• "Étrange: Ces lunettes noires étaient salement opaques". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet"

    %%%
    Pensées pour nous-mêmes:

    (N'ATTENDS DU DESTIN 
    QUE CE QUE TU PEUX TOI-MÊME TE DONNER)

    %%%
    COURTS RECITS AU LONG COURS(11)
    pcc Benoît Barvin

    La Faim


       Comme tous les jours, depuis de nombreux mois, mon estomac criait famine. J'étais contraint de me dissimuler dans ce qui restait de la forêt, à l'affût du moindre bruit suspect, anxieux à l'idée que les Autres me traquaient et qu'il suffirait d'une simple erreur de ma part pour c'en soit terminé. Je me contentais de mousse, de lichen, parfois de quelques insectes, en dépit des soubresauts affolés de mes tripes. Je buvais avec précaution les ruisselets qui subsistaient encore, abrités dans les anfractuosités de roches millénaires. L'eau avait un goût de chlore...
       C'est en débouchant dans une soudaine futaie que je l'aperçus. Son corps aux formes alanguies était étendu de tout son long, sur le ventre. Elle ne portait qu'une longue robe aux voiles transparents qui mettait en valeur la carnation de sa peau, la perfection de ses galbes, sa chair délicate. 
       J'hésitai mais la curiosité fut la plus forte. En quelques bonds je fus près d'elle. Je me penchai...
       Alors j'entendis sa voix de garce qui disait. "Il a mordu à l'hameçon. Tirez". Une centaine de balles me déchiquetèrent. Au-delà de la terrible douleur, je perçus le cri d'allégresse de la traîtresse qui hurlait: "Pauvre vieux crétin d'Ogre! Tu croyais vraiment pouvoir échapper à la Modernité, hein?"
    Le brasero

       Sur cette plage du Midi, en ce début de printemps, il faisait un froid de canard. Je vis, au loin, au sein de la nuit obscure, au ciel dépourvu d'étoiles, la chaleur d'un foyer avec, autour, un groupe qui grattait la guitare. En me présentant, je notai que garçons et filles étaient très jeunes, qu'ils arboraient des cheveux longs, étaient adeptes de la fumette et qu'ils avaient fait un sort à une bonne dizaine de bouteilles d'alcool. 
       "Viens, l'ami, viens te réchauffer", me dit une blonde aux seins adorablement nus. Sa peau passait du jaune au carmin, puis se colorait d'un bleu discret, suivant en cela la couleur des flammes qui s'échappaient du brasero. 
       Celui-ci, reposant sur un trépied, était fait de banal métal.  Le rayonnement qu'il dégageait apaisait l'âme. On me fit passer le goulot d'une bouteille; je tirai sur une taf, plusieurs fois; la blonde se frotta à moi pendant que le groupe entamait une étrange mélopée.
       Je commençai à voguer sur une vague de bonheur. La pointe des seins de ma compagne avait l'apparence de deux cerises, bonnes à suçoter. Le chant entonné comportait des inflexions venues du fond des âges. Je somnolai, apaisé.
       Des mais solides me saisirent. Je levai avec difficulté les paupières. On me tenait suspendu en l'air, comme un gigot. Quelqu'un brandissait une énorme broche. Je croisai leur mutuel regard brillant, leur mine à présent patibulaire, leurs dents effroyablement effilées. La blonde eut un petit rire de gorge.
       Malgré la chaleur infernale qui s'échappait des braises, avant qu'on n'approche la broche de moi, je sentis un froid glacial me submerger...

    %%%


    "Mais... Mais pourquoi vous taillez dans mes vêtements?
    - Pour réduire les déficits publics, c'tte question!"
    Yoko Ono, stills from Cut Piece, 1964.

    %%%

    (Métaphore de la vie au départ de l'actuel Résident)
    Le Vent (Marina Kanno from Staatsballett Berlin) 

    %%%

    "Ces fleurs, c'est pourquoi?
    - Pour la tombe du Résident..."
    NYTIMES Interactive: Migratory Models.

    %%%

    « Si un plus grand nombre d’entre nous 
    préférait la nourriture, 
    la gaieté et les chansons
    aux entassements d’or, 
    le monde serait
    plus rempli de joie. »
    J. R. R. Tolkien
    Extrait du "Bilbo le Hobbi"

    Mime van Osen mit aneinandergelegten Fingerspitzen 
    (Mime van Osen, les doigts boutà bout), 1910 
    Eg (via egonschiele)

    "Les Autres, je m'en f..."

    %%%

    "Hooouuu! Ch'suis la planche à pain du Résident... Hooouuu!
    - T'es dingue! C'est un coup à me faire avoir une crise cardiaque!"
    mariyuki: 253/365: 
    the barrier by Masha Sardari on Flickr.

    %%%

    Quisas, quisas, quisas


    Quizás, Quizás, Quizás 
    (Peut-être, Peut-être, Peut-être)

    Siempre que te pregunto
    Je te demande toujours
    Que, cuándo, cómo y dónde
    Où, comment et quand
    Tú siempre me respondes
    Tu me dis toujours
    Quizás, quizás, quizás
    Peut-être, peut-être, peut-être

    [Verset 1] :
    [Couplet 1] :
    Y así pasan los días
    Les jours s'écoulent aisni
    Y yo, desesperando
    Et je désespère
    Y tú, tú contestando
    Et toi, toi tu réponds toujours
    Quizás, quizás, quizás
    Peut-être, peut-être, peut-être

    [Verset 2] :
    [Couplet 2] :
    Estás perdiendo el tiempo
    Tu gaspilles le temps
    Pensando, pensando
    En pensant, pensant
    Por lo que más tú quieras
    A ce que tu veux en plus
    Hasta cuándo ? Hasta cuándo ?
    Jusqu'à quand ? Jusqu'à quand ?

    %%%
    Nadine Estrella (le retour...)
    « "Étrange: Ce pet de Nonne sentait l'eau bénite". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet""La reconversion du Résident fut rapide: il redevint marchand de tapis, mais cette fois dans un immonde cagibi". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :