• "Ce dentier en or massif fit couler son propriétaire". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet".

    *** 
    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE SAGE EST UNE IDÉE. TU ES UNE IDÉE.
    MAIS TU N'ES PAS LE SAGE)

    ***

    "Si j'osais, je me mettrais à l'aise, moi"


    ***

    "Hummm... Mon gros bébé...
    - Ch'suis pas gros!"

    Fatty Arbuckle

    callmefatty.com

    Près de 7 millions de Français sont obèses


       (...) Les Français grossissent ! Selon une enquête nationale (*), l'obésité touche, en 2012, 15% de la population adulte, correspondant à un peu plus de 6,9 millions d'obèses, soit environ 3,3 millions de plus qu'en 1997. En quinze ans, les Français ont pris en moyenne 3,6 kg tandis que leur tour de taille gagnait 5,3 cm (passant de 85,2 cm à 90,5 cm). 


       Une progression importante mais qui semble marquer le pas selon cette étude trisannuelle ObEpi-Roche.
       La fréquence de l'obésité augmente avec l'âge.Mais c'est dans la tranche des 18-24 ans que son augmentation a été la plus franche entre 2009 et 2012 (+35% alors que la variation va de -1,5% à +4,5% à d'autres âges).

       Face à ce constat, le ministre chargé de l'agroalimentaire, Guillaume Garot, a décidé de s'attaquer au problème. Et en premier lieu à l'alimentation industrielle, levier le plus facile à actionner sans doute. Selon une enquête effectuée par Europe 1, le ministre veut signer un «pacte» avec les 12 000 entreprises du secteur pour améliorer la qualité nutritionnelle de leurs produits. (Ahah ah...) (...)


    Lire sur:


    ***

    "Vous voyez bien que je passe sous le portique...
    - Mon Dieu, quelle cruche!"

    ***

    "Moi, je sens la rose à peine éclose...
    Mais ceci ne vous autorise pas
    à me manger, quand même"



    Vers la fin de la 
    castration des cochons

       (...) Les éleveurs de porc français vont devoir prochainement ranger au placard leurs bistouris et laisser aux cochons tous leurs attributs. En effet, la fin de la castration de ces animaux en Europe est envisagée à l'horion 2018. Une disposition qui va nécessiter une adaptation de l'éleveur et de la filière. Un enjeu à la fois éthique et économique. 

       La castration chirurgicale du cochon est une technique qui date de l'après-guerre, lors du lancement des élevages intensifs. Une époque où «la notion de bien-être animal ne venait à l'esprit de personne», souligne Michel Bonneau, ingénieur à l'Institut du porc (Ifip).

       Le porc castré est plus gras, moins agressif et surtout ce geste médical évite les odeurs nauséabondes que dégagent ces animaux lorsqu'ils ne sont pas castrés. Ces effluves peuvent se retrouver sur 5 à 20% des carcasses de porcs. (...)

       (...) L'Union européenne, sur l'incitation des associations de défense des animaux, a ouvert la voie à la fin de la castration. En effet, les représentants européens de la filière ont signé une déclaration pour tenter de parvenir à l'arrêt de cette pratique en 2018 à condition que des solutions efficaces soient trouvées pour limiter les mauvaises odeurs.

       En attendant 2018, le label VPF (97% de la production porcine française) a déjà pris depuis 2012 une mesure intégrée dans son cahier des charges: l'obligation de donner au porcelet castré un anti-douleur après la castration.

       Le Royaume-Uni ne pratique plus la castration des porcs et en Espagne les cochons entiers représentent 65% de la production. D'autres pays comme les Pays-Bas envisage de mettre un terme à cette pratique avant 2018. (Bien-être de l'animal avant de le tuer... voilà une idée qu'elle est bonne...) (...)



    ***
    Luc Desle
    « "Il craignait pour ses fesses, le loup, depuis cette sordide affaire des 3 petits cochons". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet"."Il faisait des châteaux de cartes en sable, cet étrange magicien". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :