• "Leur amitié était si fort qu'il lui fit épouser sa promise le jour de son mariage". Jacques Damboise in "Pensées pensées".

    @@@

    Pensées pour nous-mêmes:

    (ES-TU PRÊT A MARCHER SEUL

    SUR TON CHEMIN?)

    @@@

    "Mes services de coiffeur et de barbier ne vous intéressent

    vraiment pas? C'est votre dernier mot?

    Je fais pourtant de bon prix..." 

    http://thorvalkyrie.tumblr.com/post/112356883729/rollo-in-vikings-302

    @@@

    (L'histoire du selfie de sa mère, Naruto, empoisonna la vie

    de son fils qui, au final, décida de mettre fin à ses jours)

    humourtop.com

    Qui a les droits sur le selfie du singe ?

    Le débat relancé

    Sonia Barge

       Quand un singe appuie sur le bouton de l’appareil et prend un selfie, qui bénéficie des droits d’auteur ? L’animal ou le photographe qui avait apporté l’appareil ? Ou bien le cliché tombe-t-il dans le domaine public ? La cour fédérale de San Francisco va devoir trancher cette question, dont les avis divergent depuis le début de l’affaire du « selfie du singe », en 2011.

    Le selfie pris en Indonésie par le singe(Wikimedia Commons)

       Cette année-là, le photographe spécialisé dans la nature David Slater est allé dans la réserve naturelle de Sulawesi, en Indonésie. Après s’être absenté quelques minutes, il s’est aperçu que Naruto, une femelle macaque de 6 ans, avait déplacé son trépied et avait pris plusieurs selfies.

       Le Boston Globe rappelle que quelques mois plus tard : « Il a publié un livre, intitulé “Wildlife Personalities” [“Personnalités de la vie sauvage”, ndlr], dans lequel se trouvait le “selfie du singe”. Par la suite, la photo s’est répandue un peu partout, notamment sur Wikipédia, qui affirmait alors que l’image était libre de droit puisqu’elle avait été prise par un animal et pas un être humain. »

       La bataille juridique a alors débuté : David Slater demande à être payé pour l’utilisation de ce qu’il revendique comme « ses » photos.

       L’an dernier, le Bureau national du copyright américain avait indiqué dans sa charte internet qu’il considérait que seules les œuvres produites par des humains pouvaient être protégées par le droit d’auteur.

       Le débat a été relancé cette semaine lorsque l’association pour les droits des animaux Peta, a porté plainte contre le photographe David Slater et son éditeur, au nom de Naruto : « L’avocat de l’association, Jeffrey Kerr, avance que le Bureau du copyright “n’a donné que son avis”, et que la loi Copyright Act en elle-même ne mentionne aucune limitation aux seuls humains. »

       Affaire à suivre...

    http://rue89.nouvelobs.com/2015/09/23/a-les-droits-selfie-singe-debat-relance-261343

    @@@

    Benoît Barvin

    « "Il aimait les hommes morts, moins pénibles que les vivants". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet"."L'écrivaine Françoise Sangan buvait plus que de raison mais pas de déraison". Jacques Damboise in "Pensées qui se mangent la queue". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :