• %%%

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE DÉSIR TUE

    TA FORCE INTÉRIEURE)

    %%%

    (Glenda regrettait de n'être pas obèse. Peut-être

    devait-elle, pour cela, abandonner la cigarette?)

    René Burri
    77 Strange Sensations
    Paris, Magnum Press
    1998 (via maison-wtvr)

    %%%

    "Soutien quoi?"

    kate-jam-and-diamonds:

    by Craig McDean 1997

    %%%

    "Annie, allez, viens te coucher...

    - NOOON!!"

    this-is-sar:

    Susan at the House on Hedges Lane, Annie Leibovitz, (1988), Brooklyn Museum

    %%%

    Nadine Estrella


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE VRAI POUVOIR

    EST POUVOIR SUR SOI-MÊME)

    ***

    (Concupiscence)

    http://dicaprio-diaries.tumblr.com/post/184124419215

    ***

    http://www.dorffer-patrick.com/2017/01/humour-laique-sans-guerre-de-religions.html

    Le clocher de Notre-Dame
    est digne de dix dons, dis-donc

       ND c’est un peu Paris, un peu la France, un joyau de l’humanité et sonnez trompettes ! Et violons et grandes orgues... La famille Pinault ayant décidé de débloquer 100 millions d’euros, LVMH et la famille Arnault y vont (dis-donc) d’un digne don de 200 millions d’euros.

       En un an, Bernard Arnault s’est enrichi de 8,89 milliards d’€, soit 27 millions d’€ par jour, soit 1,13 millions d’€ par heure, soit 18 816€ par minute, soit 16 SMIC chaque minute.

       Si les Français payés au SMIC, les bénéficiaires d’un RSA, les retraités impécunieux, les étudiants, les chômeurs veulent verser autant que lui, proportionnellement à leurs revenus, calculez combien de décimales après la virgule seront nécessaires pour en écrire le montant sur un chèque.

       Calculez la réduction d’impôt auxquels donneront droit les dons (ceux de Pinault, Arnault et les vôtres).

       Allez-y, allez-y, sortez vos calculettes : on vous lira ci-dessous.

       Théophraste R. Théologien dissident (excommunié) auteur du Saint-Livre : « Si Dieu existait, il aurait d’abord fichu le feu à la dégoûtante meringue blanchâtre bâtie à Montmartre contre la Commune de Paris »)

    https://www.legrandsoir.info/

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (IL EST PLUS SUR D’ÊTRE VAIN

    QUE D’ÊTRE PROFOND)

    ***

    (Sandra aimait le travail trop bien fait)

    http://lilygoat.tumblr.com/post/183407980439

    ***

    https://www.liberation.fr/debats/2018/11/02/les-gafa-dans-la-ville-un-quartier-de-berlin-repousse-google_1689452

    TRIBUNE.

    Slavoj Zizek : « Il n’y a que nous

    pour aider Assange ! »

     Slavoj Zizek ((philosophe))

       Né en 1949, influencé par Hegel, Marx et Lacan, le philosophe slovène Slavoj Zizek est l’une des principales figures de la pensée radicale contemporaine européenne.

       Cela a fini par arriver : Julian Assange a été extrait de l’ambassade équatorienne de Londres et arrêté. Ce n’est pas une surprise : de nombreux signes laissaient présager une telle issue depuis un certain temps. Il y a une semaine ou deux, WikiLeaks avait prédit une arrestation prochaine, ce à quoi le ministre des Affaires étrangères de l’Equateur avait répondu que son pays n’envisageait pas de retirer à Assange l’asile qu’il lui avait accordé – un mensonge flagrant, comme nous pouvons le constater maintenant. Ce mensonge fut agrémenté d’autres encore : WikiLeaks, affirma-t-on, s’apprêtait à divulguer des photographies du président équatorien relevant pourtant de sa vie privée (mais quel aurait été l’intérêt pour Assange d’agir ainsi, de se mettre ainsi en danger ?).

       La récente arrestation de Chelsea Manning (largement ignorée par les médias) rentrait également dans ce cadre. Alors qu’elle avait été pardonnée par le président Obama, Manning est désormais tenue à l’isolement, l’objectif étant à l’évidence de l’obliger à divulguer des informations sur ses liens avec WikiLeaks – et tout cela afin d’étayer la procédure judiciaire qui serait automatiquement déclenchée si les Etats-Unis mettaient la main sur Assange.

       La possibilité d’une extradition vers les Etats-Unis semble réelle au regard de l’attitude de la Grande-Bretagne qui, au lieu de dire qu’elle n’extraderait pas Assange vers les Etats-Unis, a déclaré qu’elle ne l’extraderait pas vers un pays où il serait passible de la peine de mort. Songeons aussi à la campagne de communication parfaitement orchestrée menée ces derniers mois sans relâche et qui culmina avec ces rumeurs invérifiées selon lesquelles les Equatoriens entendaient bien se débarrasser de Assange en raison de sa mauvaise odeur et de ses vêtements sales. C’était là un assassinat symbolique.

       Dans un premier temps, les attaques visant Assange, venues d’anciens amis et collaborateurs, avaient consisté à déplorer l’évolution de WikiLeaks et la dérive politique de son fondateur, à pointer du doigt sa prétendue obsession anti-Hillary et ses liens suspects avec la Russie. Ces attaques furent suivies d’autres, diffamatoires et visant cette fois directement sa personne : il fut dès lors présenté comme un individu paranoïaque et arrogant, obsédé par le pouvoir et le contrôle… Enfin, je l’ai dit, ce furent les mauvaises odeurs et les vêtements tachés.

       Assange, paranoïaque ? Lorsque vous vivez en permanence dans une pièce farcie de micros, en étant l’objet d’une surveillance constante des services secrets, n’avez-vous pas quelques raisons de le devenir ? Assange, mégalomane ? Quand le chef de la CIA (l’ancien chef désormais) déclare que votre arrestation est sa priorité absolue, ne laisse-t-il pas entendre que vous représentez au minimum une menace « considérable » pour certains ? Assange, se comportant comme le chef d’un réseau espion ? Mais WikiLeaks est un réseau espion, mais un qui sert les populations, les tenant informées de ce qui se déroule dans les coulisses.

       Soulevons donc la grande question : pourquoi maintenant ? Un nom explique tout, me semble-t-il : Cambridge Analytica. Un nom qui résume tous les combats de Julian Assange – qui consistent à divulguer les liens entre de grands consortiums privés et les structures gouvernementales –, un nom qui représente tout ce contre quoi il se bat. Souvenez-vous de tout le tapage fait autour de l’ingérence russe dans les élections américaines, de cette véritable obsession pour ce sujet.

       Nous savons maintenant que ce ne sont pas les hackers russes (et Assange) qui ont poussé le peuple américain dans les bras de Trump mais des sociétés spécialisées dans le traitement des mégadonnées et entretenant des relations particulièrement étroites avec le pouvoir politique. Cela ne signifie pas que la Russie et ses alliés sont innocents : ils ont probablement tenté d’influer sur l’issue de ces élections de la même manière que les Etats-Unis s’efforcent de le faire dans d’autres pays (mais cela s’appelle alors venir en aide à la démocratie…). Mais cela veut dire que le grand méchant loup qui dénature notre démocratie se trouve bien ici, parmi nous, et non au Kremlin. Voilà précisément ce que Assange affirmait constamment tout haut.

       Mais où se trouve exactement ce grand méchant loup ? Il y a bien contrôle et manipulation, mais pour en prendre la pleine mesure il importe d’aller au-delà du lien qui peut se constater entre certaines entreprises privées et les partis politiques (comme dans le cas de Cambridge Analytica). C’est à l’interpénétration de sociétés comme Google et Facebook, spécialisées dans le traitement des mégadonnées, et d’agences gouvernementales dédiées à la sécurité étatique qu’il faut surtout s’intéresser. Plutôt que de nous indigner de ce qui se passe en Chine, nous ferions mieux de nous indigner de nous-mêmes, qui acceptons de tels contrôles tout en prétendant être pleinement libres, tout en croyant que ces médias nous aident simplement à réaliser nos objectifs (les Chinois, eux, ne se racontent pas d’histoires : ils savent parfaitement qu’ils sont contrôlés).

       Le tableau général qui se dessine alors – lorsque nous le complétons par ce que nous savons des toutes dernières avancées de la biogénétique – nous offre une image absolument terrifiante des nouvelles formes de contrôle social, en comparaison desquelles le bon vieux « totalitarisme » du XXe siècle passe pour une machine de contrôle plutôt grossière et malhabile.

       La réalisation majeure du nouveau complexe militaro-cognitif a consisté à rendre superflue toute oppression directe et manifeste : les individus sont bien mieux contrôlés et « poussés » dans la direction qui convient lorsqu’ils continuent de se vivre comme des acteurs libres et autonomes de leurs propres existences… Il y a une autre leçon essentielle de WikiLeaks : notre absence de liberté est dangereuse au plus haut point lorsqu’elle est vécue comme le médium même de notre liberté. Qu’y a-t-il de plus libre en effet que ce flux communicationnel incessant qui permet à chacun de faire connaître à tous ses opinions et de former à volonté des communautés virtuelles ?

       Dans la mesure où la licence et le libre choix font figure de valeurs suprêmes, il semble que le contrôle social et la domination ne menacent plus le sujet et sa liberté : l’individu supposément libre en fait l’expérience en tant qu’expérience de soi-même et, ce faisant, les conforte. Qu’y a-t-il de plus libre en effet que nos manières de « surfer » sur la Toile sans la moindre contrainte ? Voilà comment opère aujourd’hui « le fascisme qui a l’odeur de la démocratie ».

       C’est pourquoi il est absolument impératif de faire échapper la Toile au contrôle du capital privé et du pouvoir d’Etat, de la rendre entièrement accessible au débat public. Google contre WikiLeaks (Ring, 2018), ce livre d’Assange étrangement ignoré, contient des pages profondément justes sur le sujet : afin de comprendre comment nos vies sont contrôlées aujourd’hui, et comment ce contrôle est vécu comme une liberté, il nous faut nous intéresser avant tout à la relation tout sauf transparente entre les entreprises privées qui contrôlent nos communs et les agences de renseignement étatiques.

       Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi Assange a été réduit au silence : une fois que le « scandale » Cambridge Analytica a éclaté, le pouvoir politique s’est efforcé de le ramener à un cas isolé témoignant d’un « mauvais usage » du fait de quelques sociétés et de quelques partis. Mais où est l’Etat lui-même ? Où sont les appareils à moitié invisibles de ce que l’on appelle le « deep state », l’« Etat profond » ?

       Il n’est pas étonnant que le Guardian, qui a consacré des pages entières au « scandale » Cambridge Analytica, ait récemment publié une attaque proprement dégoûtante contre Assange, le présentant comme un mégalomane et un délinquant en cavale. Ecrivez autant que vous le voulez sur Cambridge Analytica et Steve Bannon mais ne réfléchissez surtout pas aux sujets sur lesquels Assange avait attiré votre attention : au fait que les appareils d’Etat qui sont désormais censés enquêter sur le « scandale » sont eux-mêmes partie intégrante et active du problème.

       Assange se présentait lui-même comme l’espion des populations, travaillant en leur nom et pour elles : il n’espionne pas les populations pour le compte des puissants ; il espionne les puissants pour le compte des populations. Voilà pourquoi il n’y a que nous maintenant, nous les populations, pour pouvoir réellement lui venir en aide. Seule notre mobilisation, seule la pression que nous pourrons alors exercer sur le pouvoir politique permettront de le sortir de ce très mauvais pas. On a pu lire bien des choses sur les méthodes des services secrets soviétiques : comment ils châtiaient leurs traîtres, y compris lorsqu’il leur fallait attendre des décennies pour cela ; comment ils pouvaient aussi libérer leurs membres retenus prisonniers par l’ennemi, et l’obstination qu’ils y montraient. Assange n’a aucun Etat avec lui : il n’a que nous, les populations. Alors faisons au moins ce que faisaient à l’époque les services secrets soviétiques : obstinons-nous à le libérer, et peu importe le temps que cela prendra !

       WikiLeaks n’est que le début, et notre devise devrait être une devise maoïste : que fleurissent cent WikiLeaks. La panique et la rage avec lesquelles les puissants, tous ceux qui contrôlent nos communs numériques, ont réagi au combat de Julian Assange démontrent à elles seules qu’une telle activité touche le nerf le plus sensible. Dans ce combat, de nombreux coups seront portés en-dessous de la ceinture : de même que Assange avait été accusé de s’être placé au service de Poutine, notre camp sera accusé de jouer le jeu de l’ennemi ; mais il faut s’habituer à cela et apprendre à rendre les coups, à jouer impitoyablement un camp contre l’autre afin de les faire tous deux s’effondrer.

    Traduit de l’anglais par Frédéric Joly

    https://www.nouvelobs.com/debat/20190412.OBS11458/tribune-il-n-y-a-que-nous-pour-aider-assange-par-slavoj-zizek.html?fbclid=IwAR0T_VuD39Qsa357-cBzV1eTucMz1zsb2MmUNrZ64ib4j8fAZr7TGrOu-t8

    ***

    LUC DESLE


    votre commentaire
  • ¤¤¤

    Pensées pour nous-mêmes:

    (SAGE EST L'HOMME

    QUI SE MOQUE D’ÊTRE SAGE)

    ¤¤¤

    (Petite libellule)

    http://norrinffm.tumblr.com/post/184068021721

    ¤¤¤

    http://norrinffm.tumblr.com/post/184084476513/arteysentimiento-self-examination-2012-ray

    ¤¤¤

    (Brève amante)

    http://norrinffm.tumblr.com/post/184082350354/ratak-monodosico-warren-criswell-departure-of

    ¤¤¤

    Blanche Baptiste


    votre commentaire
  • %%%

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE SAGE LUIT

    MÊME DANS LA CLARTÉ)

    %%%

    (Ami entends-tu le bruit mou de l'espoir qui s'écrase au sol?)

    (via rpfashion2014)

    %%%

    http://www.leplacide.com/caricature-Macron-s%27exprimera-au-Congr%C3%A8s-%C3%A0-Versailles-9179-2-sarkozy.html

    La triplette désopilante :
    Macron, Chevalier et Laspalès

       C’est Macron qui a voulu que soit filmée et diffusée cette vidéo où éclate son génie présidentiel : « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux, les gens sont quand même pauvres. On n’en sort pas ! Les gens qui naissent pauvres, ils restent pauvres... »

       Hélas, il avait été devancé. Chevalier et Laspalès : « Moi je ne donne plus à la Croix Rouge, ça ne sert à rien. Avant hier, j’ai donné un paquet de riz, hier j’allume ma télé : il y en avait qui avait encore faim ! 

       Hier je donne 100 € à l’institut Pasteur contre les verrues plantaires : ce matin, en sortant de la douche, j’en avais encore plein les pieds ! Donc, ça ne sert à rien de donner ! »

    Théophraste R. Tagueur : « Travail, famine pâtes riz ».

    https://www.legrandsoir.info/

    %%%

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LA SAGESSE NE SE TROUVE PAS

    SOUS LES PIEDS D'UN POLITICIEN)

    ***

     (Minnie tournait canaille)

     (via rpfashion2014)

    ***

     https://www.babelio.com/livres/London-Greve-generale-/84090

    Pourquoi il faut engager toutes les forces

    en faveur d’une grève générale

       Confédérations syndicales, quand allez-vous rompre avec le « dialogue social » bidon du gouvernement et engager toutes vos forces en faveur de la grève générale en France ?

       Le PRCF met en débat la proposition d’une grande manif de convergence jaune et rouge sur les Champs-Élysées sous l’égide des syndicats, des GJ et des militants progressistes pour appeler ensemble à bloquer le profit capitaliste.

       Combien de samedis de manifestations et de répression avec des blessés par centaines sous les ordres de Macron/Castaner faudra-t-il pour une convergence globale des syndicats afin d’aboutir à une grève générale ?

       Alors que la colère des Gilets Jaunes dure depuis 19 semaines, on se demande pourquoi ce silence assourdissant de la part des syndicats. En effet, les Gilets Jaunes sont pour bon nombre des gens qui galèrent dans leur vie de tous les jours. Ils se sont politisés très vite, en remettant d’abord en cause le prix prohibitif du carburant pour ensuite déboucher sur la demande du RIC et sur des revendications syndicales à savoir : l’augmentation des salaires, du SMIC, revalorisation des retraites et justice fiscale.

       Macron veut faire passer les manifestants pacifiques gilets jaunes pour des extrémistes de droite, des antisémites, des casseurs, des fainéants et des alcooliques. Il envoie les forces de répression contre des femmes et des hommes qui ne réclament que de vivre décemment. De leur côté, les médias inféodés au pouvoir ont comparé, pour mieux diviser, les manifestations gilets jaunes et celles pour le climat, en arguant que ces dernières étaient pacifiques donc dignes d’exemple. Ils veulent faire croire que ce sont les gilets jaunes qui cassent et alors qu’ils savent pertinemment que les casseurs font le jeu du pouvoir et ne cassent pas lors des manifestations organisées par la droite ou les « apolitiques ». Les médias sont uniquement là pour dénaturer le mouvement auprès de la population.

       Ce que les Gilets Jaunes les plus combatifs veulent, comme d’ailleurs beaucoup de syndicalistes de classe, c’est la remise en cause totale du système, de l’Union européenne et du MEDEF, ayant à leur tête un Président illégitime qui au 1er tour des élections présidentielles n’a obtenu que 18% des voix et a été élu au second en mettant en avant le danger Le Pen.

       Aujourd’hui, Macron n’est en rien un rempart à Le Pen puisqu’il applique une politique grossièrement liberticide et fascisante. Cela en se débarrassant des biens publics, en vendant les bijoux de familles (Aéroports, SNCF, EDF, Alstom, STX, FDJ, etc.) et en gouvernant uniquement pour les riches.

       Dans le même temps, il met en oeuvre un big bang néo-libéral et euro-formatée dans l’Éducation nationale et la Fonction Publique et s’apprête à en faire de même avec nos retraites, cherchant à mettre un point final au système social français.

       Alors, dirigeants confédéraux, pendant que les luttes sectorielles se développent dans l’éducation par exemple, à quand une campagne pour expliquer que nous ne pourrons gagner que par un rassemblement général des colères et des luttes qui ne se décrète pas mais qui doit se préparer au moins en insistant sur la nécessité de la convergence des luttes et de la grève générale avec blocage de l’économie pour montrer à Macron et tous ceux qui le soutiennent que les travailleurs de notre pays veulent jouir des fruits de leur travail qui est créateur des richesses empochées par une minorité.

       C’est bien beau de répéter qu’en 1936-1968 nos aînés se sont battus pour obtenir les congés payés, la sécurité sociale, la reconnaissance du syndicat dans les entreprises, des hausses de salaires, la réduction du temps de travail etc. Mais tout cela, ils l’ont obtenu en bloquant les profits capitalistes dans tout le pays et en mettant des millions de travailleurs dans la rue !

       Quant au PRCF, il prend ses responsabilités et met en débat la proposition d’une grande manifestation de lutte à Paris, sur les Champs Élysées, sous la responsabilité con-jointe des Gilets jaunes, des syndicalistes de terrain et des militants politiques progressistes pour appeler d’une seule voix à la grève interprofessionnelle reconductible pour le retrait des contre-réformes présentes et prochaines, pour les salaires et pensions, pour l’emploi, les services publics et la souveraineté du peuple. Débattons de cette proposition sur les ronds-points, dans les AG de Gilets jaunes et dans les entreprises.

    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/engager-toutes-les-forces-en-faveur-de-la-greve-generale-en-france-tract-prcf/

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (ADULTE, SOIS L'ENFANT

    QUE TU AURAIS AIMÉ ÊTRE)

    ***

    (L'homme qui défierait Mâââkrrronnn s'approchait)

    ↵ REBLOGGED FROM DUALVOIDANIMA

    ***

    https://ripostelaique.com/presidence-et-puberte-le-probleme-de-macron-cest-quil-na-pas-denfant.html

    Le président des enfants

    ou le stagiaire en politique

       Son caractère positif cache toutefois un profond mépris de la chose publique. Nous l'avons vu pendant l'affaire Benalla où notamment le travail des sénateurs n'a pas été respecté.

       Pendant la crise des gilets jaunes, les médias n'ont cessé de relativiser le mouvement et, comme à l'accoutumé, on essaye d'amalgamer peuple à la notion de danger (antisémitisme, homophobie, foule haineuse, extrémistes, casseurs, pro-peine de mort, anti-IVG etc...) . La légitimation du pouvoir des représentants sur les "représentés" n'a pas de limites en France, même si ces premiers ne sont rien sans les seconds.

       Le cœur même de l'élection de Macron est le vote utile, qui est une totale forfaiture démocratique. Voter utile signifie ne pas voter pour ses convictions, mais voter pour un profiteur qui s'est mis en bonne posture contre ceux qu'on ne veut pas. Macron s'étant présenté ni à gauche, ni à droite, a été le vote utile de toutes les personnes mal politisées et qui n'avaient peur que d'une seule chose : que l'extrême droite ou l'extrême gauche arrive aux pouvoirs. C'est un peu comme la cuve des WC, on évite les extrêmes pour s'engouffrer dans ce qu'on veut évacuer le plus rapidement. Les gens votent de la même façon que quand ils vont aux toilettes. Notre système électoral devrait tout faire pour éviter le vote utile. Les sondages d'opinion posent aussi des problèmes dans ce jeu de la représentation.

       Le grand débat coûte cher et risque de ne pas rapporter gros. Drôle de choix d'aller discuter avec des enfants, plutôt que de parler à des syndicats. On se demande vraiment s'il est un président de la République qui prend les problèmes des français à bras-le-corps, ou s'il est une caricature des muppets show en plus humain. La crise des gilets jaunes aura au moins montré le manque de sérieux des gens qui nous gouvernent. Arriver au pouvoir est une fiesta permanente, qui permet de faire (presque) n'importe quoi, comme appliquer une politique européenne en catimini ou en faisant fi du consentement du peuple...

      Les revers de Macron sont nombreux : les démissions difficiles à remplacer, les contre-vérités relevés par les médias, les célébrités qui se déclarent contre son autorité, le contrôle sévère du sénat, l'affaire Benalla qui s'éternise, le président du CRIF qui brandit la main de Macron comme un trophée, l'abus d'autorité vis-à-vis des manifestants, l'assemblé nationale et la justice qui manquent d'indépendance, sans compter les nominations remises en cause et les fake-news fabriquées par le conseiller spécial de Macron (liste non exhaustive).

       L'idéal serait que ce château de carte en train de s'effondrer serve de leçon à ceux qui ont mal voté, pour qu'enfin les gens votent pour des gens qui ont une implication sérieuse en politique (comme sortir de l'Union Européenne ou proposer une constituante). Dans le débat des Européennes le 4 avril dernier, nous avons notamment vu un Raphaël Glucksmann totalement out. Ils sont nombreux les personnalités qui vont en politique sans véritable projet, uniquement par conformisme sectaire et égo démesuré.

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-president-des-enfants-ou-le-214106

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (BAISERS MOLLETS,

    QUEL BONHEUR)

    ***

    (Fuite en avant)

    http://nadchris34.tumblr.com/post/183919745199/hardsadness-imgfavecom

    ***

    (Contemplation)

    http://nadchris34.tumblr.com/post/183593406259/weissesrauschen-pleid

    ***

    (Espoir déçu)

    http://nadchris34.tumblr.com/post/183520099759

    ***

    Blanche Baptiste


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (VIVRE NÉCESSITE

    UNE FOI À TOUTE ÉPREUVE)

    ***

    (Attitude de ma Belle-Mère chaque fois qu'il ne

    reste plus qu'une part de gâteau et que je la guigne)

    (Source: 24hoursinthelifeofawoman)

    ***

    https://www.akenini.com/humournoirimg-5962-52-1.php

    7 raisons de ne plus acheter

    de fleurs coupées

       1- Un tour du monde en avion pour nos fleurs

       85% des fleurs coupées vendues en France proviennent de l’étranger. Pour les roses, ce sont même 97% ! Souvent produits aux Pays-Bas (surtout les tulipes), aux Kenya (principalement les roses), en Amérique Latine (notamment en Équateur) ou même parfois en Israël, en Inde ou en Chine, nos fleurs coupés traversent le globe en avion et sont ainsi a l’origine de très nombreuses émissions de gaz à effet de serre. Sur ce plan-là, un simple bouquet de 25 roses en produit autant qu’un trajet en voiture de 20km.

       2- Les roses poussent souvent sous des serres éclairées et chauffées, parfois 24h/24h

       Afin d’augmenter la rapidité de pousse et d’empêcher l’arrêt naturel de la floraison en hiver, les roses sont quasi systématiquement placées sous serre éclairées et chauffées artificiellement, ce qui rend leur culture extrêmement gourmande en énergie.

       Les impacts environnementaux de cette pratique sont tels qu’une rose hollandaise éclairée et cultivée sous serre émet 6 fois plus de CO2 qu’une rose cultivée au Kenya pourtant transportée en avion !

       3- Une culture très gourmande en eau…

       Les fleurs, et particulièrement les roses, requièrent d’importantes quantités d’eau pour leur culture, surtout accélérée. Il faut ainsi entre 7 et 30 litres d’eau pour obtenir un seul bouton de roses.

       Cela se traduit souvent sur l’environnement local par des assèchement progressifs des cours et plans d’eau utilisés. Au Kenya, c’est par exemple le cas d’un des plus grands lacs du pays, le lac Naivasha.

       4- … et en pesticides

       De nombreux engrais et insecticides sont utilisés dans la culture des fleurs (leur utilité et utilisation varient d’une espèce à l’autre et d’un pays à un autre). Cela impacte à la fois la santé des travailleurs et l’environnement local. L’écosystème du lac Naivasha au Kenya en est par exemple très touché.

       5- Un cadeau empoisonné ?

       60 millions de consommateurs a réalisé en 2017 une analyse des engrais, fongicides, insecticides et acaricides présents dans les bouquets de 10 grands enseignes en France (Aquarelle, Au nom de la rose, Happy, Interflora, Monceau Fleur, Rapid’Flore, …).

       Les résultats font tourner la tête. Aucun bouquet n’était dépourvu des substances recherchées. Le bouquet ayant le moins d’entre elles en contenait 4 (3 substances contestables mais autorisées et un fongicide interdit en France utilisé pour lutter contre un champignon qui blanchit les feuilles). Les fleurs contenant le plus de substances recherchées (vendu chez Au nom de la rose) en comptait 25 (dont 9 pesticides et 1 fongicide interdits en France) !

       Au total, 49 substances différentes ont été identifiés dans les bouquets analysés, dont des substances très persistantes dans l’environnement et d’autres très dangereuses pour les abeilles.

       6- Des conditions de travail délétères dans les plantations

       Enfin, les conditions de travail dans les plantations de nombreux pays tels que le Kenya, la Colombie ou encore l’Équateur laissent malheureusement à désirer. En plus de leur expositions quotidiennes et directes aux substances potentiellement toxiques utilisées pour la culture des fleurs, les ouvriers africains de ce secteur ne touchent en moyenne que 2% du prix de vente final.

       7- Des solutions locales et éthiques encore très rares

       Les fleurs cultivées en France (principalement dans le Var et le Finistère) et/ou certifiées biologiques (le label limite par exemple fortement l’utilisation d’engrais, de pesticides ou encore d’eau) et/ou certifiées issues du commerce équitable restent encore très rares sur le marché en France.

       Par ailleurs, soumise à aucune obligation d’étiquetage, l’origine de fleurs est une information inaccessible par les consommateurs, comme le déplore 60 millions de consommateurs dans l’article « Roses coupées d’origine inconnue ».

       Alors que faire ?

       Signalez à votre fleuriste votre souhait pour des fleurs locales et certifiées biologiques. Les commerçants ont tout intérêt à être à l’écoute des attentes de leurs clients. C’est une augmentation de la demande de ces produits plus éthiques de la part des consommateurs qui en accroîtra l’offre.

       Tournez-vous vers d’autres idées de cadeaux plus durables. Si vous souhaitez rester dans le thème florale, choisissez plutôt des fleurs ou plantes en pot, dont votre proche pourra profiter plusieurs mois voire années plutôt que quelques jours. Mieux, piochez parmi les nombreuses solutions de cadeaux durables et peu coûteux : des livres, petits objets durables et utiles, mets gourmands et locaux, etc. Trouver de nombreuses idées dans l’article « 22 idées de cadeaux responsables, écologiques et abordables » (cliquez ici) !

    Sources :

    « Infographie – Saint-Valentin : le business des fleurs est loin d’être rose », 13 février 2018, Novethic

    « Culture des roses : comment nuit-elle à l’environnement ? », Futura Science

    « L’empreinte écologique des bouquets de fleurs », 24 mai 2013, France Info

    « Les roses de la Saint-Valentin viennent de loin », 14 février 2018, France Culture

    « Des roses à la Saint-Valentin, mais pas des pesticides ! », 10 février 2017, 60 millions de consommateurs.

    https://consommonssainement.com/2019/02/10/fleurs-coupees/

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • %%%

    Pensées pour nous-mêmes:

    (AVANCE, PEU IMPORTE

    COMMENT, MAIS AVANCE)

    %%%

    (Dialogue de statues:

    "Hihi...

    - Hoho...

    - Huhu...")

    boudhabar:

    Ronit Baranga

    %%%

    https://www.pinterest.co.uk/pin/330662797625335067/?lp=true

    Histoire de médias trumpistes
    et de soldats russes et chinois

       A- 100 militaires russes et 120 chinois, ont atterri à Caracas.

       B- Trump a ordonné le départ de ces 220 militaires étrangers.

       C- Trump est chef d’un pays qui a 200 000 soldats dans 800 bases militaires installées dans 117 pays. Parmi ces bases, certaines ont servi à détruire les pays sur lesquelles elles se sont installées par la force (Afghanistan, Irak, Syrie…) ou attendent l’occasion (Cuba). D’autres sont proches du Venezuela et viennent de recevoir des renforts de troupe et de matériel.

       Ce qu’il faut retenir ici, c’est que nos médias nous ont assez bien informés du A et B, pas du tout du C, même si le rapprochement était pertinent (genre : « Trump, c’est l’hôpital qui se moque de la Charité »).

       Remarques : Parmi les 220 militaires arrivés au Venezuela à la demande du gouvernement de Nicolas Maduro, beaucoup sont des spécialistes de la sécurité informatique. N’importe qui comprend que le Venezuela a besoin de compétences pour bloquer les hackers qui l’attaquent depuis les USA et qui ont privé le pays d’électricité pendant plusieurs jours, au grand mépris des conséquences sur les populations civiles. Mais le peuple de France doit-il le savoir ?

       Théophraste R. Auteur du roman comique en cours d’écriture : « Le jour ou une poignée de soldats sino-russes ont fait trembler la première puissance militaire au monde ».

       PS. Rappel d’historiette : « Pourquoi les USA sont le seul pays du monde qui n’a jamais connu de coup d’Etat ? Parce que c’est le seul où il n’y a pas d’ambassade américaine ».

    https://www.legrandsoir.info/

    %%%

    Benoît Barvin


    votre commentaire