• "Ce pas de la Loi ne me disait rien qui vaille". Jacques Damboise in "Pensées circonflexes".

    $$$

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE VISIBLE

    EST INVISIBLE AU COEUR)

    $$$

     "On voit un bout de ta fesse, là...

    - Mais je ne peux pas prendre

    mon bain en burkini, quand même!

    - Pourquoi pas?"

     Splish

    $$$

    gagdz.com

    Les droits de l’homme,

    la Grande-Bretagne et les crimes de guerre

       Vous avez remarqué comment, aux radios du matin, les nouvelles les plus intéressantes sont toujours données en brèves  ? Encore une. La Grande-Bretagne va « déroger à la Convention européenne des droits de l’homme », a expliqué le ministre de la Défense britannique devant le congrès conservateur à Birmingham. Rien à voir avec le Brexit  : la CEDH s’applique aux 47 pays membres du Conseil de l’Europe (rien à voir avec l’UE).

       La Grande-Bretagne, s’exonérer des droits de l’homme  ? A noter, précise rapidement France Culture, que des démarches similaires ont déjà été faites dans les dernières années par la Turquie, l’Ukraine, ou la France. On sursaute. La Turquie et l’Ukraine, rien d’étonnant de la part de ces grands débutants en démocratie et droits de l’homme. Mais la France, pays des Lumières  ? Vraiment  ? Ah oui. C’était après le 13 novembre, dans l’effervescence de l’état d’urgence. On avait déjà oublié. Tout est raconté dans le détail chez nos amis et partenaires de NextINpact. (...)

       (...) La Grande-Bretagne, donc, souhaite aujourd’hui éviter les plaintes qui « nuisent à nos troupes, compromettent les opérations militaires, et coûtent des millions aux contribuables », selon le ministre de la Défense, ou encore mettre fin à « l’industrie des plaintes vexatoires » selon la Première ministre Theresa May.

       Attention, les plaintes pour torture, pour leur part, continueront d’être examinées. Pas de dérogation pour la torture. Mais alors, de quoi le gouvernement britannique peut-il exonérer ses militaires  ? Par exemple, de poursuites pour « entrave au droit à la vie ». « Entrave au droit à la vie » : comme ces choses sont joliment dites. Mais dites-moi, la guerre n’est-elle pas précisément faite pour que l’on y commette des « entraves au droit à la vie » ? N’est-ce pas sa définition même  ? « Autrement dit, pour meurtre », traduit obligeamment Le Monde (merci Le Monde).

       Nous y voilà. Un meurtre commis au cours d’une guerre, par hasard, cela ne s’appellerait-il pas un « crime de guerre » ? Mais le terme ne sera pas prononcé. Tout au moins, pas contre nos alliés britanniques par les rares médias français s’intéressant à l’affaire, lesquels le réservent aux troupes ennemies et par exemple, oui, vous avez deviné, aux troupes de « Poutine et Assad », autrement dit de la Russie et de la Syrie, détentrices exclusives de l’appellation, comme chacun sait.

    http://rue89.nouvelobs.com/2016/10/05/les-droits-lhomme-grande-bretagne-les-crimes-guerre-265342

    $$$

    Benoît Barvin

    « "Le crocodile qui sortit de la bouche de cette sorcière la dévora". Jacques Damboise in "Pensées circonflexes"."Il était sage comme un fromage bien emballé et qui attend son gourmet". Jacques Damboise in "Pensées contrites". »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Octobre 2016 à 15:02

    Les altérations vitales définitives occasionnées par les suppresseurs d'énergies organiques rétribués par le gouvernement britannique, seront exonérées de motifs de plaintes et autres récriminations non-patriotes.

    J'aurais dû faire de la politique, moi, tiens.

    2
    Dimanche 16 Octobre 2016 à 16:07

    Effectivement, ça évite les problèmes du vulgum pecus...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :