• "Avec son appétit d'oiseau, la fille de l'Ogre faisait tache". Jacques Damboise in "Pensées désavouées".

    ***
    Pensées pour nous-mêmes:

    (NE TENDS JAMAIS TA MAIN AU BOURREAU)

    ***

    "Bon... Maintenant mettre le courant
    et voir si cette fille est vraiment une lumière..."

    En Floride, un détective 
    au cœur d’une telenovela politique

       (...) En Floride, terrain de la convention républicaine cette semaine, un privé est à l’origine d’un scandale de fraude électorale à rebondissement, touchant, justement, des républicains du Sunshine State. Joe Carrillo, un détective privé de Miami, raconte qu’il a été contacté en juillet par un client avec une requête de filature. Sa mission: suivre Deisy Cabrera, une femme de 56 ans soupçonnée d’être une boletera, une trafiquante de votes, pour le candidat républicain à la mairie de Miami-Dade, le comté qui englobe Miami, et d'autres candidats en lice pour un poste de haut-fonctionnaire. La dame sillonne les localités et propose aux personnes âgées hispanophones de les aider à voter par procuration.

       Le 24 juillet, le privé Carrillo a assez d’informations pour contacter la police. Le détective et la police prennent Cabrera en filature, séparément: ils la filment et la photographient au bureau de campagne du candidat républicain, puis faisant des arrêts dans plusieurs appartements avant de se rendre à un bureau de poste. Là, elle dépose au courrier 19 votes par procuration qu’elle aurait complété en faveur des Républicains du comté. Or la loi électorale interdit de signer plus de 2 votes! Peu de temps après la boletera est arrêtée et inculpée pour fraude électorale. Un autre boletero est arrêté dans la foulée. L’affaire fait scandale mais n’empêche pas le Républicain Carlos Gimenez d’être réelu maire le 14 août dernier.

       En résumé, comme le souligne un chroniqueur de Miami, il a fallu qu’un détective privé mâche le boulot de la police pour qu’elle procède enfin à des arrestations après des années de rumeurs sur des votes par procuration frauduleux. Mais qui l’a embauché? Un pompier de la ville d’Hialeah, vice-président du syndicat des pompiers. Eric Johnson affime avoir recruté le détective privé en payant de sa poche «en tant que citoyen exaspéré.» Il se dit ravi du résultat: «Joe [Carillo] est inestimable,” a déclaré le pompier au Miami Herald, “Il a fait en une journée ce que la police locale n’avait pas pu faire en 20 ans.» (...)

    Lire sur:


    ***

    (Le changement climatique induisait des transformations
    assez inquiétantes dans les espèces animales )

    cartier-pulp.illo-1940

    ***

    "Comment ça un député ne peut porter une double casquette?
    Et pourquoi ça Monsieur-Je-Sais-Tout?"



    Comment le député Fillon 
    est devenu consultant VIP
    François Krug

       (...) L’ancien Premier ministre a profité de la fenêtre de tir étroite que lui laissait la législation, entre son départ de Matignon et son arrivée à l’Assemblée nationale. Sauf s’il travaillait déjà comme consultant, un député n’a pas le droit de se lancer dans cette activité après son élection. L’astuce ? Devenir officiellement consultant... juste avant d’être élu.

       François Fillon a baptisé sa petite entreprise 2F Conseil, tout simplement. Début juin, il déposait au tribunal de commerce de Paris les statuts de cette SARL au capital de 1 000 euros, dont il est l’unique actionnaire. Au préalable, il avait ouvert un compte bancaire dans son ancienne circonscription, au Crédit agricole de Sablé-sur-Sarthe.

       Sollicitée par Rue89 ce jeudi après-midi, l’équipe de François Fillon n’avait pas donné suite à nos questions lorsque cet article a été mis en ligne. (...)

       (...) L’ancien Premier ministre ne compte pas travailler uniquement pour le privé. Selon les statuts de 2F Conseil, que Rue89 s’est procurés, il se réserve le droit d’offrir ses services à une clientèle qu’il a bien connue comme chef du gouvernement : « Tout Etat et [...] tout organisme international, européen, national, étatique, régional, départemental, municipal ou local, français ou non [...]. »

       Rentabiliser son expérience et son carnet d’adresses, c’est une tentation bien compréhensible pour les anciens ministres, y compris le Premier d’entre eux. Mais passer du gouvernement à l’Assemblée nationale complique un peu les choses. (...)

       Le consulting, source potentielle de conflits d’intérêts, figure en bonne place dans la liste des activités incompatibles avec celles d’un député nouvellement élu. Voici ce que prévoit l’article 146-1 du code électoral« Il est interdit à tout député de commencer à exercer une fonction de conseil qui n’était pas la sienne avant le début de son mandat. Cette interdiction n’est pas applicable aux membres des professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé [les avocats principalement, ndlr]. »

       Le plus important, ici, ce n’est pas ce qui est interdit, mais ce qui ne l’est pas. La loi offre deux solutions aux députés voulant se lancer dans le consulting :
    . créer sa société avant le début de son mandat : c’est ce que François Fillon a fait, deux semaines seulement avant son élection ;
    . devenir avocat en cours de mandat : c’est ce que François Fillon aurait pu faire – en profitant du décret qu’il avait lui-même signé en avril, permettant aux anciens ministres de devenir avocat sans examen...

       L’ancien Premier ministre, qui aspire à devenir président de l’UMP, a donc parfaitement respecté la loi. A défaut d’avoir vraiment respecté l’esprit de la loi...

       Il pourra difficilement faire valoir qu’avec sa société, il préparait sa reconversion professionnelle en cas de défaite aux législatives. Son élection, dans une des circonscriptions les plus bourgeoises de Paris, ne faisait en effet aucun doute. (...)

    Lire sur:

    ***
    "Hey, les gars, vous pouvez me donner un coup de pattes?
    - Combien tu nous offres?
    - P'tain! Le Capitalisme est vraiment partout!"

    http://firsttimeuser.tumblr.com/

    ***
    Benoît Barvin
    « "On évitait la région où sévissait La Belle au Bois Mordant". Jacques Damboise in "Pensées à contre-pet"."Il attendait, du Temps, un peu moins de sévérité". Benoît Barvin in "Pensées pensées". »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :