• "Paître ou envoyer paître, telle est la question" Benoît Barvin in "Proverbes désossés"


     HUMOUR (rappel)

    (...)
       L'humour permet à l'Homme de prendre du recul sur ce qu'il vit, comme le soulève Joseph Klatzmann dans son ouvrage L'Humour juif en souhaitant « rire pour ne pas pleurer ». Plus pessimiste, Nietzsche affirme « L'homme souffre si profondément qu'il a dû inventer le rire », se rapprochant du cynisme.
    (...)


    @@@

    "PSYCHOSE" Alfred Hitchcock (1960)


    "NAAAANNN! 
    C'EST PAS MON GEL DOUCHE QUE TU VIENS DE PRENDRE, 
    MAIS MON GEL INTIME, ABRUTI!" 

    Synopsis

       Une jeune femme, Marion Crane, reçoit une forte de somme de son patron résultant d'une vente immobilière. Elle entreprend de quitter la ville avec l'argent lorsqu'elle s'arrête au motel géré par un certain Norman Bates. Ce dernier, jeune homme dérangé - bien que sa mère est morte, il fait comme si elle vivait toujours -, assassine Marion, puis un détective et finit par être tué à son tour alors qu'il s'apprêtait à assassiner la soeur de Marion, après avoir revêtu les vêtements de sa mère.


    @@@

    "TEMOIN A CHARGE" Billy Wilder (1957)


    "OK, MONSIEUR MON PATRON. JE VEUX BIEN VOUS CARESSER LE LOBE DE L'OREILLE. MAIS QUE ÇA, HEIN? PAS QUESTION DE FAIRE COMME D'HABITUDE...
    - MAIS, MARGOT, VOS MAINS SONT SI DOUCES..."

    Synopsis: (adapté d'une pièce d'Agatha Christie)

       Sir Wilfrid, un brillant et expérimenté avocat spécialiste des causes perdues, sort d'un séjour prolongé à l'hôpital et doit, pour des raisons de santé, renoncer à s'occuper d'affaires criminelles trop stimulantes. C'est à ce moment que Leonard Vole, accusé du meurtre de Mme French, vient lui demander son aide. Bien que l'affaire paraisse passionnante, Sir Wilfrid refuse de s'en occuper pour préserver sa santé et conseille un autre avocat, Mr Brogan-Moore, un de ses anciens élèves. Après le départ de Leonard Vole du bureau de Sir Wilfrid, Christine Vole, la femme de Leonard, fait son apparition. Elle est son seul alibi pour le soir du meurtre. Son attitude très froide et son rôle crucial dans l'affaire font changer Sir Wilfrid d'avis, qui décide malgré les recommandations des médecins de s'occuper de cette affaire fascinante.


    @@@

    "12 HOMMES EN COLERE" SIDNEY LUMET (1957)


    (QUAND LA TRÈS JEUNE MISS GLOUCESTER ENTRA 
    DANS LA PIÈCE, ELLE COMPRIT IMMÉDIATEMENT 
    QUE SA ROBE ÉTAIT TROP TRANSPARENTE. 
    ET ELLE SE MORDIT LES DOIGTS D'AVOIR, 
    DANS SA PRÉCIPITATION, OUBLIE D'ENFILER SES DESSOUS)

    Synopsis

       Aux États-Unis, un jury de douze hommes doit statuer, à l'unanimité, sur le sort d'un jeune issu de l'immigration accusé de parricide. S'il est jugé coupable, c'est la mort qui l'attend. Onze jurés le pensent coupable. Seul l'un d'eux, sans être certain de l'innocence de l'accusé, a de sérieux doutes. Il expose fermement ses doutes et les failles de l'enquête. Il s'oppose à ce qu'une décision engage l'espérance de vie d'un homme sans que ses fondements soient certains. Il fait réfléchir les autres jurés pour que le doute, s'il est certain, bénéficie à l'accusé.



    @@@

    "SCROOGE" Brian Desmond Hurst. (1951)


    ("AREUH, AREUH" GROMMELAIT LE FANTÔME DE LA DÉMOCRATIE
    QUI ÉTAIT DEPUIS LONGTEMPS RETOMBE EN ENFANCE. 
    POUR LA GRANDE JOIE DE SON GRAND FRÈRE, MISTER FMI)

    Synopsis

       L'histoire d'Ebenezer Scrooge, un vieil homme bougon et avare qui a consacré sa vie à accumuler des richesses. La veille de Noël, trois fantômes viennent lui rendre visite. L'un représente le Noël présent, un autre le passé et le troisième incarne le Noël du futur. Tous trois vont lui faire comprendre l'importance de la rédemption..


    @@@

    "SUNSET BOULEVARD"  Billy Wilder (1950)


       "Qu'ess-c'qu'tu veux, toi? Hein? Hein? T'as quèqu'chose à m'dire?"

    (L'INTERPRÉTATION DE LA VIEILLE ACTRICE ÉTAIT PARFAITE. 
    SAUF QU'ELLE IMITAIT UN PETIT HOMME ET QU'IL N'ÉTAIT PAS 
    AMÉRICAIN MAIS PRÉSIDENT D'UN MINUSCULE PAYS D'EUROPE. 
    POUR CES RAISONS, LE FILM NE SE FERAIT JAMAIS)

    Synopsis

    Un jeune scénariste de série-b sans le sou, Joe Gillis (William Holden), sauve son automobile des huissiers en la planquant dans le garage d'une villa californienne délabrée. C'est alors qu'il fait la rencontre de Norma Desmond, une vielle actrice rongée par la destruction de sa carrière par l'arrivée du parlant, qui espère retourner au grand écran. Il devra donc l'aider à retourner sous les projecteurs.


    @@@

    "CASABLANCA". Michael Curtiz  (1947)


    "Enlève ton chapeau avant qu'on s'embrasse.
    - Non, toi en premier.
    - Pas question, Monsieur le phallocrate. Toi d'abord.
    - Je n'en ferais rien, Madame la gourgandine!
    - Ah c'est comme ça, hein? Hé ben, tu sais où tu peux te le mettre, ton bibi?
    - ..."

    (PARFOIS LES HISTOIRES D'AMOUR FINISSENT MAL. 
    UN RIEN BÊTEMENT, IL FAUT L'AVOUER)


    Synopsis

    A Casablanca, pendant la Seconde Guerre mondiale, le night-club le plus couru de la ville est tenu par Rick Blaine, un Américain en exil. Mais l'établissement sert également de refuge à ceux qui voudraient se procurer les papiers nécessaires pour quitter le pays. Lorsque Rick voit débarquer un soir le dissident politique Victor Laszlo et son épouse Ilsa, quelle n'est pas sa surprise de retrouver dans ces circonstances le grand amour de sa vie...


    Jacques d'Amboise
    « "L'amour se fait à deux et se défait à trois... ou plus" Benoît Barvin in "Pensées pensées""Prête à rire mais donne à entendre". Benoît Barvin in "Proverbes désossés" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :