• "Ce petit homme contrefait prêtait à rire, mais pas l'arme qu'il brandissait". Benoît Barvin in "Pensées à petits pas"

    ***
    Pensées pour nous-mêmes:


    (TON VIS-A-VIS TE VOIT
    TEL QUE TU LE REGARDES)


    ***
    COURTS RÉCITS AU LONG COURS(26)
    pcc Benoît Barvin


    Santé

       Elle me surprit, cette vieille femme, à la sortie du supermarché. Elle trébucha et, au ralenti, je vis le moment où elle allait tomber lourdement sur le sol, se briser une jambe, ou le fémur, ou le crâne, ou... Je l'attrapai au vol, réussis à la maintenir en suspension, dans l'air frais du magasin, malheureusement adepte de la climatisation à outrance, celle qui vous plaque sur la poitrine une langue glacée vous conduisant, tout droit, chez le médecin pour fluxion de poitrine carabinée et...
       Je stoppai mon bavardage intérieur (conséquence des redondantes conversations de la Maison de Retraite où je travaillais) en réussissant à rétablir l'équilibre de l'ancêtre. Elle était à présent sur ses jambes, flageolante, le visage d'un blanc de craie, la respiration sifflante. Cependant, dans son début de chute, elle n'avait pas lâché son sac de courses. Elle s'y cramponnait comme s'il s'agissait d'un trésor aztèque récupéré après moult péripéties, imaginées par un duo de cinéastes US roublards.
       Autour de nous, l'évènement prenait une tournure des plus fait-diverse... oserai-je dire. Deux autres vieilles entouraient leur aînée, si j'en croyais les commentaires où il était question de l'âge de la victime, de la pâleur de craie de son visage "ridé" (du moins est-ce que j'ai cru entendre). Un vieil homme portant à la fois une barbe impeccable et un ventre proéminent, les joues rubicondes, les deux mains crochetant chacune un pack de bières,  demanda si La p'tite dame allait bien..
       La caissière - une grosse entre deux âges, mal fringuée dans un costume maison qui lui boudinait une poitrine gargantuesque et peu appétissante - ânonnait "vous l'avez échappé belle... Heureusement que Monsieur était là... Vous devriez faire attention... A votre âge, hein?... C'est triste, de vieillir seule...", à moins que ce ne fussent les différents commentaires qui, pareillement misérabilistes, jouaient en canon dans une symphonie des plus pathétiques...
       "Ne vous inquiétez, Madame, dis-je tout haut. Je vais vous accompagner jusqu'à chez vous. Vous habitez tout près, je suppose...". La vieille bredouilla une adresse en jetant autour d'elle des regards perdus. Un vigile s'approcha, vaste morceau de barbaque mal entretenue et, posant sa large main sombre sur mon épaule, me fit sursauter: "Besoin d'un coup de mains?". 
      Je fis non de la tête, envoyai à chacun mon sourire charmeur et hypnotique et, glissant un bras sous celui de la vieille, après m'être emparé de son sac, je nous dirigeai habilement en direction de la sortie.
       Je savais où habitait la femme. Je la surveillais depuis longtemps. Elle ne me connaissait pas, puisqu'elle m'avait abandonné à ma naissance. J'avais mis un sacré temps pour  la retrouver.
       Maintenant, elle allait payer pour ce qu'elle avait fait, vingt-huit ans plus tôt. Je m'étais soigneusement préparé pour la circonstance. Dans mon sac à dos reposaient benoîtement une corde, un coutelas, une pince coupante, un flacon d'éther et de la résine de cannabis, pour tenir le coup.
       Maman regretterait plusieurs jours de ne pas s'être réellement cassé quelque chose dans sa chute... 


    ***

    Sophie Milman. Ces Petits Riens.



    Une jolie voix mais peut-être un peu trop de maniérisme
    dans l'environnement musical.


    ***

    Stacey Kent- Ces Petits Riens.



    Ma préférée, chantée avec un coeur tendre et légèrement saignant. 
    Un beau moment de tendresse.

    ***

    San Francisco - Angelique Kidjo - ces petits riens


    Une autre interprétation agréable et romantique


     Ces Petits Riens
    (Serge Gainsbourg):

    Mieux vaut n'penser à rien
    Que n'pas penser du tout
    Rien c'est déjà
    Rien c'est déjà beaucoup
    On se souvient de rien
    Et puisqu'on oublie tout
    Rien c'est bien mieux
    Rien c'est bien mieux que tout

    Mieux vaut n'penser à rien
    Que de penser à vous
    Ça ne me vaut rien
    Ça ne me vaut rien du tout
    Comme si de rien
    N'était je pense à tous
    Ces petits riens
    Qui me venaient de vous

    Si c'était trois fois rien
    Trois fois rien entre nous
    Evidemment
    Cà ne fait pas beaucoup
    Ce sont ces petits riens
    Que j'ai mis bout à bout
    Ces petits riens
    Qui me venaient de vous

    Mieux vaut pleurer de rien
    Que de rire de tout
    Pleurer pour un rien
    C'est déjà beaucoup
    Mais vous vous n'avez rien
    Dans le cœur et j'avoue
    Je vous envie
    Je vous en veux beaucoup

    Ce sont ces petits riens
    Qui me venaient de vous
    Les voulez-vous ?
    Tenez ! Que voulez-vous ?
    Moi je ne veux pour rien
    Au monde plus rien de vous
    Pour être à vous
    Faut être à moitié fou.

    sur http://www.parolesmania.com/ ] 

    ***
    Nadine Estrella
    « "Sous son ingénieux maquillage de starlette, la Mort ricanait". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet""Dans ce Parti Extrême on cuisait les idées dans des fours ancestraux". Benoît Barvin in "Pensées pensées" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :