• "Même en ôtant son chapeau, le chapelier fou l'était toujours". Jacques Damboise in "Pensées à contre pets"



    +++

    FEVER

    Fever (« fièvre » en français) est une chanson américaine signée par Eddie Cooley et John Davenport (un pseudonyme d'Otis Blackwell). Les paroles ont en réalité été écrites par Joseph Arrington Jr. (alias Joe Tex), qui les vendit pour 300 dollars à Cooley. Pour la musique, Tex préconisait de reprendre l'air de Sixteen Tons, ce que fit Otis Blackwell1. Sortie en 1956, elle a été chantée par Little Willie John, qui en vendit plus d'un million d'exemplaires. Toutefois, la version la plus célèbre date de 1958, interprétée par Peggy Lee.


    +++

    Paroles originales:

    Never know how much I love you
    Never know how much I care
    When you put your arms around me
    I get a fever that's so hard to bear
    You give me fever (you give me fever) when you kiss me
    Fever when you hold me tight (you give me fever)
    Fever ... in the mornin'
    Fever all through the night

    Sun lights up the day time
    Moon lights up the night
    I light up when you call my name
    'cause I know you're gonna treat me right
    You give me fever (you give me fever) when you kiss me
    Fever when you hold me tight (you give me fever)
    Fever ... in the mornin'
    Fever all through the night (WOW!!)

    Everybody's got the fever
    That is somethin' you all know
    Fever isn't such a new thing
    Fever started long time ago

    (You give me fever)
    Baby, turn on your love light (yeah, yeah)
    Let it shine on me (yeah, yeah)
    Well, baby, turn on your love light (yeah, yeah)
    And let it shine on me (yeah, yeah)
    Well, just a little bit higher (yeah, yeah)
    And just a little bit brighter, baby (yeah, yeah)
    You give me fever (yeah, yeah, yeah, yeah)
    You give me fever (yeah, yeah, yeah, yeah)
    You give me fever (yeah, yeah, yeah, yeah)
    You give me fever.

    {Note: End Of The Mccoys 1965 Version. }
    {Alternative verses from 1958 : }

    Romeo loved Juliet
    Juliet she felt the same
    When he put his arms around her
    He said, "Julie baby you're my flame"
    Thou givest fever when we kisseth
    Fever with thy flaming youth
    Fever I'm on fire
    Fever yea I burn forsooth

    Captain Smith and Pocahontas
    Had a very mad affair
    When her daddy tried to kill him
    She said "Daddy oh don't you dare"
    "He gives me fever with his kisses"
    "Fever when he holds me tight"
    "Fever, I'm his missus"
    "Daddy won't you treat him right?"

    Now you've listened to my story
    Here's the point that I have made
    Cats were born to give chicks fever
    Be it Fahrenheit or centigrade
    We give you fever when we kiss you
    Fever if you live and learn
    Fever till you sizzle
    What a lovely way to burn
    What a lovely way to burn
    What a lovely way to burn, ah
    What a lovely way to burn

    Fever (Fièvre)

    Tu n'as jamais su combien je t'aime

    Tu n'as jamais su combien je tiens à toi

    Quand tu mets tes bras autour de moi

    J'attrape une fièvre qui est tellement dure à supporter
    Tu me donne la fièvre (tu me donne la fièvre) quand tu m'embrasse
    Fièvre quand tu me serres(tu me donne la fièvre)
    Fièvre... au matin
    Fièvre toute la nuit
    Le soleil éclair la journée
    La lune éclaire la nuit
    Je m'allume quand tu appele mon nom
    Parce que je sais que tu va bien me traiter
    Tu me donne la fièvre (tu me donne la fièvre) quand tu m'embrasse
    Fièvre quand tu me serres(tu me donne la fièvre)
    Fièvre... au matin
    Fièvre toute la nuit (WOW ! ! )
    Tout le monde a attrapé la fièvre
    C'est quelquechose que vous savez tous
    La fièvre n'est pas une chose si nouvelle
    La fièvre a commencé il y a longtemps
    (Tu me donne la fièvre)
    Bébé, allume ta lumière d'amour (ouais, ouais)
    Laisse la briller sur moi (ouais, ouais)
    Bien, bébé, allume ta lumière d'amour (ouais, ouais)
    Et laisse-la briller sur moi (ouais, ouais)
    Bien, juste un peu plus haut (ouais, ouais)
    Et juste un peu plus lumineux, bébé (ouais, ouais)
    Tu me donne la fièvre (ouais, ouais, ouais, ouais)
    Tu me donne la fièvre (ouais, ouais, ouais, ouais)
    Tu me donne la fièvre (ouais, ouais, ouais, ouais)
    Tu me donne la fièvre.
    FIN DE LA VERSION 1965 De McCOYS

    +++


       Cette fièvre, ce n'est pas celle de la grippe - ni de l'or, ni de l'énervement face à une situation mondiale pénible... encore que -  mais celle, bien plus prenante, d'Ella Fitzgerald, fièvre d'une chanteuse qui sait faire jaillir, de son vaste coffre, des accents émouvants. 

       L'interprétation de Peggy Lee, une des plus célèbres, est jazzy en diable et un rien sophistiquée (mais cela n'engage que moi).

       Quant à la réinterprétation de Michael Bublé, peut-être un peu trop accompagnée d'instruments, elle n'en reste pas moins de toute beauté, même si légèrement bubble gum.


    +++

    Ella Fitzgerald. Fever






    Fever - Sarah Vaughan






    Michael Bublé - Fever







    Jacques Damboise
    « "Avec ses épouses, Barbe Bleue se rasait. Ceci expliquant cela". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet""Par manque de peau, ce squelette fut exclu du cours de castagnettes". Benoît Barin in "Pensée contredites" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :