• "C'était bien chez Laurette, mais ce qui était chouette, c'est quand on s'en allait". Jacques Damboise in "Pensées du bout du bout du comptoir"

    °°°
    Pensées pour nous-mêmes:

    (L'ESPOIR TE FAIT VIVRE 
    COMME L'ALCOOL TE FAIT MOURIR.
    AGIS)
    °°°
    "On repart comme on est venus...
    pleins d'espoirs..."
    Les enfants d'immigrés 
    cherchent leur rêve américain à l'étranger
    Kirk Semple 

       (...) Washington, la carrière de Samir N. Kapadia semblait bien commencer : après un stage au Congrès, il a travaillé pour une grande fondation ainsi que pour une société de conseil. Et, pourtant, il avait l'impression de s'être enfermé dans une routine. D'Inde, son pays d'origine, ses amis et ses proches lui parlaient de leur vie dans cette nation en plein boom. L'un d'eux était en train de créer une entreprise d'e-commerce, un autre une société de relations publiques, d'autres encore un magazine, une pépinière d'entreprises ou un site Internet consacré aux people et à l'actualité. "Là, j'ai commencé à me dire que bosser peinard de 9 à 17 heures ne me suffisait plus", se souvient M. Kapadia, 25 ans, qui est né en Inde et a grandi aux Etats-Unis. L'année dernière, il a donc quitté son emploi et s'est installé à Bombay. 
       (...) Comme lui, aux Etats-Unis, les enfants d'immigrés, diplômes en poche, sont de plus en plus nombreux à partir s'installer dans le pays de leurs ancêtres. Depuis toujours, les Américains, qui ont l'esprit d'entreprise, aiment tenter leur chance à l'étranger. Mais cette nouvelle vague illustre l'évolution des migrations mondiales et les défis qui se posent à la compétitivité et à la suprématie économique américaine. "Les marchés s'ouvrent, les gens ont des idées tous les jours. Il y a tellement de choses à créer", s'enthousiasme M. Kapadia, aujourd'hui employé chez Gateway House, un nouvel organisme de recherche en politique étrangère à Bombay. "Ici, les gens ont une longueur d'avance sur Washington." (...) 
    Lire la suite sur:


    °°°
    "Un cavalier qui surgit hors de la nuit
    Pour bouter les immigrés hors de chez lui..."
    Des chansons 
    pour dissuader les clandestins
    Paloma Esquivel 

       (...) Le gouvernement fédéral américain a tout essayé pour stopper le flux de migrants clandestins. Il a augmenté le nombre de patrouilles aux frontières, introduit de nouvelles sanctions, déployé des drones et des capteurs de mouvement, construit et reconstruit des clôtures. Pendant des années, Washington a même discrètement financé la diffusion au Mexique de chants et de courts documentaires sur les dangers encourus par les migrants.

       Aujourd'hui, les autorités ont recours à une tactique préventive : depuis l'an dernier, des agents de l'Arizona prennent contact avec des chaînes de télévision, des radios et des journaux du Mexique et d'Amérique centrale pour leur demander d'informer la population du danger de franchir illégalement la frontière, surtout en passant par le désert de Sonora.
       Après s'être montrés sceptiques, les médias ont finalement répondu favorablement à la demande. Des journaux des Etats mexicains du Chiapas et du Michoacán ont publié des reportages fondés sur leurs informations. Des organes de presse du Salvador et du Guatemala leur ont emboîté le pas. Certains ont publié des photos de planques surpeuplées et de sauvetages d'urgence fournis par la Border Patrol [la police des frontières américaine].

       "Les migrants sont maltraités, roués de coups, ridiculisés, et les femmes souvent violées", pouvait-on lire dans un article du quotidien salvadorien El Diaro de Hoy. La campagne a rencontré suffisamment de succès pour être étendue, cette année, aux villes américaines abritant une forte population mexicaine comme Los Angeles, Phoenix, Chicago, Seattle et Atlanta. L'objectif est de convaincre les immigrés installés aux Etats-Unis d'avertir les membres de leur famille des conditions périlleuses du passage de la frontière, en particulier en Arizona. (Ne venez surtout pas, quand on va vous traiter comme des chiens... beau slogan)

       "Notre message est le suivant : 'Si vous décidez de venir, ne passez pas par l'Arizona'", explique le porte-parole de la Border Patrol, Andy Adame. "Nous constatons une forte augmentation des exactions commises par les passeurs, des braquages à la kalachnikov, au revolver et à l'arme blanche, et ce non seulement dans le désert mais aussi dans les planques où des clandestins sont ligotés à l'aide de ruban adhésif." (...) 
    Lire la suite sur:

    °°°
    "Si j'ai réduit, cette nuit, mes émissions de carbone?
    Attends voir combien de fois j'ai pété...

    - Comme d'hab', vous êtes d'une élégance..."
    Brouillard statistique
     sur les émissions de carbone
    THE GUARDIAN LONDRES

       (...) Les directions Climat et Environnement de l’UE comptent dans leurs rangs quelques-uns des "amis de la Terre" les plus compétents et les plus motivés qui soient. Mais que se passe-t-il lorsque, pour des raisons tenant à l’opportunisme politique, une culture de la "comptabilité créative"décrédibilise complètement les objectifs sur lesquels ils travaillent 
     Concernant les trois objectifs de 20% à l’horizon 2020 :

       - Les réductions d’émissions elles-mêmes sont comptabilisées à partir du lieu de production et non d’utilisation, ce qui permet, par le truchement du commerce international, d’externaliser environ 7% des émissions européennes de carbone vers les pays en développement. Cette erreur trouve son origine dans les critères d’évaluation des émissions du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) et non dans ceux de Bruxelles. Pourtant, les Etats membres de l’UE se cramponnent à ces règles et remettent en question le moindre projet de réduction du dioxyde de carbone.

       - L’augmentation de la part des énergies renouvelables en Europe doit être pour moitié assurée par la biomasse. Or, d’après certains scientifiques, celle-ci ne permettrait pas de réduire les émissions réelles, contrairement à ce que pense Bruxelles. Dans la majorité des cas, la biomasse sera sans doute issue de l’exploitation non durable de forêts européennes et étrangères, ce qui aura pour conséquence d’augmenter les émissions plutôt que de les réduire. Si la tendance actuelle se poursuit, l’UE pourrait se retrouver à court de forêts exploitables avant 2020 et devrait alors compter sur les économies d’énergie pour réduire sa consommation d’électricité.

       - Sur le plan de l’efficacité énergétique, les objectifs fixés n’ont aucun caractère contraignant et ne seront très probablement jamais atteints. Selon toute vraisemblance, l’UE devrait parvenir à une économie d’énergie de 9% – ce qui est moitié moins que son objectif déclaré. Et pendant que les fonctionnaires de Bruxelles tirent le maximum des quelques mesures dérisoires proposées dans la directive sur l’efficacité énergétique, les pays membres font pression pour que les "mesures antérieures" "comptent double". (...) 
    Suite sur:


    °°°
    "Que tout ceux qui sont dans la vibe lèvent le doigt." 



    Flower duet - Anna Netrebko et Elina Garanca (Lakmé de Delibes)

    Parole de Flower Duet:

    Sous le dôme épais où le blanc jasmin
    A la rose s'assemble
    Sur la rive en fleurs riant au matin

    Doucement glissons De son flot charmant
    Suivons le courant fuyant
    Dans l'onde frémissante
    D'une main nonchalante
    Viens, gagnons le bord,
    Où la source dort et 
    L'oiseau, l'oiseau chante.

    Sous le dôme épais ou le blanc jasmin,
    Ah! descendons 
    Ensemble!

    Sous le dôme épais où le blanc jasmin
    A la rose s'assemble
    Sur la rive en fleurs riant au matin
    Viens, descendons ensemble

    Doucement glissons de son flot charmant,
    Suivons le courant fuyant
    Dans l'onde frémissante
    D'une main nonchalante
    Viens, gagnons le bord
    Où la source dort et 
    L'oiseau, l'oiseau chante.

    Sous le dôme épais ou le blanc jasmin,
    Ah! descendons 
    Ensemble!

    [ Ces sont Flower Duet Paroles sur http://www.parolesmania.com/ ]

    °°°
    Luc Desle (et Jacques Damboise, pour le côté fleur bleue...)
    « "Tous les matins le Résident avait le plus grand mal à sortir de son couffin". Benoît Barvin in "Pensées pensées""La présidente de ce parti extrême conduisait sa voiture comme un panzer". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :