• "Les vacances c'est bien, surtout quand ça commence". Jacques Damboise in "Propos de mes voisins".

    ***
    Pensées pour nous-mêmes:
    (SAURAS-TU VOIR
    LE CIEL QUI EST EN TOI?)

    ***

    "Mais je suis le Christ redescendu sur Terre
    pour interdire ce jeu obscène de ballon rond...
    - C'est ça, et moi je suis le Père Noël...
    - T'es qu'un menteur: t'as pas de barbe!"

    Ian Bradshaw’s photo of streaker Michael O’Brien 1974

    ***

    "Anne, ma Soeur Anne, ne vois-tu rien venir?
    - Que la route qui poudroie et notre Mort qui mouroit"
    Enfants dans la pauvreté : 
    les années 1930 cartes postales par Photoblog

    La pauvreté en France se porte 
    (malheureusement) bien !

       (...) Tomber dans la pauvreté fait partie des pires angoisses des français (et de tous les autres peuples... sauf ceux qui sont pauvres de père en fils). Si le chômage est en grande partie responsable de l'augmentation de la grande précarité, les travailleurs et les enfants sont de plus en plus exposés au phénomène.

       « 8,1 millions. C’est le nombre de personnes considérées comme pauvres, vivant avec des revenus inférieurs à 60 % du revenu médian » écrit Ivan du Roy dans BastaMag ce qui correspond à : « (...) 1 437 euros par mois en moyenne par ménage, tous revenus confondus. Plus de la moitié de ces familles vivent avec moins de 1 200 euros par mois (50% du revenu médian des ménages), ce qui représente 4,5 millions de personnes (....) »

       Et ce n'est pas nouveau puisque : « (...) de 1996 à 2009, le nombre de personnes pauvres demeure le même. Si la pauvreté a baissé jusqu’en 2002, elle est ensuite remonté, frappant en sept ans 700 000 personnes supplémentaires. Pourtant, la richesse produite n’a, elle, pas cessé de progresser (...) » A noter que dans le même temps : « (...) Le PIB de la France s’est accru de 700 milliards d’euros sur la même période (...) »

       Qui sont les plus touchés ? 

       Tout d'abord : « (... ) les jeunes entre 18 et 29 ans (...) » Viennent ensuite : les chômeurs « (...) Parmi les chômeurs (...) un sur trois, quel que soit son âge, vit sous le seuil de pauvreté (...) Parmi les travailleurs, les agriculteurs sont davantage précarisés que les autres professions : 21 % d’entre eux sont pauvres (...) » 

       Les enfants de plus en plus exposés !

       « (...) Les enfants restent autant touchés par la pauvreté au début du XXIe siècle qu’à la fin du siècle dernier : 1,9 million de gamins de moins de 15 ans vivent dans une famille pauvre (...) »

       Pour les riches, ne changez rien !
    Lire sur:

    ***
    "Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'ont-ils abandonné?
    - Pour le fric, hey, banane!"

    christ-of-the-abyss-statue

    la dernière base sous-marine 
    sur le point de fermer

       (...) Dans les eaux du Florida Keys National Marine Sanctuary(sanctuaire marin national de Floride), l'unique base sous-marine au monde vit ses derniers jours au fin fond du récif de Conch Reef.

       Depuis vingt ans, le Reed Base Aquarius accueille des chercheurs dans le cadre du National Undersea Research Program (NURP) qui étudie le milieu sous-marin en eaux profondes sous l’autorité de la National Oceanic and Atsmopheric Agency (NOAA). Ce monstre marin de 85 tonnes posé à une vingtaine de mètres sous l’eau a permis de grandes avancées en biologie marine et en nouvelles technologies. Fox News rapporte que la Nasa y a même envoyé ses astronautes pour les entraîner aux missions dans l’espace.

       Mais de récentes restrictions budgétaires pourraient mettre fin à ce dernier projet privilégié. L’Aquarius a besoin de 3 millions de dollars par an pour fonctionner. Une somme trop importante pour le NOAA. Le Huffington Post a publié son communiqué:

       «Alors que nous sommes reconnaissants des progrès scientifiques dont est responsable le NURP, le climat financier actuel oblige le NOAA et tous les organismes à faire des choix budgétaires très difficiles. En tant que telle, la proposition de budget pour l'année fiscale 2013 suggère de mettre fin au financement NURP

       Cette décision s’avère être une catastrophe pour les scientifiques (et, un peu, les citoyens aussi, non?). Le Huffington Post cite Sylia Earle, célèbre océanographe américaine, pour qui l’Aquarius est d’une importance capitale: «Etre capable d’étudier les animaux et plantes dans leur environnement naturel en vivant sous l’eau m’a fait gagner du temps.»

       Elle précise: «Le temps de voir ce que ces formes de vie incroyables font sur les récifs, le temps de remarquer les petites choses apparemment insignifiantes et qui, plus tard, révèlent un secret sur la mer. Chaque fois que je pars vivre sous l’eau, je reviens avec de nouvelles idées et une centaine de nouvelles questions.»

       Une fondation indépendante est sur le point d'être montée pour aider le laboratoire à récolter son budget annuel de 3 millions de dollars.


    ***

    "Au Mobilier National, 
    je crois qu'ils ne veulent pas de moi"


    Face au pillage du mobilier national, 
    l'État doit améliorer 
    (faire une vraie gestion serait mieux)
    la gestion de son patrimoine
    Jeanne Pavard.
    Article publié en collaboration 

       (...) Les trésors de la République sont bien mal gardés. Depuis que la Cour des comptes s’est alarmée de l’absence d’inventaires des collections publiques, une Commission interministérielle de récolement des dépôts d’œuvres d’art a été mise en place afin de localiser les œuvres des ministères, ambassades, palais de Justice, universités… Son président, Jean-Pierre Bady, a rendu en 2007 au ministre de la Culture son 9e rapport, dont pas un n’a été publié ! Dans Museum Connection [1], Emmanuel Pierrat et Jean-Marie de Silguy révèlent ce qui s’apparente à un véritable pillage !

       À Aix-en-Provence, c’est un magistrat qui est surpris à déménager nuitamment des meubles du Palais de Justice, au ministère de l’Agriculture, c’est une sculpture en marbre de 2,10 m qui se volatilise, à l’Assemblée nationale, c’est le président Jean-Louis Debré qui constate que 39 pièces sont introuvables, parmi lesquelles des tables de jeux Restauration en acajou, une bergère Premier empire, et… un Picasso !

       Avec un taux de perte de 26%, le ministère des Affaires étrangères est le plus mauvais élève. Les ambassades, richement dotées, sont les plus faciles à dépouiller. En particulier en Europe de l’Est, où l’on retrouve des objets provenant des représentations françaises sur le marché de Naschmarkt, à Vienne.

       Le Mobilier national conserve plus de 200 000 meubles et objets d’art mis à la disposition des élites de la République. Pister les dépôts est une tâche difficile, confie Bady en évoquant son travail à la tête de la commission de récolement : "On a affaire à des gens puissants et je ne veux pas faire preuve d’une attitude trop policière. Notre rôle est largement pédagogique, l’important est qu’une prise de conscience (ahaha) s’opère et débouche sur des habitudes plus rigoureuses (qu'en termes élégants...)" [[2. Le Monde, 17 septembre 2006]].

       Ainsi de la Mairie de Paris, dépositaire de 11 tapis et tapisseries de grande valeur, dont 5 commandés à la Savonnerie par Colbert, qui a refusé, de 1982 à 1997, de répondre aux demandes de restitution de la Cour des comptes et n’a toléré aucune inspection.

       En 1997, la Cour des comptes constatait déjà que le Mobilier national avait meublé 250 logements de fonction d’autorités non ministérielles. Elle pointait par ailleurs que pour de nombreuses pertes et vols avérés, aucune plainte n’avait été déposée… Il faut dire que le législateur est pour le moins magnanime. En cas de disparition, « l’émission d’un titre de perception pour la valeur des pièces, estimée au moment où la disparition est constatée, ou l’acquisition, sur proposition du déposant, d’une pièce équivalente qui sera inscrite sur les inventaires du déposant ». À croire que les occupants des Palais de Justice y trouvent leur compte ! (Méchante pensée...)
    d’Emmanuel Pierrat 
    et Jean-Marie de Silguy, 
    Editions First, 2008 



    ***
    Luc Desle
    « "L'omelette qui fait la fête sans casser des oeufs, ça n'existe pas". Benoît Barvin in "Comptines à tantine"."Cet arriviste pressé arriva vite à pas grand-chose". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :