Pas une goutte d’alcool pendant un mois : c’est le principe de la première édition de “Tournée minérale”, un événement lancé par la Fondation belge contre le cancer.

   Le nom de l’opération qui a débuté le 1er février dans toute la Belgique ne manque pas d’humour. Il n’en est pas pour autant anodin : le pays de la bière étant également le plus gros buveur d’Europe. “Sachant que 83 % de la population consomme de l’alcool, la Fondation contre le cancer (…) se mobilise pour faire changer les mentalités et inciter les Belges à prendre soin de leur santé. L’alcool est aujourd’hui lié à 5 % des cancers”, relate Le Soir. C’en est même “la première cause”, insiste le quotidien belge.

   Car si février est le mois le plus court de l’année – seulement 28 jours à tenir pour les courageux abstinents du mois –, c’est aussi celui de la journée mondiale de lutte contre le cancer, le 4 février. L’opération de sensibilisation est donc aussi pour la bonne cause puisque les participants peuvent faire un don à la fondation lors de leur inscription sur le site de l’événement.

   Seul ou en équipe – “L’union fait la force”, n’est-elle pas la devise de la Belgique ? –, ils sont actuellement près de 125 000 à avoir relevé le défi. Et l’on compte presque autant d’euros récoltés sur le compteur de dons du site que de participants inscrits.

   “Freiner drastiquement la bouteille permet de limiter non seulement la menace du cancer mais aussi l’apparition de troubles cardiaques. Ce n’est pas tout : cela contribue à un meilleur sommeil, au retour d’un teint frais, à un surcroît d’énergie et à la perte de poids, puisque l’alcool est hautement calorique. En plus, c’est une manière de dépenser moins d’argent”, encourage Le Soir.

   Pour convaincre, le site de “Tournée minérale” met à disposition un calculateur d’argent économisé et de calories non ingurgitées. De quoi faire d’une bière deux coups. Un journaliste du quotidien belge a décidé de se jeter à l’eau et chronique chaque jour ses difficultés à tenir au pays de la bière dans un journal sobrement intitulé “Le verre à moitié à vide”. Son premier billet donne le ton : “Un mois sans alcool, c’est à la fois une montagne et un océan.”