• "Les blagues de l'Homme qui rit ne me faisaient pas rigoler". Jacques Damboise "Pensées inconséquentes".

    ===
    Pensées pour nous-mêmes:

    (VIVIFIE-TOI PAR L'AMOUR)

    ===

    "Je ne suis pas le monstre de Frankenstein...
    Je suis mon propre monstre"





    ===

    "Comment ça, je devrais balancer mes
    habits dans les conteneurs de récupération?"




    Business contre solidarité !


       L’émission "envoyé spécial de France 2" qui est passée à l’antenne le 20 novembre, 25 ans jour pour jour après l’adoption de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, n’est pas passée inaperçue…Loin de là. Elle a suscité beaucoup de réactions et risque d’avoir des conséquences lourdes de conséquences, si rien ne bouge.

       Le reportage en question qui titrait « De l’or dans nos armoires » a dévoilé à ceux qui l’ignoraient le « pot aux roses » : Les conteneurs de récupération de vêtements qui aujourd’hui pullulent en France appartiennent pour la plupart ou toutes ( ?) à des entreprises privées marchandes et non à des associations caritatives.

       Ainsi quand vous pliez des vêtements parfois en excellent état et que vous les présentez dans des sacs en plastique déposés dans les grands conteneurs métalliques, vous ne soutenez pas une œuvre charitable désintéressée mais vous enrichissez un tiers, marchand qui réalise des bénéfices substantiels. Les noms d’associations accolés sur les conteneurs procéderaient d’une campagne publicitaire mensongère.

       Des informations fort intéressantes sont sur le net et notamment ce témoignage repris ici. Je cite : « Christian est l'un des pionniers de la collecte de vêtements usagés en Europe. Il critique vivement les contrats passés entre les entreprises privées et le monde caritatif : "Il est sûr que mettre Emmaüs, au niveau de l'image de marque, est quelque chose qui a aidé." Et de souligner que "le monde associatif est en train de se faire doubler par le privé". 

       Les effets pervers de cette émission risquent d’être désastreux pour les associations caritatives et pour l’environnement. Des réactions comme celles-ci risquent de se multiplier :« Vu que tout ça n'est pas donné à des gens dans le besoin maintenant je vais découper mes vêtements et les jeter à la Poubelle »

       Eh bien non, il faut ni baisser les bras, ni réagir ainsi : Des associations caritatives ont besoin de vêtement qu’elles redonnent à des familles en difficultés, beaucoup d'enfants arrivent à s'habiller correctement, quant aux poubelles, elles risquent de regorger ainsi de matières en bon état ou facilement recyclages. Je pense qu’il faut que les personnes qui ont des vêtements corrects usagés aillent les porter à des associations.

       Mais attention à ne pas donner n’importe quoi. Comme me l’a dit ce matin une responsable du Secours populaire français présent au vide-grenier des jouets : « il nous arrive de recevoir des sacs de vieux vêtement contenant des véritables chiffons. Nous passons alors des heures et des heures à trier pour récupérer à peine un quart des vêtements ». Quant aux conteneurs, il est de la responsabilité des municipalités de ne passer des contrats qu’avec des associations et à la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) de veiller et de sanctionner ceux qui fraudent.

       Que des entreprises installent des conteneurs, pourquoi pas, mais il faut que cela soit explicite et que tous les frais soient supportés par l’entreprise : y compris la location de l’espace de dépôt.


    ===
    (Le salut de la Princesse d'Oméron
    était toujours sacrément gracieux)



    ===
    Benoît Barvin
    « "C'est d'un dentier distrait qu'il croqua dans ce gâteau bien mou". Jacques Damboise in "Pensées de conifères"."Il écrivait de banales histoires de Morts-Vivants, ce Mort-Vivant". Jacques Damboise in "Pensées inconvénientes". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :