plus aussi facilement tracées qu’au temps de l’ancienne guerre froide, et les risques et les dangers sont plus importants.

       / De même que la Chine, la Russie semble être une cible majeure. Que pensez-vous de la décision des juges britanniques de fermer des comptes bancaires de RT ? Et que pensez-vous de la récente résolution du Parlement européen contre les médias russes et qui placent ces derniers dans la même veine que la propagande terroriste ?

       - La décision de fermer les comptes de RT a été prise semble-t-il par les banques, car celles-ci craignent peut-être d’être sujettes à des amendes pour « violation des sanctions » contre la Russie. Cependant, on a récemment informé RT que la décision était toujours débattue et qu’aucune menace immédiate ne pesait sur leurs comptes. Ces deux épisodes font partie de l’hystérie anti-Russie encouragée par l’administration Obama ainsi que par l’UE.

       / Vous avez récemment déclaré qu’ « une guerre mondiale a déjà commencé ...et c’est une guerre de propagande ». Que peuvent faire les gens sur le champ de bataille de l’information ?

       - Ce que les gens devraient faire c’est se réunir dans un grand mouvement qui exige que leur gouvernement arrête de piller et d’attaquer les autres pays. Ils n’ont pas à être distraits pas les politiques d’introspection (« politiques identitaires ») et par les fausses réalités de médias qui ne sont rien de plus que des extensions du pouvoir féroce exercé par Washington, Paris, Bruxelles et Londres.

       / L’élection de Trump a soulevé un vif débat aux EU et en Europe. Même certains analystes de gauche ont salué la volonté de Trump de vouloir apaiser les relations avec la Russie. Partagez-vous leur optimisme ?

       - Le mot « apaisement » est un terme datant de la propagande de la guerre froide. En réalité, il y a une autre forme d’apaisement : trop de gens en Europe et aux EU se taisent face aux dangereuses velléités bellicistes de leur gouvernement. Quand les atrocités de Paris se sont produites l’année dernière, Hollande a envoyé des avions de guerre bombarder la Syrie. Avec quelle conséquence ? Il a probablement déclenché d’autres atrocités.

       / Trump pourrait-il être moins belliciste que Clinton ?

       - On ne devrait pas s’inquiéter de qui fait la paix entre la Russie et l’Europe, du moment que la paix est conclue. L’alternative est la guerre, et éventuellement la guerre nucléaire.

       / De nombreuses personnes craignent désormais d’assister à un “séisme politique” similaire dans des pays comme la France où le Front National pourrait accéder à l’Élysée en 2017...

       - Si le Front National brigue l’Élysée en 2017, qui sera pleinement fautif ? Les libéraux, des gens qui s’appellent souvent eux-mêmes « la gauche ». Peut-être qu’ils devraient se regarder dans le miroir ; ce sont eux qui n’ont monté aucun mouvement durable afin de s’opposer à l’austérité ainsi qu’au bellicisme du gouvernement. La Libye a été détruite grâce aux bombardiers de Hollande, de Clinton et de Cameron.

       Avec Kadhafi hors d’état de nuire et la mise à sac de son État moderne, les armes ont afflué vers le sud ; Ce bellicisme stupide ainsi que la destruction délibérée de la Libye ont ouvert les portes à une ruée de migrants et de réfugiés venus d’Afrique. La soi-disant « crise migratoire » en Europe est la conséquence directe des assauts de l’Occident sur des sociétés tribales fragiles. Et qui s’y est opposé parmi ceux qui s’offusquent désormais au sujet de Trump et de Le Pen ?

       La guerre à venir contre la Chine sortira dans les salles britanniques le 5 décembre et sera diffusé sur ITV Network le 6 décembre. Il sera diffusé l’année prochaine aux EU, en Amérique latine et en Australie. Un distributeur est toujours recherché afin qu’il puisse être diffusé en Europe.

    Pour contacter le producteur.

     http://www.investigaction.net/john-pilger-jai-fait-ce-film-pour-briser...
     

    https://www.legrandsoir.info/john-pilger-j-ai-fait-ce-film-pour-briser-le-silence-sur-la-guerre-nucleaire.html

    ***

    Luc Desle


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (HIER ET DEMAIN

    N'EXISTENT PAS)

    ***

     "De la Jamaïcaine? Mais tu m'as dit

    que tu voulais de la Cubaine?

    - J'ai changé d'avis"

     vows_edmund-blair-leighton

    http://loumargi.tumblr.com/post/153383784463/vowsedmund-blair-leighton

    ***

    badoleblog.blogspot.com

    Castro.

    Non, Cuba n‘est pas

    qu'un désastre

    Sabine Grandadam

       “Les Cubains disent souvent sur le ton de la plaisanterie qu’ils sont en meilleure santé et plus instruits que les Américains malgré un embargo de plus de cinquante ans “, écrit un journaliste dans The Independent.

       Et c’est vrai : des graphiques publiés sur le site américain Quartz montrent que les taux de mortalité sur l’île sont plus faibles qu’aux États-Unis et l’espérance de vie égale (79 ans, bien supérieure à la moyenne en Amérique latine), alors que Cuba dépense 12 % de son PIB dans la santé, contre 17 % aux États-Unis. Côté éducation, 99,8 % des citoyens de l’île ont été scolarisés jusqu’en fin de cycle secondaire.

       Ces données ne suffisent pas à dresser un tableau de la réalité du quotidien, admet The Independent, qui souligne les écarts entre la modernisation rapide des villes et le retard, pour ne pas dire l’abandon, des campagnes : des hotspots wifi fleurissent sur les places dans les zones urbaines, tandis que dans les champs, les paysans utilisent toujours la charrue tirée par un bœuf pour labourer”. Néanmoins, poursuit le journaliste, son parent paysan, “qui n’a pas une vie facile et gagne 300 pesos[environ 12 euros] par mois, dispose de l’électricité et de l’eau courante [à un prix modique]. C’est l’héritage de Fidel Castro, qui était avant tout un homme proche de la campagne “.  (...)

       (...) De son côté, note pour sa part l’hebdomadaire Semana, le président actuel Raúl Castro a franchi quelques étapes pour libérer l’économie. Les Cubains ont pu avoir accès à des téléphones portables et des ordinateurs, ont obtenu le droit d’entrer dans les lieux touristiques jusque-là réservés aux étrangers, d’acheter une maison ou une voiture, et même d’ouvrir un petit commerce “.

       Évidemment, nuance la revue colombienne, tout cela reste “théorique “vu le coût prohibitif des produits pour des citoyens qui gagnent en moyenne 25 dollars (23,50 euros) par mois.

       Et malgré la progression rapide d’Internet, ajoute Quartz, le taux de pénétration des nouvelles technologies dans la population dépasse à peine 30 % quand il est de 75 % aux États-Unis.

       Rationnement et faibles ressources individuelles continuent certes de miner le quotidien des Cubains, conclut The Independent. Maintenant que “Fidel “est parti, ils s’interrogent eux aussi sur ce qui adviendra du modèle cubain.   Mais aucun d’entre eux ne souhaiterait vivre dans un pays, aussi riche soit-il, sans une école et des soins gratuits, sans transports publics à prix modique et le taux de criminalité le plus faible des Amériques “.

     http://www.courrierinternational.com/article/castro-non-cuba-nest-pas-quun-desastre

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • %%%

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE BONHEUR NI SE COMMANDE

    NI SE GASPILLE)

    %%%

    "Et un papillon politique de plus qui augmente ma collec'! 

    Le grand chauve au sourire congelé"

    Clockwork, Heinrich Kley, Jugend magazine, 1913. Monkey butt.

    https://fr.pinterest.com/pin/292522938281122316/

     

    %%%

    "Ce joli bouquet, c'est en récompense

    de quoi, François?

    - C'est pass'que t'es une bonne fille, Marianne.

    Bonne et un peu sotte, mais surtout bonne"

    Heinrich Kley 1863-1945

    https://fr.pinterest.com/pin/538672805401469431/

    Les fossoyeurs de la France

    sont de retour

     

       Tous les prétendants de droite et du centre se retrouvent, sans l’avoir vu venir, écrasés par M. Propre. La dernière tentative du bilderberger et ex-repris de justice, Alain Juppé, pour recevoir l’onction de la droite française n’en parait que plus pathétique. La voie semble royale, tant les prétendants de gauche l’ont ornée de vacuité, à commencer par le pauvre Emmanuel Macron qui rêvait de glaner sur les terres de la bobossitude, afin de couvrir le vide abyssal que la gauche a creusé dans son électorat. M. Hollande va pouvoir retourner dans sa belle ville de Tulle et sa région qu’il a su, comme la France, mettre en liquidation judiciaire.

       Malgré les dotations somptueuses dont il a arrosé sa ville et ses alentours, elle reste trois fois plus endettée que la moyenne française, seule Ségolène son ancienne concubine, a fait mieux avec sa région. Le dernier prétendant, Manuel Valls, va pouvoir s’occuper de ses « nouveaux amis éternels » depuis qu’il a oublié les arbres qu’il plantait pour la Palestine, tant le dégoût qu’il a soulevé dans toutes les couches de la société lui colleront à la peau jusqu’à l’éternité, n’en déplaise aux instituts de sondage.

       En mai prochain, pour s’opposer à la « vague Fillon », il ne reste que Marine le Pen, mais le nouvel homme fort de la droite a déjà creusé dans le jardin du Front National : un des filons du FN reste l’électorat catholique et c’est de façon très subtile que le caméléon Fillon a su s’incruster dans ce terreau fertile, rétorquant à Alain Juppé qui se disait plus près du pape François, que son concurrent aux primaires « sur la plupart des sujets sur lesquels Alain Juppé semble vouloir me contester, le Pape François dit la même chose que moi ». Il va être difficile de lutter contre un candidat qui sert d’exemple à un pape, d’autant plus que les nouveaux catholiques ne relèveront même pas la fatuité de l’affirmation. Par cette étrange métonymie, M. Fillon serait doté du charisme d’infaillibité en matière de foi et de mœurs, pas moins ! Le masque tombe facilement pour ceux qui ont encore des oreilles pour entendre ! (...)

       (...) Il est certain que la vie de famille du candidat ne peut que rassurer le français moyen quand on connaît le passif des locataires de l’Elysée depuis presque un demi-siècle, mais la vertu conjugale ne fait pas l’homme d’État vertueux, il ne faut pas mélanger les genres, et la fidélité du couple ne peut en rien servir de caution morale en politique. Si c’était le cas, Charlemagne, Henri IV et Napoléon, eurent été de bien mauvais politiciens. Pire encore, les grands chefs d’état n’ont jamais été les sherpas serviles des pires gouvernants, mais en la matière, on peut dire que François Fillon a ciré toutes les pompes de droites depuis plus de quarante ans, trahissant timidement à l’occasion, mais jamais trop, histoire de garder un strapontin.

       Il a débuté sous l’aile protectrice de Joël le Theule, en 1976, puis adhéré au RPR de Jacques Chirac, en 1977, alors que ce dernier haïssait le député de la Sarthe, autant pour ses orientations sexuelles, que parce qu’il le soupçonnait d’avoir trempé dans l’affaire Markovic qui déstabilisa Pompidou. En 1978, il accompagna son mentor dans ses différents ministères en tant que chef adjoint, mais Joël Le Theule décèdera dans ses bras en décembre 1980, ce qui lui permettra de reprendre rapidement ses mandats électoraux, comme quoi en politique il est bon d’être introduit par les bonnes personnes. Ses succès électoraux lui permirent de se placer en tête des jeunes du RPR, mais soi-disant rénovateurs de la droite, avec Philippe Séguin qu’il soutiendra contre la ratification du traité de Maastricht, en 1992, mais brillera par son absence lors du vote parlementaire.

       À l’époque, avec son groupe de jeunes souverainistes, ils dénoncent notamment l’établissement d’une monnaie unique avant l’attribution d’institutions politiques européennes, ainsi que l’absence de politique économique et sociale. Il a jeté ce froc aux orties depuis bien longtemps ainsi que sa vision gaulliste de la France, qui a prétendument déterminé son engagement politique. Bien qu’ayant pris position pour Balladur, il arrivera en 1995 à briguer un mandat ministériel et servira son adversaire d’aujourd’hui, Alain Juppé, alors premier ministre. C’est durant ses années en tant que que ministre délégué à la Poste, aux Télécommunications et à l’espace, il prendra en main la gestion de France Télécom et mettra en place un certain Philippe Bon à la tête de cette institution qui était la vache à lait de la France.

       L’entreprise qui avait une capitalisation boursière de 580 milliards d’euros voit cette dernière chuter à 18 milliards d’euros en deux ans, et son président condamné à une amende de 10.000 euros (voir lettre AIL n°12). Nos deux pieds nickelés, Juppé et Fillon ne s’entredéchirent pas moins pour diriger la France, on tremble déjà sur le choix de leurs futurs collaborateurs.


       François Fillon prendra opportunément le second train Chirac lors de la réélection de mai 2002 pour devenir numéro 3 du gouvernement et laisser son empreinte sur la réforme des retraites. Pour ceux qui ont la mémoire courte, il veut augmenter la TVA de deux points pour alléger les charges des entreprises, taxe la plus injuste qui existe ; faire passer la retraite à 65 ans, et revenir aux 39 heures sans revaloriser au prorata temporis !

       Ceux qui voteront, ou qui ont voté pour cet énergumène qui n’a jamais travaillé de sa vie dans le privé, ni créé la moindre entreprise, sont soit rentiers, soit aveugles. Il ne faut pas oublier non plus qu’il est co-responsable du calamiteux quinquennat de Sarkozy et sa bande du Fouquet’s qui ont pillé la France. Ce nouveau Monsieur Propre et Normal a, comme toute la parasitocratie française, une si haute opinion de sa personne qu’il avait pris l’habitude de se rendre tous les week-ends près de Sablé, dans la Sarthe, non pas en TGV, pour lequel il s’est battu pour avoir sa ligne, mais en Falcon 7X entre Vélizy-Villacoublay et l’aéroport d’Angers-Marcé, a raison de 27.000 euro la balade. Il va en falloir des heures et des années au smic pour boucher ces menues dépenses, mais l’équilibre de la famille Fillon vaut bien cela.

       En matière de dépense électorale, à l’image de son ex-patron, Nicolas Sarkozy et ses amis de chez Bygmalion, entre le 4 février et le 19 mars 2010, François Fillon a multiplié les vols à bord d’un jet privé pour mener campagne lors des élections régionales. L’addition de ses 14 déplacements s’est élevée à presque 300.000 euros, a révélé l’hebdomadaire Valeurs actuelles. Heureusement, l’organisation de primaires à droite, à la sauce américaine, a attiré 4 millions de mougeons à deux euros le déplacement, et hop, cela fait huit millions d’euros dans le tire-lire électoral.

       Il serait trop long de faire le tour de tous les revirements idéologiques du personnage, mais sa très opportuniste position sur la guerre de Syrie et sa position vis-à-vis de la Russie va attirer nombre de voix altermondialistes dans les urnes, alors qu’il est le plus mondialiste des prétendants au trône.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-fossoyeurs-de-la-france-sont-186828

    %%%

    Luc Desle


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires