• "Cette femme océane a une odeur d'embruns...". Benoît Barvin in "Pensées aux étoiles".

    @@@
    Pensées pour nous-mêmes:

    (LES SECONDES SONT DES HEURES
    POUR LE SAGE)

    @@@

    Long Texte au long cours (2/5). 
    Blanche Baptiste

       La jeune Lucie dissimule un secret: le fait d'avoir eu une fille sourde et aveugle à la naissance. En dépit du lourd handicap d'Aurore, sa mère a décidé de la garder...

    HAUTES DILUTIONS


    Les mains de la mort : L'enfant malade de Jan Steen

       Mais ce soir, la gamine est vraiment très excitée. Elle s’est griffé la paupière et la joue droites jusqu’au sang. Lucie lui enfile ses moufles et lui parle doucement pour la calmer. 

       - Eh bien, Aurore, qu’est-ce que tu veux me dire ? Tu n’es pas contente parce que maman t’a laissée avec tante Pépita ? Tu sais bien qu’elle a du mal à te parler. Elle n’accepte pas ton malheur, ça lui fait peur. Tellement peur qu’elle a trouvé le moyen d’appeler sa fille, ta cousine d’un an de moins que toi, Eugénie! Ça en dit long ! 

       Lucie avait remarqué cette coïncidence troublante en faisant un stage de psycho-généalogie. Elle avait alors compris à son corps défendant que même sa sœur rejetait Aurore. Tous autour d’elle étaient prêts, en quelque sorte, à pratiquer sans grands remords, une forme particulière d’eugénisme, tout en ayant la bonne conscience de ceux qui croient soulager d’un poids insupportable, non seulement la victime mais aussi la société toute entière. 

       La petite s’agite un peu plus et se met à rire compulsivement en faisant siffler ses bronches. 

       - Tu comprends, j’ai besoin de penser un peu à moi. J’ai besoin de retrouver ce qui dans ma jeunesse pourrait avoir déterminé mon présent. C’était du temps que j’étais libre et ne le savais pas… 

       Aurore change soudain de registre. Du rire, elle passe sans transition aux sanglots profonds, ponctués de hoquets, qui ramènent à ses lèvres des restes de goûter mêlés à de la bave. 

       Lucie ne veut pas se l’avouer mais elle est à bout. Elle tient bon depuis plusieurs années déjà, par un effort nerveux perpétuel, et quand sa fille est en crise, et elle l’est presque quotidiennement, elle sent sa volonté flancher. Elle en est quelquefois venue à vouloir la tuer sur place, un coussin sur le visage, une chute dans l’escalier, un surdosage de tranquillisants. 

       Alors, la mère en elle se fige. Comment peut-elle seulement en concevoir l’idée ? Tuer sa propre fille ? A-t-elle à ce point l’âme assassine ? Puis, pour s’apaiser, elle se dit qu’elle lui a donné la vie et qu’elle seule, est habilitée à la lui ôter. Que personne ne se mêle de lui donner des conseils ou de vouloir œuvrer à sa place. Si un jour il fallait soulager Aurore, ce serait elle qui le ferait. Pour l’instant, elle se doit de la faire vivre. Et, à grands renforts d’autosuggestion elle remise sa révolte. 

       Il est temps qu’elle achève son analyse, qu’elle découvre la clef de son angoisse. 

       Aurore commence à se mordre les lèvres tout en se donnant des coups de moufles désordonnés sur le visage. 

       N’en pouvant plus, Lucie prend un verre et y met une double dose d’Haldol. 

       - Tu vas dormir un peu. Ca te fera du bien et à moi aussi. J’ai besoin de calme.

    ***
    (A Suivre)

    @@@

    "Des étoiles? Des rêves? 
    Des extraits de poèmes?
    Pouah! 
    A quoi tout cela peut-il servir?
    Est-ce qu'on peut gagner
    de l'argent avec, au moins?"


    ASTROGONY [aka ASTROGENY]

    @@@

    "Je vous le redis: une fois dans son bocal, ce... ahem...
    GROS poisson adaptera sa taille de lui-même...
    - Vous me l'assurez?"


    DEMERSAL

    @@@

    (L'annonce des futures augmentations de l'électricité
    eut raison de la santé mentale du fils 
    du monstre de Frankenstein)


    ELECTROCONVULSIVE

    @@@

    (Le mécanisme complexe produisant du mensonge
    chez tout homme politique était enfin dévoilé)


    SEMBLANCE

    @@@
    Blanche Baptiste
    « "Cet homme des cavernes était également bas de plafond". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet"."Les merguez sucrées de cet ami anglais ne m'enthousiasmèrent guère". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :