• "Loue à petit Résident boîte à chaussures compensées". Benoît Barvin in "Annonces déclassées"


    °°°
    "Il doit bien y avoir un moyen de s'échapper de cet enfer... 
    Il y en a sûrement un, en dehors du sommeil et des rêves..." 

    [Hugo Pratt]

    °°°

    "Allo? Oui... Ah, vous voulez 
    que je vous donne ma couverture
    mais également mes vêtements... 
    Pour pouvoir me vendre de l'électricité?
    Heu... Laissez-moi le temps de la réflexion..."

    Fukushima: 

    Tepco demande l'aide financière de l'Etat japonais

       L'opérateur a besoin de 8,7 milliards d'euros pour augmenter la production des centrales thermiques afin de garantir l'approvisionnement en électricité. 
       (...) "A l'heure actuelle, nous sommes en train de prendre des mesures pour garantir un approvisionnement suffisant en électricité et éviter les coupures programmées", a assuré le PDG de Tepco, Masataka Shimizu, dans une lettre adressée au ministre de l'Economie, Banri Kaieda.

       Mais du fait de l'arrêt des réacteurs nucléaires de Fukushima, Tepco va avoir besoin d'hydrocarbures pour augmenter la production dans les centrales thermiques, "ce qui coûtera 1.000 milliards de yens de plus cette année budgétaire (8,7 milliards d'euros, ndlr)", a-t-il précisé. "Des fonds correspondants sont donc nécessaires", a insisté le dirigeant de la compagnie d'électricité (en s'inclinant respectueusement?). (...)


    °°°

    "Ah ces japonais... Pas assez libéraux à mon goût. 
    Moi, je ne demande jamais rien au monarque
    à l'Etat Français et...
    Comment ça Pinocchio? Mais non, Monsieur, 
    ce n'est pas du tout le nom de ce splendide avion..."

    Libéralisme


       (...) Sur le plan économique le libéralisme économique donne une grande place au principe de propriété individuelle et s'oppose aux pouvoirs qui perturbent le libre jeu de la concurrence (sauf quand les affaires vont mal?). C'est tout autant l'étatisme ou l'État-providence qui instaurent des barrières au commerce, que la constitution de conglomérats ou ententes industriels qui acquièrent une position hégémonique sur le marché.  (Heu... Le premier est surtout sa bête noire... Le second, hein...) 
       L'accusation contemporaine la plus commune (hélas)  qui est portée contre le concept de libéralisme comme pour sa pratique est qu'il n'accorde(rait) quasiment aucune valeur à la réduction des inégalités (non! C'est pas vrai?) et considérerait les politiques de solidarité comme dangereuses (iniques? Beurk, un pauvre, c'est horriblement sale). Pour les libéraux, il s'agit de distinguer le fonctionnement de l'économie  (qui fonctionne toute seule dans un monde parfait) de la politique sociale, deux domaines ayant leurs propres objectifs (le premier, faire du fric. Le second... Heu...). Ils considèrent que les mélanger crée des confusions (ben voyons), opacités (idem)  et effets pervers au détriment des deux (du premier surtout?). (...)


    °°°
    "Comment ça, indécent? 
    J'ai tellement de dettes que je suis obligé de vendre 
    jusqu'à mes sous-vêtements..."

    Apollon du Belvédère

    °°°
    Baisse de la note financière de la Grèce, 
    qui espère un 2e plan d'aide
     Isabel MALSANG (AFP)

       (...) L'agence de notation Standard & Poor's (notée à son tour par qui?) a confirmé lundi la méfiance des marchés (de Cavaillon?) sur la solvabilité de la Grèce, avec une nouvelle dégradation de sa note (O+O =?), au moment où le pays négocie la préparation d'un deuxième plan de soutien européen pour pouvoir servir sa dette en 2012 (tiens, tiens...).
       Devant l'ampleur des difficultés rencontrées par le pays, les Européens envisagent d'apporter une aide supplémentaire à la Grèce afin de se "substituer aux marchés en 2012", a déclaré lundi à l'AFP une source européenne (qui marche au gros rouge?).
       Samedi déjà, le chef (brrr...) de la zone euro Jean-Claude Juncker avait estimé que la Grèce avait besoin d'un "programme d'ajustement supplémentaire" (méchants Grecs, plus d'ouzo avant longtemps. Bien fait pour vous!).
       De fait (c'est scien-ti-fi-que, qu'on vous dit), la dette de la Grèce, qui pesait 115% du PIB au lancement en mai 2010 du premier plan de sauvetage du pays, via un prêt de 110 milliards de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, aura gonflé à 152% fin 2011 (à cause des remboursements?).

    °°°
    (Deux titulaires du RSA 
    travaillant 5 heures par semaine. 
    L'un en tant que supplicié, 
    l'autre comme maître fouetteur)
    commons.wikimedia.org


    "Et on dit merci qui?"
    °°°
    « "Ce ministre tête à claques, qui prenait évidemment tous les coups, démissionna au bout d'une semaine". Jacques Damboise in "Pensées poussives""Cette voisine, une vraie langue de vipère, mourut inexplicablement pendue". Jacques Damboise in "Pensées poussives" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :