• "Pour rendre ses histoire salées, il buvait de l'eau coquine". Jacques Damboise in "Pensées mutines".

    ¤¤¤

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE SAGE NE S’APITOIE

    NI SUR LUI-MÊME

    NI SUR LES AUTRES)

    ¤¤¤

    (c) Gilles Bachelet

    lacourteechelle.hautetfort.com

    ¤¤¤

    djipe.net

       Delacroix, peintre romantique, grand voyageur, fut reconnu pour des œuvres mémorables comme  La Liberté guidant le peuple, La Mort de Sardanapale ou encore Femmes d’Alger dans leur appartement. Un an avant d’être terrassé par la tuberculose, alors au sommet de sa consécration artistique, il envoie cette lettre à un ami où il revient, avec mélancolie, sur son existence et les tourments de la vie d’artiste.

    1862

       Nous sommes si rapides, nous sommes si volages, l’existence nous fuit si vite, que nous nous repaissons avec délice de ces moments où le torrent a coulé dans une plaine charmante, et où il n’a réfléchi qu’un ciel pur. Me comprends-tu ? Il me semble pour suivre mon idée que notre triste vie, comme une source tantôt bourbeuse, tantôt claire, arrache de petites paillettes d’or dans les situations heureuses où elle se trouve. Elle les roule au milieu des soucis et des regrets.

       Quand nous reposerons-nous, délivrés de soucis et de travaux, pour ne jouir que de nous mêmes ? Qu’en penses tu, ami ? Ce temps là n’arrive jamais. Les tendons deviennent des cartilages. Les cartilages deviennent os. Les rhumatismes nous fixent sur nos fauteuils et nous rendent chagrins et grondeurs. La cervelle n’a plus cette flexibilité qui permet à l’imagination ses caprices et ses fantaisies fixés uniquement sur le sentiment de nos souffrances et de notre vie qui s’éteint.

       Le souvenir de nos douces affections, s’il parvient quelquefois à briser toute cette glace, et à montrer sa tête au dessus du marais, n’excite que notre bile amère. Adieu les plaisirs simples, les épanchements qui rafraîchissent le sang. Les autres goûtent du plaisir, nous sommes plus tristes, et nous, nous n’en goûtons aucun.

    www.deslettres.fr/lettre-deugene-delacroix-a-charles-soulier-adieu-les-plaisirs-simples-les-epanchements-qui-rafraichissent-le-sang/

    ¤¤¤

    Luc Desle

    « "La Belle au Bois fumant sentait le brûlé". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet"."Ma Belle-Mère et moi trouvâmes comme terrain d'entente un ring de boxe". Jacques Damboise in "Pensées contraintes". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :