• "Cette pièce fit un four où l'on brûla l'auteur". Benoît Barvin in "Pensées pensées".

    °°°
    Pensées pour nous-mêmes:

    (SI TU VEUX JOUER LES LOUPS
    NE BÊLE PAS)

    °°°
    - Mon Dieu, cachez ce chien
    que je ne saurais voir et...
    - Non... Pas "chien"... "Sein"!
    - Mon Dieu, cachez ce Saint
    que je ne saurais voir et...
    - Pfff..."

    羅生門, Rashōmon (1950)

    °°°
    "T'es qui toi?
    - Ta meuf.
    - Qu'est-ce qui me le prouve?
    - Ma fiche des RG."


    Les RG l’ont rêvé, Facebook l’a fait…
    Jean-Marc MANACH

       (...) Le ministère de l’Intérieur a dénombré moins de 1000 fausses cartes d’identité l’an passé. Ce pour quoi, et au motif de lutter contre l’usurpation d’identité, il a décidé de créer une nouvelle carte d’identité biométrique adossée à un fichier de 60 millions de "gens honnêtes".

       Le caractère quelque peu disproportionné de ce projet n’a pas particulièrement choqué le philosophe Raphaël Enthoven et l’écrivain et journaliste Brice Couturier pour qui le problème, c’est l’Internet, cette "idéologie dominante" dont je serais l’incarnation...

       Ce mardi 7 février, Marc Voinchet avait intitulé ses Matins de France Culture "Tous fichés! Y sommes-nous ?", et invité Pierre Piazza, maître de conférence en science politique, et chercheur au CNRS, à venir causer de ce fichier des "gens honnêtes" au sujet duquel j’enquête depuis des mois, tant sur ce blog que sur OWNI, et qui va bientôt être adopté par le Parlement. D’ailleurs, j’étais moi aussi invité à m’exprimer.

       Auteur d’une Histoire de la carte nationale d’identité, d’une magistrale anthologie sur L’identification biométrique que je ne saurais que trop vous inciter de lire, Pierre Piazza est un spécialiste des fichiers policiers et administratifs. Interrogé par Marc Voinchet, il a lui aussi souligné les nombreux problèmes et dangers que posait ce fichier des "gens honnêtes". A contrario, Brice Couturier et Raphaël Enthoven, visiblement peu au fait de ce qu’est l’Internet, de ses usages et de ce qui s’y passe vraiment, ont préféré botter en touche, et relativiser le problème au motif qu’Internet incarnerait le "rêve" des RG... (...)

       (...) Dans sa chronique, Brice Couturier avait d’abord rappelé, comme Piazza et moi l’avions fait, que "la Convention européenne des droits de l’homme a jugé illégale le fait, pour la police, de détenir les identifiants biométriques de personnes innocentes"...

        Quelques minutes plus tard, il m’accusait d’incarner cette "idéologie dominante" qui prônerait la transparence parce que c’est "moderne et qu’il ne faut pas d’interdit", et qui permettrait à des personnes mal-intentionnées "d’utiliser des réseaux WiFi non sécurisés (pour) s’emparer de vos données les plus précieuses comme votre carte bancaire"...

       Raphael Enthoven, lui, a fustigé "la surveillance de chacun par chacun, sur les réseaux sociaux", en mode "Les RG l’ont rêvé, Facebook l’a fait", avant de tenter d’expliquer aux "cuistres" adeptes d’Internet que la "rumeur" était comparable, sinon pire, aux fichiers policiers, et de disserter sur ces types qui se la jouent "Little Brother (et) qui pose son portable à côté de vous et qui vous enregistre et qui met ça en ligne"...

       Je ne me permettrai jamais de faire la leçon, en matière de philosophie, à Raphaël Enthoven. Je ne sais quel est le domaine d’expertise de Brice Couturier, mais ce que je sais, c’est que leurs propos, pour le coup, ne sont pas dignes d’un philosophe, non plus que d’un journaliste : ce genre de propos est du niveau de la brève de comptoir, de ceux qui parlent sans savoir, se bornant à répéter des lieux communs, sans être drôle.

       Pire : ils valident, de façon démagogique, l’aveuglement de ceux qui sont censés nous gouverner. Sans chercher à comprendre, ni vérifier, la pertinence des mesures de surveillance qu’ils cherchent à nous imposer. Un peu à la manière de ceux qui avaient tenté de justifier le fichier Edvige au motif que les internautes "balançaient tout" sur Facebook...

       M’accuser de faire le lit de ceux qui pourraient espionner vos propos et communications est d’autant plus ridicule que, non content d’être à l’origine du scandale Amesys, et d’avoir contribué aux SpyFiles de WikiLeaks, qui visaient précisément à dénoncer les marchands d’armes de surveillance des télécommunications, cela fait 10 ans maintenant que j’explique aux journalistes comment protéger leurs sources, internautes comment sécuriser leurs ordinateurs, et protéger leur vie privée.

       M’accuser d’aider ceux qui pourraient pirater des n° de carte bancaire via des réseaux WiFi non sécurisés est encore plus ridicule : les internautes ne confient leurs n° de CB qu’en mode https, protocole conçu, précisément, pour sécuriser les transactions électroniques et, donc, éviter que quiconque ne vienne "s’emparer de vos données les plus précieuses".

       Comparer Facebook au fichier des RG témoigne, par ailleurs, d’une conception particulièrement biaisée, borgne, et élitiste, de la démocratie : la liberté d’expression n’est pas réservée aux journalistes, non plus qu’à ceux qui ont le privilège de pouvoir s’exprimer dans les médias dit "grand public", et c’est précisément ce que l’Internet révolutionne, comme l’avait très bien expliqué Daniel Kaplan.

       Les fichiers de police et de renseignement ont pour objet de surveiller des "suspects". L’Internet a pour objet, tout comme la démocratie, de permettre à tout un chacun de s’exprimer. Ce qui n’a strictement rien à voir, comme j’avais tenté de l’expliquer dans "Les internautes sont la nouvelle chienlit" :

       "De même que le port d’une mini-jupe ou le fait de bronzer les seins nus ne sont pas des incitations au viol, l’exposition ou l’affirmation de soi sur les réseaux ne saurait justifier l’espionnage ni les atteintes à la vie privée. (ni les blacklistages)"

       Avant, les gens avaient le droit de voter. Aujourd’hui, ils ont aussi la possibilité de s’en expliquer. Et ça change tout. Et apparemment, ça fait peur à certains, aussi.

       Pour le coup, Brice Couturier et Raphaël Enthoven ont aussi et surtout démontré qu’ils ne connaissent rien de ce dont ils ont été amené à discuter. J’y suis habitué, et je l’ai déjà écrit : le problème de l’Internet, c’est ceux qui n’y sont pas, mais qui n’en cherchent pas moins à vouloir régenter ce que l’on y fait, ou pas.

       Interrogé par Marc Voinchet qui voulait savoir pourquoi, à mes yeux, le débat ne prenait pas, j’ai répondu que c’était probablement parce que les gens ne savent pas que plus de la moitié des Français apparaissent dans les fichiers de police et que le STIC, a lui tout seul, fiche 44,5 millions d’individus, que les gens ne savent pas que 75% des gens dont l’ADN a été fiché ont certes été un jour suspectés, mais jamais condamnés, certains ayant même été blanchis depuis, qu’ils ne savent pas que 45% des fichiers de police utilisés sont hors la loi, ni qu’ils sont truffés d’erreurs, ni qu’un million de personnes, blanchies par la Justice, y figurent toujours comme "suspects" (les fameux "défavorablement connus des services de police")...

       Ou alors ils s’en foutent. Mais ils auraient tort : le vrai danger, dans cette société de surveillance, ce n’est pas Orwell, c’est Kafka, c’est ce renversement de la charge de la preuve qui fait de tout citoyen un présumé suspect, au mépris de la présomption d’innocence, et à qui l’on demande de prouver qu’il est innocent... ou comment, et pourquoi, ficher les "gens honnêtes" pour les protéger des malhonnêtes. On marche sur la tête. (...)
    Lire la suite sur:


    °°°
    "Pas la langue! Pas la langue!"



    °°°
    Luc Desle
    « "Ce Sans culotte était sans peur et sans reproche, ce qui compensait". Benoît Barvin in "Pensées pensées"."Ce danseur un peu dingo était australien". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :