• ¤¤¤

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LA BOISSON EST

    L'AMIE DE L'ALCOOLIQUE)

    Pcc Jacques Damboise

    ¤¤¤

    "L'eau férougi... HIC... neuse,

    J'aime... HIC... pas!"

    (via beatnikdaddio)

     

    ¤¤¤

    "Tu savais que Mâââkrrronnn en avait une toute petite?

    - Une petite quoi?"

    http://beatnikdaddio.tumblr.com/

    ¤¤¤

    (Philosophe contemplant le vide sidéral de sa pensée)

    pittykitty: #illusion

    (Source: sound-dream)

     

    ¤¤¤

    Nadine Estrella


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (VIVRE SANS PASSION

    C'EST MOURIR AVANT L'HEURE)

    ***

    "Assez de cette pornographie! ASSEZ!!!

    (Source: pizzonero, via m00ndingochan)

    ***

    http://berth.canalblog.com/archives/2010/04/08/17508162.html

     

    « La garde à vue, c’est stylé ».

       Ce jeudi 24 mai, soixante mineurs en garde à vue suite à l’occupation du lycée Arago. Après les 400 000 exclusions liées au dispositif Parcoursup, les parents comprennent de moins en moins ce qui arrive à leurs enfants.
     
       Le TGI de Paris-Batignolles n’est pas un tribunal, c’est un building, le siège d’une banque prestigieuse, une immense machine à juger… et à broyer. Tout est neuf, blanc, rutilant, transparent : la justice n’a rien à cacher. Le hall d’accueil est immense, hors-échelle, écrasant. Les étages, les ascenseurs et les passerelles de verre se succèdent à perte de vue. Quiconque rentre ici comprend qu’il n’est rien dans l’immense fourmilière où se presse une multitude d’insectes en robe noire. Personne ne s’appartient plus, vous voilà perdu jusqu’au vertige : voilà ce que comprend celui qui se rend au guichet P 14 (3e étage) du TGI de Paris-Batignolles.   
     
    La salle P 14 est vide, il faut très vite comprendre le fonctionnement du lieu. Derrière la vitre blindée qui vous met en confiance, une employée au visage émacié répertorie les « déférés ». Il faut décliner nom et prénom pour que celle-ci vise sur l’immense liste le sors attribué au « déféré ». « – Non, pour vos étudiants, il n’y a pas de confirmation de comparution immédiate. Mais c’est le procureur qui va décider. Ils sont tous là. »
     
    Il faut attendre, cela durera huit heures.   Une mère passe, l’attente est propice aux contacts. Elle m’explique que sa fille a été arrêtée il y a deux jours à 19h 30. Sans nouvelle et folle d’inquiétude, il lui a fallu attendre trois heures du matin pour qu’une voix lui annonce que celle-ci était en garde à vue pour « appartenance à un groupe violent, qui s’était introduit dans un lieu en vue de troubler l’ordre public » et aussi « que cette garde à vue était bien fait pour elle, et que cela allait lui servir de leçon ». Mais la voix ne précisait pas si elle parlait de la fille ou de cette mauvaise mère en tailleur-pantalon qui avait éduqué sa fille dans le gauchisme enragé de la plus stricte observance.   
     
    Dès 19 h, les membres du « groupe violent » ont donc été enfermés dans un bus afin de protéger les honnêtes citoyens : sans nourriture, sans boisson, sans toilettes et sans lumière. La police a eu pour ordre de frapper fort, de faire du chiffre, elle s’est exécutée et a ramassé qui trainait. Mais elle était maintenant bien embarrassée avec tous ces jeunes enfermés, et après le parfum d’une magnifique victoire, elle ne savait plus vraiment que faire d’eux : il a donc bien fallu répartir toute cette chair humaine dans une dizaine de commissariat de Paris et de sa banlieue. Certains des plus jeunes (14 ans) étaient évidemment terrorisés, puisque le but de la garde à vue est de créer un choc psychologique pour obtenir des aveux immédiats du suspect.
     
    Les étudiants, plus habitués à l’omniprésence de la maréchaussée dans les facs depuis de nombreux mois ont donc tenté de rassurer les plus jeunes. Complètement rassuré, l’un d’eux a fini par conclure : « – La garde à vue, c’est quand même stylé. »   Ensuite il y a eu la procureur, qu’on disait « particulièrement pointilleuse », tout le monde a donc passé une nouvelle nuit entre tribunal et commissariat avant d’être « déféré ». Certains parents, toujours sans nouvelles, arrivaient maintenant au guichet, très éprouvés, agitant dans leurs mains fébrile une convocation rapidement imprimée sur l’Epson Stylus Color familiale.
     
    Un philosophe de profession, qui écrivait des ouvrages sur la désobéissance civile, se demandait s’il devait encore continuer à les publier.    Une mère hurlait qu’on lui rende son fils. Une trentaine de parents se soutenaient maintenant mutuellement dans la salle. Mais celle-ci était devenue trop petite pour contenir le trop-plein d’angoisse accumulé depuis bientôt deux jours. D’autres parents commençaient aussi à s’amasser au pied de l’immense building, criant leur désespoir, hurlant contre Parcoursup et sa police.   
     
    La salle ressemblait maintenant à n’importe quelle réunion de rencontre parents-profs. On a pu jauger les situations, mesurer les profils des différents jeunes et partager l’absurdité de la situation présente. Du dehors montaient les chants de plusieurs centaines de personnes assemblées devant le tribunal. Un policier a soufflé à un de ses collègues « - Ce ne sont que des jeunes qui chantent et qui font du chahut ». Le problème c’est qu’on criminalisait maintenant le chahut et que cela se terminait au tribunal. Toute la colo risquait maintenant la prison. Un avocat nous dit alors que seize mineurs avaient été d’ores et déjà été « mis en examen », seize autres jeunes allaient passer une troisième nuit au commissariat, quant à certains ils risquaient l’interdiction de paraître dans certains lieux (Opéra, Festival de Cannes ?).   Dans les commissariats, les policiers, peu habitués à ce genre de clientèle n’en revenaient pas. « -Et pour le passage devant le juge faut-il amener un costume ? ».« -Doit-on amener à manger pour notre enfant ? ».
     
    Les parents arrivaient souvent en couple. Certains se sont fait jeter comme des malotrus. Mais ce qui a le plus intrigué la maréchaussée, c’est notre réunion. Il y avait dans le groupe de parents rassemblés le type de solidarité qu’on rencontre pendant les catastrophes humanitaires. En prenant soin de l’autre, chacun se demandait si les initiatives de ce gouvernement n’étaient pas en soi des catastrophes humanitaires.   
     
    Quand la pression des parents (retenus par des rangées de CRS hors du tribunal) se fit trop forte, que chaque mère se mit à hurler face aux caméras de la presse accourue, le tribunal comprit que la situation lui échappait et tournait au fiasco. Pourquoi un président avait-il kidnappé soixante mineurs pour imposer une réforme impossible à mettre en œuvre (400 000 jeunes en pleine angoisse et sans affectation à l’université en pleines révisions du bac). Tout cela ressemblait à un aveu d’impuissance.
     
    Les sorties se firent beaucoup plus rapides. Comme si l’institution judiciaire n’était pas prête à suivre un roi fou dans ses délires.   Au fur et à mesure des ovations qui acclamaient chaque sortie, ce qui devenait de plus en plus évident pour la joyeuse foule, -rassemblée comme pour un retour de voyage scolaire, et se racontant ses souvenirs de détention-, c’est que la garde à vue, plus que le baccalauréat, marquait maintenant l’entrée véritable dans la vie adulte.
     
    https://paris-luttes.info/la-garde-a-vue-c-est-style-10341
    ***
    Benoît Barvin

    votre commentaire
  • $$$

    Pensées pour nous-mêmes:

    (L'ESPRIT VA ET VIENT,

    FAISANT L'AMOUR

    COMME UN RUSTAUD)

    $$$

    "Dure journée?

    - Hon, hon"

    Reblogged from arte-nuda.

    $$$

    (Si les clubs de strip-tease étaient tenus par des Amish) 

    "L'homme sans tête avait souvent une expression indéchiffrable". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet".

    "Superbe cheville..."

    https://www.google.fr/search?q=amish+humour&source

    Les antinatalistes, les intégristes...

    et l’idiocratie

       Il y a douze ans sortait dans l'indifférence générale le film "Idiocracy". Ce navet montre un XXVIème siècle dystopique où le niveau intellectuel de l'être humain a considérablement baissé : une population ignare et hébétée vit sous les ordres d'un dictateur stupide.  Et si cette comédie nous décrivait le futur de l'humanité ?

       Quelques principes simples :
     
       1. Selon Darwin, la sélection naturelle ne favorise pas toujours les plus intelligents : en l'absence de prédateurs, elle avantage ceux qui se reproduisent le plus.
     
       2. A notre époque de maîtrise de la fécondité, une partie de la population se reproduit de moins en moins. Les cadres et professions intellectuelles forment la catégorie la plus concernée : selon une étude de l'American Economic Association, plus le niveau intellectuel et scolaire progresse, plus les enfants sont rares.
     
       3. Les surdoué donnent généralement naissance à des surdoués et les déficients mentaux à des déficients  ment aux. Ainsi fonctionne l'hérédité : les gènes déterminent 80% de l'intelligence à l'âge adulte.

     Conséquence :  les "intellos" seront-ils bientôt une espèce menacée ? Demandons-nous d'abord pourquoi ces derniers font de moins en moins d'enfants :

       D'après Mike Donnio, professeur de sociologie à Harvard, "L'individualisme et la priorité donnée a la carrière sont en cause. A cela s'ajoute l'influence de nouveaux courants de pensée."  Parmi ceux-ci, le mouvement "Child free" et l'antinatalisme.

       Le premier oppose épanouissement personnel et procréation. Le second dénonce l'impossibilité pour la Terre de nourrir une population trop nombreuse. "Il existe même des versions radicales de ces mouvements, qui demandent l'interdiction de certains espaces aux enfants. Et des antinatalistes qui trouvent criminel de créer d'autres humains, dans un monde aussi cruel. Les intellectuels sont souvent de grands pessimistes."

       Selon une étude de la London School of Economics, cette tendance ne cesse de croitre dans les catégories socio-professionnelles supérieures : en Grande-Bretagne, 20% des femmes nées entre 1965 et 1978 ne sont jamais devenues mères. Mais cette proportion grimpe à 43% pour celles qui sont titulaires d’un diplôme d’études supérieures. Et à 48% pour les femmes diplômées nées entre 1975 et 1978.

       Au-delà des facteurs économiques et éducatifs, l'étude révèle que les femmes au quotient intellectuel élevé procréent moins que les autres, quel que soit leur milieu social : pour chaque tranche de 15 points de QI en plus, la probabilité qu'une femme ait des enfants chute de 25%.

       Allons-nous vers un abrutissement progressif de l'espèce humaine ? Pas seulement.

       Demandons-nous quelles sont les familles qui "produisent" le plus d'enfants dans notre pays :  Selon une étude parue dans le journal 20 minutes, ce sont les catholiques intégristes. Avec une moyenne de 7 naissances par couple ! Ils sont suivis de près par... les musulmans intégristes, avec plus de 6 enfants par femme. Le même phénomène existe ailleurs : aux États-Unis, 46% des couples mormons ont plus de quatre enfants selon le Washington Post. En Israël, d'après le bureau central des statistiques, les Juifs ultra-orthodoxes ont en moyenne 6,5 rejetons par femme. 

       Ce chiffre atteint 7,2 chez les Amish - protestants radicaux refusant la technologie- en Pennsylvanie et dans l'Indiana. Avec une croissance démographique annuelle de 3 %, la population Amish double tous les 23 ans... sans même faire de convertis. Il semble exister un lien très étroit entre fondamentalisme religieux et natalité explosive. Notamment parce que les groupes concernés refusent toute forme de contraception.

       On peut dès lors envisager le futur de la race humaine avec de plus en plus d'intégristes et moins en moins d'intellectuels. Une planète d'idiots fanatisés d'ici quelques siècles ? Le film "Idiocracy" est en somme assez visionnaire.

    https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-antinatalistes-les-integristes-204561

    $$$

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • %%%

    Pensées pour nous-mêmes:

    (BIEN QUE UNE,

    LA VÉRITÉ EST MULTIPLE)

    %%%

     "Moi, ch'aime pas les livres!"

     Reblogged from elmayordelosdiez.

    %%%

     

     http://lesimagesdesdictateurs.centerblog.net/4300276-La-caricature

    Ce que les services secrets français
    savaient sur l'Allemagne nazie

       La France et la menace nazie est une analyse rigoureuse de l’activité des différents services de renseignements français en Allemagne, depuis l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933 jusqu’au déclenchement du second conflit mondial en 1939. Peter Jackson, professeur à l'université de Glasgow et chercheur associé au centre d'Histoire de Sciences Po Paris, livre ici un travail de haut vol, tout en finesse et en précision, afin de nous exposer ce que savaient réellement les Français sur l'Allemagne d'Hitler dans les années d'avant-guerre.

       Spécialiste de la question du renseignement (il dirige la revue Intelligence and National Security), Jackson a ici pour visée principale d'analyser et de comprendre les erreurs de l'armée, mais aussi du gouvernement, qui ont conduit au désastre de mai-juin 1940, un des pires fiascos de l'armée française. Dans leurs analyses à chaud, beaucoup de militaires français, derrière le maréchal Pétain, ont vu dans cette déroute le signe et le résultat de nombreux dysfonctionnements imputables à la société françaises, et non à l'armée. Cette analyse et la politique qui en a découlé devaient conduire la France, après le 10 juillet 1944, sur la voie de la collaboration.

       Peter Jackson revient donc de nombreuses fois dans son livre sur ces nombreuses idées-reçues vis-à-vis de l'armée française : il relève à plusieurs reprises la tendance de l'état-major à exagérer la puissance de l'Allemagne pour obtenir des pouvoirs politiques des moyens supplémentaires. En fait, cette surestimation va scléroser l'exécutif français, apeuré par ce voisin trop puissant. C'est une des raisons, avec le fort sentiment pacifiste ambiant dans les années 1930, pour lesquelles la France n'intervient jamais contre l'Allemagne nazie entre 1935 et 1939. Les services de renseignements français ont donc parfaitement joué leur rôle de collecte et de traitement d’informations. Mais c'est l'état-major qui, en surestimant le danger allemand, a faussé la vision que les responsables politiques et la société française ont pu se former du régime nazi. (...)

       (...) La France et la menace nazie se penche avant tout sur les services de renseignements français durant l'entre-deux-guerres et sur leur activité au sujet de l'Allemagne qui devient, avec l'arrivée d'Hitler, le pays à surveiller avec le plus d’attention. Peter Jackson présente de façon très didactique les différents services qui constituent la nébuleuse de l’espionnage et du contre-espionnage français : chaque armée (Terre, Air et Marine) possède les siens et espionne donc prioritairement ce qui l'intéresse chez l'ennemi.

       Il explique aussi avec une grande clarté les différents moyens auxquels les services français ont recours pour récupérer des informations : analyse de la presse, recueil d'informations par les attachés militaires dans les ambassades, et surtout, recrutement d'Allemands pour leur servir d'informateurs. Ce sont ces sources de renseignement humain que cherchent avant tout les services français : disposer de personnes à l'intérieur des administrations nazies, si possibles bien placées, est un atout majeur pour obtenir des informations clefs. C'est le cas par exemple de Hans-Thilo Schmidt, mais aussi de la source « L », dont Peter Jackson étudie le cas tour à tour.

       Les différents services français possédaient ainsi plusieurs sources bien placées à Berlin en mesure de leur divulguer des informations de premier ordre sur le réarmement de l'Allemagne. Les Français bénéficiaient ainsi d’informations supérieures en quantité comme en qualité à celles dont pouvaient avoir connaissance les autorités britanniques ou soviétiques. Cela s'explique aussi par les objectifs militaires français, qui sont avant tout défensifs vis-à-vis de Berlin. Les Britanniques, au contraire, travaillent davantage sur les renseignements navals concernant les menaces potentielles contre la Royal Navy. À la lecture de La France et la menace nazie, on prend ainsi toute la mesure du rôle majeur joué par l'espionnage dans les années 1930, pour préparer une guerre qui apparaît inéluctable à l’ensemble des acteurs du renseignement français. (...)

       (...) Dans les semaines et les années qui ont suivi le désastre de 1940, les militaires français ont abondamment communiqué pour indiquer leur surprise et leur impuissance face à la machine de guerre nazie. L'un des intérêts majeurs de l'ouvrage de Peter Jackson est de battre en brèche ce discours qui a pu perdurer dans les esprits de certains milieux, notamment militaires. L'armée française, tout au long des années 1930, suit avec intérêt le réarmement lancé par Hitler. Grâce à l'action efficace des services de renseignements, les Français connaissent bien les forces en présence chez les nazis, même s'ils ont une fâcheuse tendance à les amplifier, ce qui va poser problème à la fin des années 1930.

       En recoupant diverses informations issues de leurs différentes sources humaines allemandes, mais aussi de la presse, les Français arrivent à estimer avec précision l'avancée du réarmement allemand, notamment de la Luftwaffe, l’armée de l’air pourtant prohibée en vertu du traité de Versailles. Ce réarmement donne une consistance menaçante aux tensions générées par la redéfinition des frontières à la fin de la Grande guerre aux dépens de l’Italie et de l’Allemagne. La paix de Versailles, voulue par Clemenceau pour mettre à genoux la puissance germanique et venger la défaite de 1871, avait suscité outre-Rhin de nombreux espoirs de revanche dans les milieux militaires, mais aussi à l'extrême droite.

       L'arrivée au pouvoir d'Hitler en 1933 allait ainsi donner aux milieux militaires l'occasion de se doter d'une véritable armée, bien plus conséquente que la faible Reichswehr tolérée par Versailles. Dès 1935, que ce soit la Kriegsmarine, la Luftwaffe ou la Wehrmacht, Hitler dote toute son armée de moyens gigantesques pour lui faire rattraper son retard et la doter de matériel ultra-performant, à l'image des avions Stukas ou des chars Tigre (dont le programme est lancé en 1937).

       Malgré toutes les dispositions prises par les nazis pour tenir leur programme de réarmement le plus secret possible, les services français, bien implantés depuis les années 1920 en Allemagne, réussissent à assez bien identifier les nouvelles armes d'Hitler. Ils ne commettent qu'une erreur, mais elle est majeure : celle de surestimer la formation des officiers et surtout les capacités de mobilisation en hommes en cas de conflit. (...)

       (...) Peter Jackson décrit aussi avec précision le fonctionnement des différents services secrets français et leurs relations tumultueuses avec leur autorité civile de tutelle : le gouvernement. De fait, en pleine crise économique des années 1930, les différents gouvernements qui se succèdent limitent les dépenses militaires pour préserver les finances publiques. Face à cette situation tendue entre militaires et pouvoir civil, les premiers pensent qu'il faut exagérer la menace allemande pour attiser la peur des décideurs et les inciter à débloquer les crédits nécessaires à la modernisation de l'armée française. En effet, la Marine, l'armée de Terre et celle de l'air disposent toutes de matériel en quantité suffisante, mais il est vieillissant.

       Or, c'est un effet bien différent qu’a produit cette peur : à chaque fois que Hitler a outrepassé les droits de l’Allemagne définis par le traité de Versailles, la France a reculé et n’a pas montré la fermeté dont elle aurait raisonnablement pu faire preuve, essentiellement poussée en cela par la crainte d’une l'armée allemande restructurée dont la puissance avait été exagérée par les militaires. Chaque reculade française est alors une victoire pour Hitler, qui continue de renforcer son armée. Le réarmement de la Rhénanie, l'Anschluss, mais aussi les menaces sur l'allié Tchécoslovaque sont autant de rendez-vous manqués pour les différents gouvernements français qui n'ont pas su s'opposer au Führer. Pourtant, l'armée allemande avant 1939 n'est pas prête à faire face à une invasion française si celle-ci devait avoir lieu, principalement en raison du manque de formation de ses hommes et surtout de ses officiers, trop peu nombreux à l'époque de la Reichswehr.

       La France et la menace nazie retrace donc le jeu du chat et de la souris auquel se livrent la France et l'Allemagne dans les années 1930, par services d'espionnage interposés. À ce jeu-là, on peut considérer les services français comme gagnants dans la mesure où ils sont très bien renseignés sur la situation allemande. Pourtant, cet avantage ne se traduit pas dans le réarmement de l'armée française, qui débute tardivement et timidement sous le Front Populaire et ne s'accélère qu’avec Daladier (1938-1940). Surtout, il exacerbe la peur de la puissance allemande chez les gouvernants français, ce qui conduit à de nombreuses tergiversations françaises et anglaises qui laissent alors les coudées franches à Hitler et qui conduisent directement au désastre de mai-juin 1940. Peter Jackson réussit donc parfaitement à retranscrire le rôle des services de l'ombre, mais aussi et surtout les dysfonctionnements des rapports entre militaires et civils qui ont conduit à l'impréparation de l'armée française et à la défaite de 1940.

    https://www.nonfiction.fr/article-9382-ce-que-les-services-secrets-francais-savaient-sur-lallemagne-nazie.htm

    %%%

    Luc Desle


    votre commentaire
  • $$$

    Pensées pour nous-mêmes:

    (VIVRE EN DEDANS DE LA VIE

    EST-CE ENCORE VIVRE?)

    $$$

     "Tu m'aimes?

    - Tu vois bien que non..."

     (Source: desert-rose45)

    $$$

     "Fin de soirée avec bananes...

    - Avec quoi?"

     Reblogged from eoloeolus.

    $$$

     "Moi je... Gloub... Je boude... Gloub..."

     (Source: bb-o-z-k-u-r-tt)

    $$$

    Nadia Estrella


    votre commentaire
  • ¤¤¤

    Pensées pour nous-mêmes:

    (ROI UN JOUR,

    REBUT LE LENDEMAIN)

    ¤¤¤

    "Comment trouvez-vous ma robe?

    - Moche.

    - Parfois, mon ami, votre sincérité me court sur le haricot..."

    https://loumargi.tumblr.com/post/173959378673/giovanni-boldini

    ¤¤¤

     https://www.pinterest.fr/pin/571253533958608737/

    Macron, Hollande, Valls, Hamon
    et la mémoire des poissons rouges
     
    Théophraste R. (Eleveur de piranhas). 

       En 2017, le candidat Emmanuel Macron avait sèchement répondu à Manuel Valls qui frappait à sa porte : « Je n’ai pas fondé une maison d’hôtes ».

       En 2018, Valls, idéologiquement décérébré, partout rejeté comme le sont un jour les traîtres, lorgne du côté de la mairie de Barcelone tout en espérant remplacer Gérard Collomb au ministère de l’intérieur (Le Canard enchaîné 16 mai 2018). C’est niet : politiquement, ça irait, mais Macron n’a aucune confiance en l’homme.

       Ce qui est sûr, c’est que Hollande, en dédicaces dans les centres Leclerc, Hamon et son mouvement Génération.s, Valls-Toc-Toc, Macron ex-ministre de Valls, ont tous en tête ce constat désespérant (s’il est vrai) : la mémoire politique des peuples est de 6 mois. Voyez : déjà, Hollande redeviendrait sympathique, Macron n’aurait pas été membre de son cabinet puis ministre, comme Hamon.

       Et qui se souvient que Patrick Braouezec, élu communiste de Seine-Saint-Denis, a rallié Macron en janvier 2017 ? Pas le PCF, qui a accepté dès septembre le retour au bercail de ce marxiste exemplaire (1).

       Ah, qu’arrive enfin la vague déferlante d’un peuple qui refuse de vivre dans un bocal !

       Vous (avez fait) quoi le 26 mai ?

       (1) A comparer avec un vrai communiste :

    https://www.legrandsoir.info/

    ¤¤¤

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ùùù

     Pensées pour nous-mêmes:

    (L'HOMME DROIT

    SAIT AUSSI SE PLOYER)

    ùùù

    "Gaffe si tu veux monter sur mon fauteuil!"

    Mika Hiltunen aka Saaste (Finnish, b. Helsinki, based Joensuu, Finland) -

    Right Here Is Fine, 2014  Photography

    http://redlipstickresurrected.tumblr.com/post/173944126195/

    mika-hiltunen-aka-saaste-finnish-b-helsinki

    ùùù

    http://communistefeigniesunblogfr.unblog.fr/2013/01/02/

    les-milliardaires-sont-devenus-encore-plus-riches-en-2012/

    Archive. 

    Quand Tom Wolfe

    parlait des super-riches

       Sachez que votre correspondant ne fait que vous rapporter les dernières nouvelles lorsqu’il vous rend compte du nombre de personnes qui ont assiégé, la semaine dernière, l’auteur du Bûcher des vanités pour lui demander : “Alors, que deviennent les Maîtres de l’Univers dans tout ça ?” Par “tout ça”, il faut entendre l’actuelle crise du crédit. Les Maîtres de l’Univers sont une expression que j’utilisais dans le roman Le Bûcher des vanités pour désigner ces jeunes hommes ambitieux (il n’y avait pas de femmes) qui, au début des années 1980, ont commencé à engranger des millions chaque année – des millions ! – sous forme de primes de rendement dans des banques d’affaires comme Salomon Brothers, Lehman Brothers, Bear Stearns, Merrill Lynch, Morgan Stanley ou Goldman Sachs.

       Les trois premières n’existent plus. La quatrième a été absorbée par la Bank of America. Les deux dernières sont en train de se convertir en banales petites banques de province : dans le hall, vous aurez des distributeurs automatiques de billets et, en fait de Maîtres de l’Univers, vous serez accueillis par de jeunes caissières mal payées, équipées de flacons d’encre indélébile à fournir aux braqueurs avec les billets. (...)

       (...) Tout le secteur des banques d’affaires américaines a coulé par le fond ces derniers jours. Alors, où en sont les Maîtres de l’Univers ? La plupart sont à Greenwich (Connecticut). Les jeunes hommes les plus doués, les plus brillants et les plus ambitieux ont commencé à abandonner les banques d’affaires au profit des fonds spéculatifs il y a six ans. Votre correspondant peut témoigner des crises de rage apoplectiques qui ont accompagné la démission de ces jeunes champions.

       Des vigiles les ont attrapés par le bras et les ont conduits hors de la banque au pas de charge. Ils n’ont eu le droit de toucher à rien, ni sur leur bureau ni dans leurs tiroirs – pas même à la photo encadrée de Maman, du copain ou de la sœurette, qui se tenait bien droite grâce au petit support en carton recouvert de velours synthétique à son revers –, tant leurs supérieurs étaient furieux. Leurs meilleurs éléments les plantaient là.

       Greenwich a remplacé Wall Street : cette ville du Connecticut est devenue le centre du monde des fonds spéculatifs, et c’est là que les Maîtres exercent leur empire. Depuis cinq ans, le cœur de Wall Street, le légendaire New York Stock Exchange [NYSE, la Bourse de New York], se vide peu à peu. Il y a cent ans, la corbeille était un club d’oligarques. Seuls les messieurs de la bonne société pouvaient avoir l’un des meilleurs “sièges” à la corbeille. L’année dernière, quand votre correspondant a fait sa seule et unique visite à la corbeille, l’un des membres s’est approché d’un autre et l’a informé qu’il quittait la Bourse pour de bon, comme tant d’autres l’avaient fait récemment :

    Qu’est-ce que tu comptes faire ?
    — Je vais entrer chez les pompiers.
    — Chez les pompiers ?
    — Je veux être pompier. Ils ont une super-retraite.” 

       Il se trouve qu’il n’y a pas de vrais sièges à corbeille ou, du moins, je n’en ai vu aucun. Le NYSE est déjà un anachronisme, comme Broadway. Tout se fait par ordinateur aujourd’hui. Traîner à la corbeille du NYSE, c’est un peu comme traîner à l’OTB [centre de paris hippiques new-yorkais]. Broadway et le NYSE ressemblent à ce que vous voyez en premier quand vous entrez à Disneyland, en Californie. Vous vous retrouvez dans une ville du début du siècle dernier, avec un trolleybus, une officine d’apothicaire et un salon de coiffure pour hommes. Voilà ce que sont Broadway et Wall Street aujourd’hui. (...)

       (...) Si vous vous délectiez déjà des malheurs des courtiers, ne vous réjouissez pas trop vite : les Maîtres de l’Univers sont plus futés que les gens qu’ils ont laissés derrière eux dans les banques d’affaires. Certains fonds spéculatifs ont fait faillite, mais, contrairement aux banques d’affaires, le secteur est encore florissant. Et les Maîtres de l’Univers se sont vite repliés en position défensive dans leur carapace, comme des tortues. Leur Armageddon, s’il doit survenir, n’aura pas lieu avant le 31 décembre.

       En effet, la plupart des fonds spéculatifs ménagent de petites ouvertures le 30 septembre, le 31 décembre, le 31 mars et le 30 juin, pour laisser aux investisseurs la possibilité de “sauver” leurs investissements, c’est-à-dire de récupérer leur argent. Ces moments sont appelés des “portes”, comme une série de portes dans une prison. La porte est la limite, le pourcentage fixe de votre argent que le fonds va vous laisser retirer en une seule fois. Même avec ce strict plafonnement des retraits, certains fonds pourraient se retrouver avec des carapaces vides.

       Mais ne pleurez pas trop sur les Maîtres de l’Univers. La plupart des jeunes Maîtres ont déjà mis leur nut [noisette] à l’abri. Nut est le terme désignant la somme d’argent que vous devez mettre de côté dans des investissements sûrs afin de générer suffisamment d’intérêts pour vivre confortablement à Round Hill Road, Pecksland Road ou Field Point Road, dans la ville de Greenwich, dans une maison construite avant la Première Guerre mondiale, au style européen enchanteur, de préférence en pierre de taille, flanquée d’une tourelle, au milieu d’un terrain d’au moins deux hectares et assez grande pour mériter le nom de manoir. Chaque Maître de l’Univers connaît exactement ce montant.

    ùùù

    Luc Desle


    votre commentaire
  • §§§

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE MAL N'EST QUE L'ENFANT

    ACCIDENTEL DU BIEN)

    §§§

    "Vous mettez toujours votre culotte sur la tête?

    - Abruti!"

    "Mon papa aimait bien ne pas manger des oranges empoisonnées", m'apprit le fil de Monsieur de la Palice". Jacques Damboise in "Pensées ultra non complexes".

     (Charles Clos Olsommer; 1883 - 1966)

    https://loumargi.tumblr.com/post/174050468413/charles-clos-olsommer-1883-1966

    §§§

     "Dzoiiingg!

    - AIE!!!"

    "Mon papa aimait bien ne pas manger des oranges empoisonnées", m'apprit le fil de Monsieur de la Palice". Jacques Damboise in "Pensées ultra non complexes".

     Orpheus.  John Woodrow Kelley. American. 1952-    oil/canvas.

     http://hadrian6.tumblr.com

    §§§

     "Je te tiens, tu me tiens, par la barbichè...teuh!

    - Ahem!

    - Ben, si on peut plus rigoler, maintenant..."

    "Mon papa aimait bien ne pas manger des oranges empoisonnées", m'apprit le fil de Monsieur de la Palice". Jacques Damboise in "Pensées ultra non complexes".

     Jean-Auguste-Dominique French painter (b. 1780, Montauban, d. 1867,Jupiter and Thetis Paris)

    https://loumargi.tumblr.com/image/173959835363

    §§§

    Blanche Baptiste


    votre commentaire
  • %%%

    Pensées pour nous-mêmes:

    (DIEU EST UN JOLI

    CONCEPT DE DESTRUCTION

    MASSIVE)

    %%%

    scipunk:

    SP. 101 - Ghost in the Shell 2: Innocence (2004)

    %%%

    http://www.millioncartoons.com/netanyahu_recu_par_trump_plus_ou_moins

    _daccord_sur_limplantation_de_colonies_en_territoire_palestinien.html

    Les extrémistes religieux

    mènent le monde vers l’Apocalypse

       Israël fête ses 70 ans et les palestiniens commémorent leur nakba (Catastrophe) ! Pour marquer le coup, Nétanyahu officialise l'annexion de Jérusalem Est capitale des Palestiniens ! Et comme cadeau d'anniversaire, Trump lui offre le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem Est, confirmant cette nouvelle annexion au mépris du droit international ! Encore un coup de force des sionistes au pouvoir en Israël et encore des morts par centaines parmi les Palestiniens toujours sous le statut de réfugiés qui manifestent pour réclamer leur droit au retour promis par l'ONU !

       Après avoir annexé de force des territoires palestiniens et colonisé ce qu'il en reste, les sionistes viennent de concrétiser ce à quoi ils tenaient depuis la création de l'Etat d’Israël en 1948 : l'annexion pure et simple de Jérusalem ! Trump se moquant du monde, espère que "ce coup" permettra la relance des négociations de paix entre palestiniens et israéliens ! Trump nargue le monde entier et passe outre le droit international alors que les américains veulent imposer son respect aux autres : Iran, Iraq .... Quelle sera la prochaine annexion ? Le plateau du Golan, en territoire syrien occupé ? 

       Il faut rappeler que Nétanyahu, étudiant, avait soutenu une thèse dans laquelle il exposait sa stratégie pour reconstituer le Grand Israël. Depuis qu'il est chef du gouvernement sioniste, il n'a fait qu'appliquer ce qu'il avait théorisé. Il est clair que son intention ne s'arrêtera pas à l'annexion de Jérusalem Est !

       Certains, soutenant les sionistes, nous expliquent qu'il est normal que les juifs reprennent la Terre que leur avait promise Dieu ! Evidemment si on remonte au déluge, les histoires de tous les peuples sont à réécrire ! Et à commencer pas celle des indiens d'Amérique comme celle des aborigènes d'Australie qui pourraient prendre exemple sur les sionistes pour reprendre leurs terres. 

       Or la thèse des sionistes est que le droit divin est au-dessus de celui des humains. Et comme la terre d’Israël leur était promise par Dieu, il leur fallait par tous les moyens la reprendre. Et quand on sait que les lois divines sont fabriquées par les hommes, on peut être certain que la politique n'est jamais trop loin ! 

       La chance de Netanyahu, c'est l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, cet idiot utile à sa politique de colonisation. Car si jusque-là tout le monde savait que les américains tenaient le rôle de juge et d'arbitre dans le conflit israélo-palestinien avec une position pro-israélienne qui ne dit pas son nom ; Trump, lui, a le mérité d'officialiser la préférence de l'administration américaine pour Israël. D'autant que son coup de pouce pour Netanyahu n'est pas gratuit ; puisqu'il en récupère un bénéfice auprès de son électorat de la droite religieuse, populisme oblige !

       Droite religieuse qui soutient les sionistes bien qu'elle soit raciste et antisémite (anti-juifs et anti-musulmans), juste pour que l'Apocalypse prévue dans la Bible, advienne ; et qu'enfin le Messie arrive ! Si la droite religieuse américaine considère les sionistes comme leurs idiots utiles pour accomplir les prophéties bibliques ; les sionistes, eux, trouvent dans ces religieux, les parfaits idiots utiles pour l'accomplissement de leur projet politique ! 

       Ce qu'a parfaitement bien compris Netanyahu qui exploite le filon au maximum en mobilisant les juifs américains pro-sionistes d'une part et les évangélistes américains ; les deux ayant le même objectif celui de la reconstitution du Grand Israël biblique. Les deux pesant leur poids électoral, ils mènent par le bout du nez le président des EU !  Il est probable que Netanyahu méprise cette droite raciste pour son antisémitisme affiché antijuif mais il doit en apprécier l'antisémitisme anti-musulman qui le sert politiquement pour chasser les palestiniens de la Palestine ou ce qu'il en reste ; du moins ceux de confession musulmane !

       Le comble est que Trump pousse l'hypocrisie jusqu'à dire que ce nouveau coup de force, est un pas vers la paix ! Elle est belle la démocratie quand elle est abandonnée aux extrémistes religieux ! Qui peut encore croire au droit international ? Sûrement pas les peuples dits "arabo-musulmans" et encore moins les Palestiniens.

       Voilà pourquoi il faut dénoncer les extrémismes religieux qu'il soient sioniste ou islamiste, car les deux prétendent mettre les lois divines au-dessus de celles des hommes !

       PS  : Cette droite religieuse n'est pas à un paradoxe prés : elle a beau être raciste anti-noirs, anti-juifs, anti-musulmans .... elle soutient quand même les Frères musulmans et veut imposer Ghannouchi aux Tunisiens ! Pourquoi ? Pour la simple raison qu'ils partagent avec eux le capitalisme sauvage ! Car "business is business" (les affaires sont les affaires). Et les Marchands du Temple se comprennent bien dans le domaine où l'argent est roi !

       PS : Gare à ceux qui critiqueraient les sionistes, ils seront taxés d'antisémitisme ; tout comme les islamistes accuseront d'islamophobie, leurs détracteurs !

    Blog de l'auteur : http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2018/05/pourquoi-la-droite-religieuse.html

    %%%

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (POURQUOI TOUJOURS

    ATTENDRE UNE IMPROBABLE

    ÉCLAIRCIE?)

    ***

     (Sans paroles)

     http://makinglovebanana.tumblr.com/post/174007867357/adhemarpo-grandpa-was-a-card

    ***

     http://www.cote.azur.fr/

    Donald Trump coupe les vivres

    aux cliniques pratiquant l’avortement

    Louise Guibert

       Donald Trump est sur le point de lancer une nouvelle attaque contre le droit à l’avortement. D’après The New York Times, la Maison-Blanche annoncera ce vendredi 18 mai que les structures médicales pratiquant l’avortement ou orientant les patientes vers des centres qui le pratiquent se verront priver de financements fédéraux.

       Trump et son gouvernement entendent couper à ces structures les fonds du “Titre X”, un programme de financement du planning familial instauré par Richard Nixon en 1970, qui bénéficie à des hôpitaux, cliniques, dispensaires et à diverses institutions. Comme le souligne le quotidien, “cette politique serait un retour à celle instituée en 1988 par le président Ronald Reagan, qui exigeait que les services pratiquant l’avortement soient ‘physiquement séparés’ et aient un ‘personnel séparé’ des autres activités de planning familial”. (...)

       (...) Le financement direct de programmes “où l’avortement est utilisé comme méthode de planning familial” était déjà interdit dans le cadre du “Titre X”. Mais les activistes conservateurs pro-vie demandaient un durcissement des règles pour que l’avortement ne puisse pas être pratiqué dans des structures qui reçoivent ces financements fédéraux.

       Cette mesure vise une institution en premier lieu : le réseau de planning familial (Planned Parenthood). “Un responsable du gouvernement Trump a déclaré que la loi donnerait au planning familial, ainsi qu’aux autres associations recevant des subventions fédérales, un choix : se désintéresser de l’avortement ou perdre leur financement”, explique le journal new-yorkais.

       La mesure risque d’avoir de graves conséquences dans certaines parties des États-Unis. Les défenseurs du droit à l’avortement “notent que le planning familial et d’autres organisations pratiquant des avortements sont souvent les seuls fournisseurs de soins de santé financés par l’État fédéral dans certaines régions du pays, ce qui signifie que certaines femmes qui y vivent pourraient tout simplement ne plus recevoir de soins médicaux”, conclut le New York Times.

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire