• "Regarde-moi bien dans le blanc des yeux, dit l'aveugle au sourd et muet". Jacques Damboise in "Pensées inconvénientes".

    £££
    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE TEMPS IMPAIR ET PASSE)
    Pcc Jacques Damboise

    £££


    COURTS RÉCITS AU LONG COURS (68)<o:p></o:p>
    pcc Benoît Barvin<o:p></o:p>


    Fille<o:p></o:p>

       Je venais de m’arrêter à un feu rouge lorsque la portière, côté conducteur, s’ouvrit brutalement. Quelqu’un me poussa avec décision et je m’en fus valdinguer contre la portière droite. La voiture démarra sur les chapeaux de roues. « Cette fois, attache ta ceinture » fit une voix dure, bien que féminine. Je m’exécutai machinalement et, au bout d’un long instant d’indécision, j’osai couler un regard anxieux vers l’individu qui venait de s’emparer de mon véhicule… avec moi comme paquet surprise.<o:p></o:p>

       Il s’agissait d’une blonde, un rien enveloppée, avec un joli nez retroussé, des lèvres pleines, un long cou. Le reste de son corps était dissimulé dans un T-shirt glissé dans un jean, le tout ayant de jolies formes, semblait-il. Un parfum d’Ylang-Ylang flottait autour de la fille, accompagnée par une odeur plus âcre, celle de sa sueur, m’apparut-il. « Qu’est-ce que tu regardes ? ». La voix, qui imitait le parler de banlieue, ne dissimulait pas la jeunesse de sa propriétaire et une certaine affectation, en fin de phrases. « Alors ? Tu réponds ? ». De sa main droite elle me frappa soudain et le choc d’un objet métallique sur la tempe me fit pousser un petit cri de souffrance. « Je… Rien… Vous… Je… ». «Super, ça, je suis tombée sur un bafouilleur de première » ricana-t-elle. <o:p></o:p>

       De fait, je n’avais plus les idées vraiment en place. La douleur pulsait dans mes tempes, j’étais à présent réellement effrayé, me demandant ce qui allait m’arriver, avec cette inconnue armée d’un automatique. La fille conduisait mal, et vite. Elle enfilait les rues en se déportant sur la gauche, faisant hurler les véhicules qu’elle évitait d’un brutal coup de volant. A ce rythme, on allait s’emplafonner dans un semi-remorque, comme dans les films de poursuite hollywoodiens…<o:p></o:p>

       « Si vous pouviez… ». « Quoi, tocard ? ». Nouveau coup, cette fois dans les côtes. Je me pliai de douleur. Elle rit, joli rire de gorge qui, en d’autres circonstances, m’aurait attiré. « T’as autre chose à dire ? ». Elle vira soudain sur la droite, de sorte que je me plaquai contre elle. L’Ylang-Ylang m’enveloppa dans ses rets. J’eus comme un éblouissement, me voyant collée à elle, l’embrassant goulûment, alors que nos deux corps…<o:p></o:p>

       Nouveau virage en épingle à cheveux. Cette fois je fut envoyé contre la portière et mon épaule droite avec. Je hurlai de douleur. Furieux, je me tournai vers la fille et lui lançai : « Mais vous voulez nous envoyer dans le décor? ». « Exact, dit-elle. Tout à fait exact ». Sa réponse me souffla tellement que je mis plusieurs minutes à récupérer mes esprits, alors que ma pauvre tire était balancé de droite à gauche, freinait brusquement, repartait avec un hurlement de pneus et de vitesses malmenées, le tout dans une sale odeur de brûlé.<o:p></o:p>

       « Tu me demandes pas pourquoi je veux en finir ? ». Je hochai affirmativement la tête, trop déglingué du cerveau pour parler. « Ben, je te le dirai pas », dit-elle, en riant comme une bête blessée. Cette fois, je me le tins pour dit. Cette fille était dingue. J’allais crever à cause d’une salope complètement timbrée, qui s’était certainement enfuie d’une maison de repos et qui m’entraînait dans sa folle course vers la mort. Une tarée qui, à cause d'une histoire d'amour ayant mal tournée, se la jouait "Thelma et Louise"... Et Louise, c'était moi!<o:p></o:p>

       Les sirènes des voitures de flics s'insinuèrent enfin dans mon cerveau, légèrement déconnecté du réel. J’en vis deux qui tentaient de nous dépasser, de chaque côté, afin de nous barrer la route un peu plus loin et… Nom de Dieu ! On allait tout droit vers le Pont suspendu. En une seconde, j’entrevis ce que la dingue avait l’intention de faire : après un gymkhana au milieu du trafic, elle allait nous jeter, elle et moi, dans le fleuve tumultueux dont les eaux, depuis plusieurs jours d’une pluie incessante en amont, allaient nous avaler gloutonnement.<o:p></o:p>

       « Laisse-moi sortir, je t’en prie » suppliai-je. Elle me foudroya du regard, tout en donnant un nouveau coup de volant qui obligea l’automobile des flics, sur mon flanc, à lâcher prise. « Pourquoi je ferai ça ? ». J’étais transpercé par ses yeux d’un bleu de ciel d’été. J’entrevis toute la souffrance du Monde et cela m’apaisa illico. « Pour… rien… » répondis-je, dans un souffle. «Fous-le camp !» hurla-t-elle alors, en pointant son arme.<o:p></o:p>

       C’est elle qui, en se penchant vers moi, ouvrit la portière et, après avoir détaché ma ceinture d’une geste affolé, et sur une dernière fragrance d'Ylang-Ylang je m’envolai dans les airs. Avant de retomber sur l’asphalte, devant le museau d’une Dodge qui freinait dans un hurlement de freins martyrisés, j’entrevis le visage de Madone de la fille où les pupilles brillaient comme une promesse. «Je ne sais… même pas… son prénom», ânonnai-je, en me recevant tant bien que mal sur le sol.<o:p></o:p>

       Ma voiture – et sa mystérieuse conductrice – démolirent une barrière métallique et toutes deux s’effacèrent du paysage, alors que des gens m’entouraient, pleins de sollicitudes. Je me mis à pleurer, puis ce furent de vrais sanglots qui me déchirèrent le coeur. <o:p></o:p>

      J’avais laissé passer l’Amour de ma vie par pure lâcheté…

    £££

    (Air chanté)
    "Ooohhh Ma Chériiieee...
    n'as-tu paaas
    oubliééé quelque chooose?
    - Non, mon n'Amouuur,
    je ne penseee paaas...
    Pourquoi?
    - Oooohhh, pour Ri-En..."

    Music. Oh Calcutta..by Henri Dauman


    £££

    "Oh, là, regarde!
    - Une tache, je sais, 
    elle est vieille comme le monde, celle-là...
    - Désolée, je fais ce que je peux
    pour te déstabiliser...
    - Mais tu peux peu..."

    Girls in costumes, Volendam, 1950s
    photo by Cas Oorthuys

    £££

    "Ça sert à rien, 
    aujourd'hui t'es moche t'es moche,
    tu peux rien y changer..."

    Marilyn making up..
    photo by Manfred Linus

    (A cette occasion cette actrice comprit que sa
    maquilleuse n'était qu'une sale jalouse et elle la vira illico)

    £££

    "HHHIII!!! C'est pas possib'e! 
    Ch'suis engagée, c'est ça?
    - Non, tu dégages, j'ai dit, et fissa!"

    £££

    Jacques Damboise (dit le Cruel/Méchant ironiste)
    « "Il était triste comme un Premier de l'An passé avec des végétaliens". Jacques Damboise in "Pensées inconvénientes"."L'écrivaine Françoise Sangan conduisait aussi sans chaussures". Benoît Barvin in "Pensées pensées". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :