• "Dans ce costume imposé par le parti, on marchait extrêmement droit". Benoît Barvin in "Pensées pensées"

    +++

    Pensées pour nous-mêmes:

    (TANT QU'A FAIRE, 
    NE HAIS QUE TOI-MÊME
    QUAND TU HAIS)

    +++
    (C) Geluck

    Politique 
    Présidentielle 2012 
    Des intellectuels (?) et des artistes (?)
    à la rescousse de Sarkozy

       (...) "... (blablabla) c'est la raison pour laquelle nous appelons dimanche prochain à voter Nicolas Sarkozy. (...)

    Éliette ABÉCASSIS, romancière (?)
    Antoine ARJAKOVSKI, historien
    Charles AZNAVOUR, auteur-compositeur-interprète
    (et Alzheimer?)
    David BELUGOU, décorateur de théâtre
    Gérard DEPARDIEU, acteur
    (très gros?)
    Dominique FARRUGIA, producteur et réalisateur
    (très gras?)
    Bernard FIXOT, éditeur
    Stéphane FREISS, comédien et réalisateur
    Valérie-Anne GISCARD D'ESTAING, éditeur
    Anne GOSCINNY, écrivain et éditrice
    (Dans la famille, j'exige le père!!!)
    Thomas LANGMANN, producteur
    (Là aussi!!!)
    Claude LELOUCH, réalisateur
    (Chabadadada?)
    Emmanuel LE ROY LADURIE, historien, membre de l'Institut
    (Historien?)
    Michel MAFFESOLI, sociologue (?)
    Marie-José NAT, actrice (Qui?)
    Jean d'ORMESSON, écrivain, membre de l'académie française
    (Agaga)
    Jean-Robert PITTE, membre de l'Institut
    Serge REZVANI, peintre, auteur-compositeur
    Jean-Paul SCARPITTA, metteur en scène
    Jean-Luc SEIGLE, romancier
    Emmanuelle SEIGNER, actrice (?)
    Malika SOREL, essayiste
    Denis TILLINAC, écrivain
    Alain TERZIAN, producteur 
    Nadine TRINTIGNANT, écrivain et réalisatrice
    (veuve éternelle?)

    +++

    COURTS RECITS AU LONG COURS(15)
    pcc Benoît Barvin


    Conscience

       Cet homme politique venait d'être largement battu. Il bouclait ses valises. Il contemplait le bureau où s'étaient complotés toutes les médiocrités du Monde,  les accords secrets entre Partis et Syndicats, les signatures au bas de documents scélérats, les renvois d'ascenseurs effectués au détriment de l'intérêt commun; les mensonges, aussi, tous ceux qui avaient déstabilisé à la fois le Pays, ses Habitants et l'Union des autres Contrées, réunies au forceps, pour des motifs officiellement nobles - mais qui, dans le silence ouaté des cabinets ministériels, l'étaient beaucoup moins... 
       Il se souvenait de tous les ratés, de toutes les traîtrises, des forfaitures, des ignominies commises au nom de son "Pays".
       Dans son discours d'Adieu à la Nation, il se montra, pour la première fois, d'une humanité touchante et avoua tout. Il ne fut jamais aussi bon que dans cet exercice qui fit pleurer même celles et ceux qui avaient voulu s'en débarrasser. 
       Le Pays lui sut gré de cette honnêteté christique de sorte que, après la catastrophique alternance politique, il le supplia de revenir au Pouvoir. Ce qu'il accepta, en se faisant quand même un peu prier. Et il fut élu une seconde fois.
       "A présent, songea-t-il, aucun regret: foncer dans le tas et réussir à tout détruire, une fois pour toutes". 
       Pétri par cette profession de foi, il fit merveille...


    +++


    +++

    IL FAUT TOURNER LA PAGE

    Il faut tourner la page
    Changer de paysage
    Le pied sur une berge
    Vierge
    Il faut tourner la page
    Toucher l’autre rivage
    Littoral inconnu
    Nu
    Et là, enlacer l’arbre
    La colonne de marbre
    Qui fuse dans le ciel
    Tel
    Que tu quittes la terre
    Vers un point solitaire
    Constellé de pluriel
    Il faut tourner la page...
    Redevenir tout simple
    Comme ces âmes saintes
    Qui disent dans leurs yeux
    Mieux
    Que toutes les facondes
    Des redresseurs de monde
    Des faussaires de Dieu
    Il faut tourner la page
    Jeter le vieux cahier
    Le vieux cahier des charges
    Oh yeah
    Il faut faire silence
    Traversé d’une lance
    Qui fait saigner un sang
    Blanc
    Il faut tourner la page
    Aborder le rivage
    Où rien ne fait semblant
    Saluer le mystère
    Sourire
    Et puis se taire 
    +++

    (Surprise à se cultiver, cette sale femelle fut pendue,
    décapitée, éviscérée, démembrée et brûlée,
    pour lui apprendre...)


    By Edouard John Mentha (late 19th - early 20th century)

    +++

    "Toi, tu as voté Narine...
    - Comment le sais-tu?
    - Tu apprends l'Allemand...
    - Ahaha!!!"

    +++

    "Chéri chéri, si tu enlevais cet horrible casque...
    J'aimerais tellement t'embrasser...
    - Tout de suite... gloub... gloub..."

    (Cette politicienne savait y faire avec les hommes)

    +++

    (Ce parti extrême avait, de la modernité, une étrange idée)

    +++
    Jacques Damboise (et Blanche Baptiste)
    « "En faisant ses valises, par erreur, le Résident fut enfermé dans le baise-en-ville de son épouse". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet""Malgré son déguisement en nain de jardin, on reconnut immédiatement le Résident". Benoît Barvin in "Pensées pensées" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :