• "Echange planche à pain Résidentielle contre solide sandwich, afin de mordre dedans sans se casser les dents". Benoît Barvin in "Annonces déclassées"


    £££
    Pensées pour nous-mêmes:

    (SI TU VEUX PENSER À TOI PENSE AUX AUTRES...)
       
    £££

       Quelques chansons de Jean-Louis Murat, sur demande express de Blanche Baptiste et Nadine Estrella. Ces deux collaboratrices goûtent beaucoup la liberté de ton du sieur Murat qui, sur les plateaux de télé, ne déborde pourtant pas de sympathie. 
       Mais il est vrai que, confronté à un "journaliste", quelqu'un qui se veut artiste a souvent l'occasion de se "les" manger, devant le vide sidéral de l'intervieweur qui, souvent, n'a pas lu ses fiches... 
        Et puis un type  qui injurie les hommes politiques et qui crache sur la foule contemporaine, ça n'est pas pour nous déplaire... même si n'est pas Rimbaud qui veut... Mais quand on sait comment a fini le "grand" poète, gangréné jusqu'à la moelle, après avoir vendu des armes, on se dit que... Bon. On se dit...
       On se dit que Murat vieillit doucement, légèrement amer, rongé par les nostalgies, sans espoir de retour, mais avec une classe certaine. En ces temps de misère intellectuelle, ce n'est pas si mal. Alors, Mesdemoiselles, merci pour ces petits moments de tendresse bienvenue, surtout ce premier Janvier, en attendant le mois de Mai, bien sûr!



    £££
    Jean-Louis Murat, 
    Le col de la Croix Morand


    "Comme un lichen aigri
    sur le flanc d'un rocher
    comme un loup sous la voie lactée
    je sens monter en moi
    un sentiment profond
    d'abandon

    Par mon âme et mon sang
    Col de la Croix Morand
    Je te garderai

    Quand à bride abattue
    les giboulées se ruent
    je cherche ton nom
    j'en meurs mais je sais
    que tous les éperviers
    sur mon âme veilleront

    Par mon âme et mon sang
    Col de la Croix Morand
    je te garderai

    Pour ce monde oublié
    ce royaume enneigé
    j'éprouve un sentiment profond
    un sentiment si lourd
    qu'il m'enterre mon amour
    et je te garderai

    Quand montent des vallées
    les animaux brisés
    par le désir transhumant
    je te prie de sauver
    mon âme de berger
    je suis innocent 

    £££

    Jean Louis Murat 
    L'ange dechu


    Je jette une orange
    Vers l'astre mort
    Quand s'éveille l'ange
    Dans mon pauvre corps
    J'arrache les pierres
    Au mur épais
    Du tombeau de terre
    Où tu m'as jeté

    Et je monte à grand peine
    Par les chemins
    Que prennent les reines
    Les assassins
    Dans cet univers de cendres
    Où aimer n'existe pas
    Parfois je prie mon ange
    Eh, ne m'oublie pas !

    Chaque jour les nostalgies
    Nous rongent
    Sans retour nous dérivons
    Privés de tout retour

    Je crains tant le souffle
    Du temps sur moi
    J'ai connu sa bouche
    Dans l'au-delà
    Fais de mon âme une branche
    De mon corps un talus
    Mais Dieu apaise l'ange
    L'ange déchu.

    £££

    Jean-Louis Murat - 
    Insensible



    £££

    Jean-Louis Murat - 
    Si je devais manquer de toi



    Si je devais manquer de toi,
    Mon vague à l'âme, mon poisson-chat,
    Ma tendre espionne, ma passion,
    Toi, l'encolure de mes chansons,
    Garde-moi, si tu m'aimes, et si tu doutes, oublie-moi

    Des profondeurs de l'océan,
    Comme un matador, un tyran,
    Guidé par l'odeur des chevaux,
    Je viens me glisser sous ta peau,
    Garde-moi, si tu m'aimes, et si tu doutes, oublie-moi

    Si je devais manquer de toi,
    Autant me priver pour toujours,
    Des bords de Loire au point du jour,
    De la douceur de ton amour,
    Si je devais manquer de toi,
    Autant me priver pour toujours,
    Des bords de Loire au point du jour,
    De la douceur de ton amour

    Ton plus beau nom est portugais,
    Hongrois, brésilien, puis français,
    Par chaque bouche, passe ta voix,
    En bouche à bouche, parle-moi,
    Et garde-moi, si tu m'aimes, et si tu doutes, oublie-moi

    Si je devais manquer de toi,
    Autant me priver pour toujours,
    Des bords de Loire au point du jour,
    De la douceur de ton amour,
    Si je devais manquer de toi,
    Autant me priver pour toujours,
    Des bords de Loire au point du jour,
    De la douceur de ton amour

    Si je devais manquer de toi,
    Autant me priver pour toujours,
    Des bords de Loire au point du jour,
    De la douceur de ton amour,
    Si je devais manquer de toi,
    Manquer de toi

    De la douceur de ton amour
    Si je devais manquer de toi,


    £££
    Blanche Baptiste et Nadine Estrella
    « "Echange à l'oeil lot de paille contre grosse poutre". Benoît Barvin in "Annonces déclassées"."Echange religieux - sans distinction de croyance - contre clé de douze, beaucoup plus utile". Benoît Barvin in "Annonces déclassées". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :