• NE PAS SE LAISSER MARCHER SUR LES PIEDS









    Trouvé sur RESISTANCE 2012 ce Nouveau chant des partisans. Je vous donne l'adresse du site: http://resistance2012.canalblog.com/

    Fabeleh a bien décrit l'état dans lesquel doivent se trouver nombre de citoyens français, entre anéantissement, sauve- qui-peut et résistance. Rappelons-nous d'un certain

    Spartacus

    Naissance : Thrace - Décès : Italie


    Chef des esclaves révoltés contre Rome, ce prince thrace leva une armée rebelle qui fut vaincue par Crassus en 71 avant Jésus-Christ.

    --------------------

    Voici le texte d'Appien, tiré de son ouvrage "Histoire des Guerres civiles", concernant Spartacus.

    "A cette même époque, parmi les gladiateurs entretenus à Capoue par les Romains et destinés aux jeux du cirque, se trouvait un Thrace, nommé Spartacus, qui avait autrefois servi dans l'armée, et avait été fait prisonnier et vendu. Il persuada 70 de ses camarades de braver la mort pour recouvrer la liberté, plutôt que de se voir réduit à servir de spectacle dans les arènes des Romains ; et, forçant ensemble la garde chargée de veiller sur eux, ils s'échappèrent. Spartacus et sa bande s'armèrent avec les armes de tout genre dont ils dépouillèrent quelques voyageurs, et se retirèrent sur le mont Vésuve. Là, plusieurs esclaves fugitifs et quelques hommes libres des campagnes vinrent se joindre à lui. La justice rigoureuse qu'il mit dans la distribution et dans le partage du butin lui attira rapidement beaucoup de monde.

    ... Les Romains ne pensaient pas que ce dût être une guerre dans toutes les formes. Ils croyaient qu'il suffirait contre ces brigands d'entrer en campagne. Varinius Glaber et Publius Valerius furent successivement vaincus. Après ces succès, le nombre des adhérents de Spartacus s'accrut encore davantage, et déjà il était à la tête d'une armée de 70 000 hommes. Alors, il se mit à fabriquer des armes et à prendre des dispositions militaires dans toutes les règles.

    Rome, de son côté, fit marcher les consuls avec deux légions... Spartacus les attaqua tour à tour, les vainquit l'un après l'autre et ils furent obligés tous les deux de reculer en désordre. Spartacus immola... 300 prisonniers romains; et son armée se montant à 120.000 fantassins, il prit rapidement la route de Rome, après avoir brûlé tous les bagages dont il n'avait pas besoin, fait passer au fil de l'épée tous les prisonniers et tuer toutes les bêtes. de somme, pour ne pas ralentir sa marche. Beaucoup d'autres esclaves prirent son parti, et vinrent grossir son armée, mais il ne voulut plus admettre personne. Les consuls retournèrent à la charge contre lui dans le pays des Picènes... il furent vaincus encore une fois.. Malgré ce succès, Spartacus renonça à son projet initial de marcher sur Rome, parce qu'il sentit qu'il n'était pas assez habile dans le métier des armes, et que ses troupes n'étaient pas convenablement armées, car nulle cité ne le secondait. Toutes ses forces consistaient en esclaves fugitifs et en aventuriers...

    Il y avait déjà trois ans que durait cette guerre, dont on s'était moqué d'abord ; dont on ne parlait qu'avec mépris comme d'une guerre de gladiateurs ; mais quand il fut question de confier le commandement à d'autres chefs, nul ne se mit sur les rangs, sauf Crassus... Il marcha contre Spartacus à la tête de six nouvelles légions. A son arrivée au camp, il fit décimer les deux légions qui avaient fait la campagne précédente, pour les punir de s'être si souvent laissé vaincre...

    Spartacus fut enfin blessé à la cuisse par une flèche. Le reste de son armée, en désordre, fut mis en pièces. Le nombre des morts du côté des gladiateurs fut incalculable. Il y périt environ 1.000 Romains. Il fut impossible de retrouver le corps de Spartacus. Les nombreux fuyards cherchèrent asile dans les montagnes. Crassus les y poursuivit. Ils se partagèrent en quatre bandes, luttant alternativement jusqu'à extermination complète, à l'exception de 6.000 d'entre eux, qui, faits prisonniers, furent mis en croix le long de la route de Capoue à Rome."


    Ce texte provient du site Insecula: http://www.insecula.com/contact/A006109.html

    Serions-nous, tous et toutes, des Spartacus en puissance? Espérons-le car, face à ce mépris du peuple dont nous gratifie notre actuel résident elyséen, seule une résistance de tous les jours peut nous sauver.
    --------------------

    Mais revenons, donc, à ce CHANT DES PARTISANS écrit par Fabeleh. Ses paroles résonnent très agréablement aux oreilles de ceux et celles qui ne veulent pas se coucher. Enfin, pas encore... Sussurez-le lorsque, face à vous, s'étale le contentement obscène d'un adorateur du dieu Euro. Cela vous requinquera et éloignera, bien vite, ce contempteur indécent de la solidarité humaine.

    --------------------

    Le Chant des Partisans Version 2007



    Image Hosted by ImageShack.us


    « L'HUMOUR COMME SEULE ALTERNATIVE?CE CHIEN FOU QUI PISSE PARTOUT »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :