• "Cet auteur écrivait tellement vite que ses écrits n'avaient pas le temps d'être imprimés sur le papier". Benoît Barvin in "Pensées pensées"

    +++
    Pensées pour nous-mêmes:

    (LA SEULE ARME DONT TU AIES L’UTILITÉ
    EST TA BONTÉ)

    +++

    COURTS RECITS AU LONG COURS(23)
    pcc Benoît Barvin


    Le bavard

       Il parlait constamment, ce moulin à paroles. C'était un flux ininterrompu, un déluge de mots et de faux concepts sans queue ni tête, une éruption de bêtise auto-satisfaite, une tempête de verbiage assommant. Il parlait de tout et surtout de rien, occupait l'espace auditif de quiconque avait le malheur de se trouver à côté de lui. Il saturait la pièce où il se trouvait de sa voix aigre, même pas méchante, ni vulgaire, mais quelconque. Il coupait la parole à tous ceux - ou toutes celles - qui avait quelque chose à dire, les repérant comme le chasseur traque le fauve, armé jusqu'aux dents de sa fatuité, de sa cruauté naturelle et cela va sans dire,  virile
       Bref, on l'aura compris, il se révélait plus qu'insupportable, imbuvable et odieux... En fait, aucun adjectif ne pouvait rendre avec exactitude le sentiment de mépris haineux qu'il produisait sur le malheureux qu'il alpaguait, à la manière d'un harangueur de boîte de strip-tease, et qu'il noyait sous un ronron chagrin.
       La Providence eut enfin pitié de nous, qui étions contraints de supporter ce philosophe mondain, bien en cour, lorsqu'un matin il se réveilla définitivement muet. On crut alors avoir la paix, une paix d'autant plus méritée que nous l'avions subi durant cinq longues années.
       Hélas, ce bavard égocentrique apprit aussitôt le langage des signes... et nous eûmes l'angoisse de voir se reproduire le cirque infernal. Quelqu'un, plus avisé que les autres, l'orienta alors vers des représentations de mime hystérique. Il insista bien sur le terme qui trouva un écho bienveillant dans la cervelle obtuse de notre philosophe de salon.
       Sur les plateaux télé, on vit donc notre désormais pantin, pitoyable, tenter de se mettre en scène dans des spectacles humoristiques. Les seuls rires qu'ils déclenchait eurent un agréable goût de revanche, je peux vous l'avouer... 


    +++

    (Le tueur à la guitare et son fils,
    quelques semaines avant leur effroyable forfait)

    Slide Guitar Circa 1926

    +++

    (Les quelques kilos de trop de la Soprano Yodhlaho
    lui firent un sacré méchant effet)



    +++

    (Le dernier homme et son chien étaient sur la Terre,
    pas vraiment tranquilles)


    war dog

    +++

    (C'est avec cette séance de photos que l'on comprit,
    un peu tard, que cette starlette avait besoin de lunettes)

    +++
    Jacques Damboise
    « "Son travail de CDD, le Père Noël le transforma en CDI en devenant Père Manant à Pôle Emploi". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet""Ce marchand drapier était insomniaque". Benoît Barvin in "Pensées pensées" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :