• "Ce calme était si profond qu'on mit une croix dessus accompagnée d'une épitaphe". Benoît Barvin in "Pensées pensées".

    °°°
    Pensées pour nous-mêmes:

    (DONNE A LA VIE
    LE TEMPS DE T'APPRIVOISER)

    °°°
    Nouveau court récit au long cours (30)

    LE LIBÉRÉ
    DU
    CLUB MAD

       Alors que l'île s'est mise à trembler, P'tit Boss s'apprête à faire évacuer les vacanciers, à contrecœur, cela va s'en dire.




       Le parking de l’aéroport est encombré par une trentaine de bus réquisitionnés pour le transport des évacués. Dans le hall soudain trop exigu, au moins mille cinq cents jeunes touristes et animateurs confondus attendent, certains apathiques, d’autres sur les nerfs, les charters spéciaux qui vont se succéder sur la piste.

       Ptiboss a fait preuve d’une grande efficacité en ce début d’après-midi fatidique. Beaucoup se demandent s’il a eu un éclair de perspicacité, une prémonition ou tout simplement un aperçu sismologique de la situation sur le terminal de sa villa ? Ce sera en tout cas cette réponse qu’il privilégiera devant les journalistes qui ne vont pas manquer de l’interroger dans quelques minutes. Il dira qu’il a consulté comme d’habitude les données climatologiques concernant le lieu et que ces dernières étaient plutôt inquiétantes. Par précaution, il a fait évacuer, sans précipitation, tous les membres du Club, et, avec un zèle dont il se félicite, il a même pu, avec quelques acolytes de confiance, mettre en lieu sûr la plus grande partie des ordinateurs, le matériel sono et les systèmes vidéo de pointe. 

       De toutes façons, les assurances paieront mais ce sera un plus à gagner. Après un coup dur comme celui-ci, il aura bien besoin de petits à-côté. Qui lui dit que la formule Club Mad ne va pas être remise en question ? Même s’il n’y a aucune relation de cause à effet entre la présence d’un méga-night sur le site et le séisme… De cela, lui est persuadé.

       Mais il faut savoir aussi que des vacanciers mentionneront l’intervention d’un hurluberlu qui les avaient exhortés à quitter le Village au plus vite. Des G.E, les employés grecs, parleront de la prémonition de Yannis Nissos. Il y aura enquête. On interrogera ces deux vieux séniles.

       En fait, il ne ressortira rien de tout cela. Nous ne sommes plus au Moyen-Age. On exige des explications scientifiques et vérifiables. Les interrogations ne déboucheront donc que sur une seule réponse valable : il s’agissait d’un tremblement de terre localisé.

    ***

       Il fait très chaud dans l’aéroport. Les premiers passagers embarquent sur un ATR venant d’Athènes. Il y a quelques bousculades. C’est alors que le portable de Thibault, alias Ptiboss, se met à égrener les notes du Mundial. On lui annonce qu’un grave incendie vient de se déclarer à l’instant à Ibiza, et qu’il ravage un des plus hauts lieux touristiques fréquentés par les teuffeurs de luxe du coin. On ne sait pas s’il s’agit d’un attentat ou d’un accident. Il n’y a pas de victimes. Que des dégâts matériels.

       Simple coïncidence… Mais Ptiboss ressent soudain un profond écoeurement, comme un malaise en lui. Il sait cependant que cela va lui passer. Il n’est pas du genre à se poser des questions existentielles. Il n’y a pas de relation entre ce qu’il vient d’apprendre et sa catastrophe à lui. Il ne s’agit pas des mêmes chaînes touristiques, leurs objectifs ne sont pas les mêmes. Cela n’a donc rien à voir. C’est rassurant. Ce n’est donc qu’un hasard.

       Pour ce qui est de son bébé, un autre Club Mad sera construit à Corfou, encore plus performant. Celui qui vient de disparaître englouti par les eaux, n’était que du rapetassage. On avait essayé de faire du neuf avec un vieux concept, alors qu’il convenait de tout revoir à la base. La nature s’en est chargé. Finalement, c’est mieux. Le prochain Club Mad sera quasiment invisible quant aux structures d’animation. Ce sera une véritable mégapole souterraine de la techno, un truc qui arrache. Ptiboss s’y voit déjà. Ensuite, ce sera les Bahamas, quelque chose d’encore plus démentiel, car là-bas ce sera conçu pour des clients encore plus friqués, avec des DJ super côtés.

    ***

       J’aimerais redescendre et passer chez le pêcheur, dit Rachel. Ils ont certainement besoin d’aide.

       - Oui, on ne va pas rester là indéfiniment, renchérit Jean-Michel J’aperçois des jeunes, un peu plus en contrebas, sur la route. Vus leurs casquettes et tee-shirts, ce sont des membres du Club. On va leur demander ce qui s’est passé, mais apparemment, le Village a dû être évacué. Je n’y avais pas trop prêté attention tout à l’heure, mais j’ai entendu en fond sonore, pendant que nous marchions, bien avant l’effondrement, tout un va et vient de voitures, de cars, et de Vespas. Ils ont dû suivre votre mise en garde, Daniel.

       Ce dernier ne bouge pas. Il se contente de dire :

       - C’est bien. Allez-y, vous. Je reste encore un peu.

       Oui, il va rester encore au soleil, se tenir à l’écart de toute agitation. Il n’a plus rien à dire et pour l’instant plus aucune envie de faire. Tout à l’heure, il verra. Il se sent bien sur ce rocher.

    FIN


    °°°

    (Danseuse pressée traitant son métier
    par-dessus la jambe)


    Charlotte Greenwood. Metro-Goldwin-Mayer studio, 1928..

    °°°
    (Fil de fer barbelé, élégamment rouillé,
    pouvant également être méchamment électrifié)



    Fil de fer barbelé
    pour garder les réfugiés au loin

    JYLLANDS-POSTEN

       (...) Alors que jusqu'à 3 millions de réfugiés syriens tentent de sortir de la guerre et de la destruction pour aller en Europe, celle-ci se dote d'une clôture de fil de fer barbelé, active la surveillance vidéo et envoie des navires de guerre en Méditerranée pour empêcher les réfugiés d'entrer.

       A la frontière gréco-turque, l'ONG allemande Pro asile affirme que les autorités frontalières grecques ont refusé des demandes d'asile de 2.000 réfugiés, principalement en provenance de Syrie. Ce qui est contraire aux conventions internationales sur les réfugiés et inquiète le Haut Commissariat de l'ONU, le HCR.

       Récemment, la Bulgarie a commencé à édifier une longue clôture de barbelés de 30 km à la frontière avec la Turquie, où 8 à 900000 Syriens ont cherché refuge. Le système d'aide aux réfugiés, dans ce pays, est semble-t-il en mauvaise posture, au vu de l'afflux des demandeurs d'asile. Dans le même temps les réfugiés vivent dans des conditions sordides.

       La clôture a, avant même qu'elle ne soit complètement achevée, était dotée d'une faible puissance. D'après Bjarke Skaaning, responsable régional de la Croix-Rouge danoise, cela risque d'obliger de nombreux réfugiés à choisir de faire des détours mortels pour atteindre malgré tout l'UE.

       "Nous avons vu des groupes voyageant à travers la Géorgie et l'Arménie en direction de la Russie, et plus à l'ouest vers l'Europe, même si ces voies sont  très  incertaines," a-t-il dit.

       Selon Pro asile, il est devenu courant pour les demandeurs d'asile d'être chassés par la force: "Les réfugiés sont brutalement traqués par les autorités grecques. C'est même devenu systématique », conclut l'ONG allemande qui base ses certitudes à partir d'entretiens tenus avec des réfugiés syriens.

       Le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, se dit "profondément préoccupé" par les rapports selon lesquels certains pays de l'UE ont l'intention d'ériger des barrières de fil de fer barbelé ou bien qui rejettent presque automatiquement les demandes des réfugiés. 

       «Le HCR insiste pour que le monde et l'UE changent de cap dans l'appréhension de ces problèmes de flux migratoire."



    °°°
    "C'est pas avec ces satanées croûtes que je vais me payer
    un château en Espagne, moi. 
    S... de métier!"



    Paris, 1950s by Fritz Henle

    °°°
    Benoît Barvin
    « "Il avait le triomphe modeste, ce milliardaire". Benoît Barvin in "Pensées pensées"."Il avait le rythme dans la peau, mais pas sur la chaise électrique". Benoît Barvin in "Pensées pensées". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :