• £££

    Pensées pour nous-mêmes:

    (SAGE COMME LE MAGE

    QUI EST EN CHACUN DE NOUS)

    £££

    (Sur la Lune comme sur Terre on tournait en rond)

    £££

     bric-a-brac.org

    Dis, Aoste, tu voudrais pas
    foutre la paix aux végétariens ?
     
       La dernière pub du marchand de jambon n'a pas été réalisée en 1950. Et pourtant, elle fait preuve d'un tel manque d'idées et d'à-propos qu'on pourrait le croire.

       Un curry coloré de légumes d’hiver, un velouté potimarron–panais, du quinoa sauté aux petits légumes, un crumble poireaux-noisettes, des pâtes au pesto d’oseille maison, un risotto aux champignons, des falafels sauce tahin. C’est, en gros, cher Aoste, ce que j’ai pu manger ces derniers jours. Je fais l’impasse sur les entrées et les desserts, je ne voudrais pas trop te mettre l’eau à la bouche.



       Eh oui, Aoste, je ne mange pas de viande et pourtant… Et pourtant, je ne mange pas que du céleri et de la salade à tous les repas. D’ailleurs, tu me croiras si tu veux, mais le céleri, je n’en raffole pas. Et même que moi non plus, personne ne m’a demandé si je voulais manger de la viande ou pas, j’ai choisi toute seule, comme une grande, de ne plus en manger. J’avais d’ailleurs à peu près l’âge du garçon perdu cheveux gras de ta pub.

       Et non, Aoste, je ne suis pas hippie, je ne suis pas malade, je ne suis pas carencée, je ne suis pas triste, je ne suis pas chiante, je ne suis pas en manque. Et surtout, Aoste, ingurgiter le moindre bout de ton jambon ne me ferait pas pleurer. Pas de joie en tout cas.

       Et pourtant, Aoste, c’est à cause de toi, à cause de publicités d’un autre âge comme la tienne, que je dois tous les jours m’expliquer, me justifier, et raconter le pourquoi du comment. A midi, le soir, au restaurant, quand je rencontre de nouvelles personnes. Et j’en ai un peu marre, figure-toi.

       Alors Aoste, dis donc, on est en 2015, non ? Tu dois, j’imagine, avoir quelques moyens – financiers, humains – en termes de stratégie de communication ? Tu voudrais pas un peu innover pour tes pubs ? C’est assez triste, non, d’avoir besoin des végétariens pour vendre tes produits ? D’ailleurs, dis, finalement, tu fais assez peu de pubs pour dire que ton jambon, c’est pas du jambon d’Aoste, en Italie, mais d’Aoste, en Isère.
     
       Et toi qui parles d’authenticité, voire de résistance – j’ai failli m’étouffer avec mon quinoa – à tout bout de champ, tu veux pas nous faire des pubs pour nous dire d’où il vient, ton cochon ? A-t-il déjà vu la couleur du ciel ou seulement celle de son cageot ? Tu dis, dans ton communiqué de presse : « Notre propos dans cette dernière campagne de communication vise à mettre en avant la qualité incomparable et la supériorité du jambon. » C’est-à-dire ? Parce qu’en lisant cette passionnante interview publiée par Télérama, ou même cet article de Politis, j’ai plutôt l’impression qu’on s’y perd un peu, dans tes porcheries…

       Allez, Aoste, j’arrête, je ne voudrais pas m’énerver. Je m’en vais préparer mon steak de tofu.

       PS : mes collègues, parfaitement viandards, sont en train de pouffer en regardant ta pub.« Surtout pour du jambon Aoste, c’est quand même très loin d’être le meilleur », me soufflent-ils…

       PPS : Devant les réactions très négatives à cette pub, Aoste s’est défendu sur les réseaux sociaux :

       « Nous sommes désolés si celle-ci a heurté votre sensibilité. Cette publicité se veut décalée et joue la carte de l’humour. » : voilà le b.a.-ba vu et archi-vu (après la diffusion de pubs sexistes, notamment) de la com de crise, avec un peu de condescendance pour ceux qui ne gobent pas le message, accusés sans le dire de ne pas avoir d’humour. Et si, Aoste, tu essayais la com un rien plus transparente ?

    https://www.youtube.com/watch?v=SASWK5nIlcI

    £££

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • °°°

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE MAÎTRE N'EST PAS

    UN DOUDOU DOUX OU DUR)

    °°°

    (La douce clarté mouvante du thé empoisonné

    occupait tout son esprit enfiévré)

    (via a-fuego)

    °°°

    (Dans le bar fantôme les verres avaient un goût suranné)

    °°°

    (L'attelage de la Mort fut arrêté pour tapage nocturne)

    "Même SDF, ma Belle-Mère avait gardé la même faconde et le même regard féroce". Jacques Damboise in "Pensées incongrues".

    [More Georges Melies | Gifs | Film on Rhade-Zapan]

    °°°

    (Le Résident rentrait incognito d'une de ses

    balades coquines et nocturnes)

    "Même SDF, ma Belle-Mère avait gardé la même faconde et le même regard féroce". Jacques Damboise in "Pensées incongrues".

    http://honeysuckledame.tumblr.com/post/136726647429/

    an-unconventional-lady-harpo-and-groucho-marx

    °°°

    Nadine Estrella


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (SOURIS A LA MORT

    PAR SIMPLE COURTOISIE)

    ***

    "Mais Chérie... AIE!... Je ne rentre pas si tard que ça!"

    http://crashyourcrew.tumblr.com/post/137915056112/when-your-boss-needs-a-mint-asap

    ***

    hublog.canalblog.com

    Vu de Belgique.

    Il n’y a vraiment plus que Sarkozy

    pour croire en Sarkozy

       “Au creux de l’hiver, tandis que les Français passaient à table pour ce qui s’annonçait comme leur pire Noël depuis des années, l’ancien président Sarkozy écrivait un livrerelate le journal belge De Morgen. Et ce dans le plus grand secret”.  (...)

       (...) Histoire de créer l'événement, Nicolas Sarkozy a fait circuler le titre de son ouvrage (La France pour la vie) quelques jours avant sa publication, et Le Figaro en publie les bonnes feuilles ce 22 janvier. “Sarkozy mise sur un tirage de 120 000 exemplaires et espère en faire la pierre angulaire de sa réélection”, constate le quotidien néerlandophone.

       Malheureusement, la France est impitoyable avec ses politiciens. Et personne ne le sait aussi bien que cet ancien chef de l’Etat devenu président du parti conservateur Les Républicains. A ce stade, personne n’a lu l’œuvre, mais au vu des commentaires, la probabilité est forte que la sortie du bouquin, le 25 janvier, n’y change pas grand-chose.” (...)

       (...) Si “Sarkozy travaille à un come-back, il n’y parvient pas encore”, observe encore le journal, qui intitule son article : “Il n’y a plus que Sarko pour croire en Sarko”. D’après une enquête de YouGov, seuls 15 % des Français disent avoir une bonne image de lui. Quant aux militants conservateurs, “nombre d’entre eux avaient déjà des doutes” sur ce retour ; les régionales, où les Républicains n’ont ni écrasé les socialistes ni empêché le FN de se profiler comme le principal parti, ont achevé de démonter les ambitions de Sarkozy. Et imposé une conclusion :   La stratégie de Sarkozy – coller au plus près à l’extrême droite afin de lui piquer un maximum de sujet (sécurité, migrations, identité et euroscepticisme) – n’a fait que renforcer le succès du clan Le Pen.” (...)

       (...) Pendant ce temps, au sein du parti Les Républicains, “le curseur se déplace vers le centre”, écrit De Morgen. Et cette configuration profite à l’ancien Premier ministre Alain Juppé, qui “est aujourd’hui l’homme politique le plus populaire de France”.

       Quant à Nicolas Sarkozy, il a bien sûr toujours une cour de fidèles “qui lui prédisent un soudain regain de popularité. Mais il lui faudrait un miracle pour qu’il remporte la primaire – sans parler de la présidentielle, dans un an et demi”.

     http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-belgique-il-ny-vraiment-plus-que-sarkozy-pour-croire-en-sarkozy

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • µµµ

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LE MAÎTRE EST LE DISCIPLE

    D'UN MAÎTRE INVISIBLE)

    µµµ

    "OK, OK, Nina, tu a le stayle quand tu fumes. Et alors?"

    (Source: will100, via elastromago)

    µµµ

    "Tu veux ma Photo?

    - Nooonnn... Madame.

    - Tant mieux."

    "Elle était Blonde jusqu'à la racine de ses idées". Jacques Damboise in "Pensées équivalentes".

    thebestofwomenincomics:

    Elektra Natchios.

    µµµ

    "Oouaip!

    Un nouveau disque de Sex and Rock'n'roll...

    Mais surtout de sexe..."

    "Elle était Blonde jusqu'à la racine de ses idées". Jacques Damboise in "Pensées équivalentes".

    (via misskittendamore)

    µµµ

    "Touche pas au grishbi, chalope!"

    "Elle était Blonde jusqu'à la racine de ses idées". Jacques Damboise in "Pensées équivalentes".

    http://misskittendamore.tumblr.com/post/137841959832

    µµµ

    Nadine Estrella


    votre commentaire
  • %%%

    Pensées pour nous-mêmes:

    (TON ESPRIT A-T-IL

    HORREUR DU PLEIN?)

    %%%

     

    mrmondialisation.org

    %%%

    lecoindemapoesie.apln-blog.fr

    Faillite de l’Arabie Saoudite dans cinq ans ?

       D’après un rapport du Fonds monétaire international (FMI), les réserves de trésorerie de l'Arabie Saoudite sont en chute libre et le pays pourrait ne disposer que de cinq ans d'actifs financiers (créances restant dues) en grande partie à cause de la chute des prix du pétrole.

       Dans ses enquêtes économiques et financières mondiales, publiées chaque année, le FMI indique que le royaume subira un effet négatif de 21,6 pour cent de son solde budgétaire global en 2015 et de 19,4 pour cent en 2016, une aggravation importante par rapport à un résultat de - 3,4 pour cent en 2014.

       L’Arabie Saoudite dispose actuellement de 654,5 milliards de $ en réserves de change, mais cette liquidité est en train de fondre rapidement.

      L'Agence monétaire d'Arabie Saoudite a retiré 70 milliards de $ sur des fonds gérés par les institutions financières à l'étranger, et a perdu près de 73 milliards de $ depuis que les prix du pétrole ont chuté, selon Al-Jazeera. Il faut rappeler que l’Arabie Saoudite génère 90 pour cent de ses revenus à partir du pétrole.

        En 2015, le royaume wahhabite a utilisé une somme de 32 milliards de $ à une frénésie de dépenses pour célébrer le couronnement du roi Salman Bin Abdulaziz Al Saud.

       Cette même année, l'Arabie Saoudite a également doublé la Russie et repris la troisième place dans le monde pour les dépenses militaires, avec un budget de la défense de 52 milliards de $, et la guerre au Yémen, menée principalement par le royaume, ne montre aucun signe de ralentissement.

    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/faillite-de-l-arabie-saoudite-dans-176680

    %%%

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LA SAGESSE NE SE

    CUISINE PAS)

    ***

     "Mais, Chérie? Qu'est-ce que tu fais là?"

     (Source: idiod)

    ***

     
    Et si le revenu de base
    n’était plus une utopie ?
     
     

       Un salaire sans travailler, en contrepartie du simple fait d’exister. Qu’on le nomme revenu garanti ou universel, allocation de base ou d’existence, ce dispositif, longtemps jugé utopique, est sur le point de se concrétiser en Europe. En juillet, la Finlande, où les trois quarts de la population y sont favorables, a annoncé son expérimentation. Aux Pays-Bas, une quinzaine de villes devraient, dès l’an prochain, verser un tel revenu aux bénéficiaires de minima sociaux. En Suisse, l’idée d’une allocation pour tous a recueilli 126 000 signatures.
     
       En Allemagne, des citoyens vont financer eux-mêmes sa concrétisation via une plateforme de crowdfunding. En France, la Région Aquitaine s’est engagée cet été à plancher sur un RSA inconditionnel. Le mouvement « Bien » (Réseau mondial pour le revenu de base) qui tente, depuis 1986, de propager l’idée, jubile. Avant de céder à notre tour à l’engouement, rembobinons.

        Le revenu de base, késako ?

       « Ce n’est ni un dispositif de charité, ni de l’assistanat, estime Jean-Eric Hyafil, doctorant en économie qui y consacre sa thèse. Il s’agit plutôt d’un nouveau droit, au même titre que le droit de vote ou le droit à l’éducation. » Selon le Mouvement français pour un revenu de base, celui-ci répond à quatre critères : il est universel, versé sans condition, de manière individuelle, et est cumulable avec d’autres revenus. Les dispositifs qui s’esquissent en Finlande, aux Pays-Bas ou en Aquitaine « constituent des étapes dans cette direction », note Jean-Eric Hyafil.

       Pourquoi ?

       D’abord pour « sortir de l’ère de la survie », selon Mathieu Despont, militant du revenu de base en Suisse. Le dispositif vise à garantir à tous une existence où les besoins vitaux – logement, alimentation et santé – seraient satisfaits. Dans un village de Namibie où un projet pilote a été mené en 2008 et 2009, le taux de malnutrition des enfants est ainsi passé de 42% à 10%. En écartant les préoccupations physiologiques, le revenu de base « accroît la capacité des individus à agir et à se prendre en main », estime Jean-Eric Hyafil. Par ricochet, il encourage le développement d’activités non marchandes.

       « Libérés de leurs contraintes financières, les individus sont encouragés à lancer des projets pour lesquels la rentabilité n’est pas immédiate ni même recherchée », poursuit-il, citant l’organisation d’une fête de quartier, le développement des logiciels libres ou la création d’une ferme bio. L’économiste Yann Moulier-Boutang parle alors d’un« revenu de pollinisation ». « Ce que rapportent les abeilles en miel est infime par rapport à la valeur qu’elles créent en pollinisant, souligne-t-il. Il en est de même pour les individus, l’essentiel de la valeur créée peut se faire en dehors des emplois marchands. » Ceci à une condition près, celle d’« une richesse culturelle et éducative suffisante pour donner l’envie aux individus de développer des choses pour la cité », note Jean-Eric Hyafil.

       Pour qui ?

       Dans une forme chimiquement pure, le revenu de base serait universel. Chacun le percevrait, qu’il soit chômeur, salarié, étudiant ou retraité. Pour les enfants le montant serait moins important, et pour les plus riches le gain monétaire serait compensé par une hausse d’impôts. Dans les faits, les mesures s’en approchant sont rarement si inclusives. Au Brésil, la « bourse familiale » s’adresse aux familles les plus pauvres et exige la scolarisation des enfants. En Aquitaine et aux Pays-Bas, seuls les bénéficiaires de minima sociaux seront concernés.

       Combien ?

       Quand certains, comme Yoland Bresson, l’un des fondateurs du mouvement Bien, plaidaient en faveur d’une petite enveloppe, qui avoisinerait les 514 euros de l’actuel RSA, les Suisses tablaient sur un revenu de 2 500 francs suisses (2 800 euros). Les députés ont rejeté l’idée. En France, Yann Moulier-Boutang imagine un revenu proche du Smic.

       Comment le financer ?

       En Alaska, la rente pétrolière suffit. Mais L’Inconditionnel, journal dédié à la défense du revenu de base, présente 16 pistes, de la redevance carbone à la taxe sur les transactions financières en passant par une réforme monétaire. Le dispositif pourrait s’appuyer sur la fiscalité existante : il s’agirait, au choix, d’y consacrer une part de la TVA, des cotisations sociales, de l’impôt sur le revenu ou le patrimoine. Sans compter l’autofinancement, puisque le revenu de base implique la suppression des dispositifs de contrôle et se substitue à certaines prestations comme les bourses étudiantes ou les aides au logement.

      Mesure sociale ou libérale ?

       L’une ou l’autre. Si le montant est faible, le revenu de base risque de n’être « qu’un correctif des inégalités trop flagrantes », estime Yann Moulier-Boutang, qui craint que « les entreprises n’en profitent pour sous-payer leurs salariés ». Dans Misères du présent, richesse du possible (Galilée, 1997), le philosophe André Gorz plaidait pour une somme permettant de « refuser un emploi ou des conditions de travail “ indignes ” ».

       Dans ce cas, « le rapport de force entre employeurs et employés sera rééquilibré », selon Jean-Eric Hyafil. Montant, mode de financement, « le revenu de base, en soi, n’est ni de droite ni de gauche. Tout dépend du système que l’on construit autour », résume Sjir Hoeijmakers, qui a lancé le mouvement aux Pays-Bas. Pas étonnant donc de voir des camps opposés s’en faire les avocats. L’idée fut soutenue par l’économiste libéral Milton Friedman et par le keynésien James Tobin. Quand L’Inconditionnel la présente comme« un tremplin pour un projet de décroissance », en Finlande elle est portée par un gouvernement de centre droit. En France, elle séduit l’ancienne présidente du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, comme le socialiste Arnaud Montebourg.

       Rend-il oisif ?

       En Alaska, où un dividende citoyen existe depuis 1982, seuls 5 % des bénéficiaires choisiraient l’oisiveté intégrale. « La garantie de percevoir un revenu peut encourager à moins travailler, ou passer à mi-temps », reconnaît Jean-Eric Hyafil. Paradoxalement, ce versement automatique supprimerait « les cas où des personnes refusent des contrats en pointillé par peur des démarches à l’issue incertaine pour récupérer leur chômage ou RSA ». Et le dispositif rend possible des investissements nécessaires au démarrage économique. Dans le village de Namibie concerné, les revenus des habitants – en dehors du versement du revenu de base – ont augmenté de 30%.

       Le risque de renvoyer les femmes au foyer ?

       La crainte existe. L’instauration expérimentale d’un impôt négatif, sorte de revenu de base allégé, aux Etats-Unis dans les années 1970, a entraîné une baisse du temps de travail de 15% à 20% chez les femmes, contre 9% chez les hommes. Malgré cet écart, Barbara Garbarczyk, qui milite pour le dispositif en Belgique, estime que celui-ci « va dans le sens de l’émancipation des femmes ». « Un revenu de base, parce qu’il est versé à chaque personne et non à chaque ménage, permet une indépendance économique », résume-t-elle. Impact collatéral, dans les Etats américains l’ayant expérimenté, le nombre de divorces a augmenté.

    http://www.terraeco.net/Et-si-le-revenu-de-base-n-etait,62216.html

    ***

    Luc Desle


    votre commentaire
  • +++

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LA SAGESSE DU SAGE

    EST A TOUT LE MONDE)

    +++

    "Je croyais que tu aimais les fleurs?

    - Oui... Les Petites Filles en fleur, surtout...

    - Oh!"

    http://misterdoor.tumblr.com/post/137624206542

    +++

    "Ce n'est pas faute de lui avoir dit de ne pas faire

    de hors-piste"

    jeffreyhill.typepad.com

    Davos, cette farce

    venue d’un autre monde

    Stephff

       Le Forum économique mondial, ce sommet qui réunit depuis mercredi 20 janvier, comme tous les ans, les grands patrons, chefs d’Etat et leaders d’opinion dans les Alpes suisses, n’est pas autre chose qu’un “vaste spectacle”, écrit The Guardian.

       Dans un article passablement énervé, le quotidien de gauche s’imagine la scène à Davos quand “quelques-unes des personnes les plus riches du monde, du haut de leur montagne, relaieront leur pensée au sujet des risques et opportunités à travers le monde à des journalistes vêtus de vestes de ski. Quand ils parleront d’inégalité des sexes et d’innovation technique. Leur message sera : peu importe les turbulences dans lesquelles se trouve l’économie mondiale, elle reste gérable.”

       Une image qui se marie mal avec l’annonce de l’ONG Oxfam, selon laquelle les 62 personnes les plus riches possèdent 50 % de la richesse dans le monde, peste The Guardian.  

       Il ne faut donc rien attendre de ce sommet, écrit le quotidien, qui s’interroge sur la raison d’être du Forum. Et ce pour la simple raison qu’“il faut arrêter de croire qu’ils jouent selon les mêmes règles que nous autres […], qu’il créent de la richesse, des emplois et de l’investissement, ou qu’ils cherchent à en finir avec leurs paradis fiscaux”.

       A Davos, conclut The Guardian, rien de tout cela n’aura d’importance.

    +++

    Benoît Barvin


    votre commentaire
  • °°°

    Pensées pour nous-mêmes:

    (LES ANNÉES VÉCUES NE TE CONDUIRONT

    PAS FORCEMENT A LA SAGESSE)

    °°°

    "Je te jure que je ne t'ai pas créé!

    - TU-MENS"

    (voix sépulcrale)

    (Source: monsterserial)

    °°°

    "Jean! Tu ne sortiras pas avant de t'être bien coiffé.

    - Bien, Maman..."

    http://zeroing.tumblr.com/post/137485444006/richard-burbridge

    °°°

    (Ma femme aimait beaucoup faire l'intéressante)

    Klaus Kampert

    °°°

    (Quelque chose me disait qu'entre Gerda et Moi,

    la Passion était kaput)

    http://zeroing.tumblr.com/post/137116502926/sarah-joncas

    °°°

    Jacques Damboise


    votre commentaire
  • £££

    Pensées pour nous-mêmes:

    (AIE LA TRANSPARENCE DE

    CELUI QUI NE FAIT QUE PASSER)

    £££

     "Attention!

    Pamela Anderson est là!

    - Où?

    - Hein?

    - Quoi?

    - Qui?"

    (via generic-art)

    £££

    "Combien de machistes vais-je devoir descendre

    pour les empêcher de ricaner à propos des Blondes?"

    Barb Wire

     gizmodo.com

    Pamela Anderson,

    les canards et les médias

    CÉCILE CAZENAVE

       Pamela Anderson a-t-elle la moindre chance de sauver des canards ? On en doute. Non pas que l’ex-star du feuilleton Alerte à Malibu ne soit pas sincère dans son combat pour le bien-être animal. Militante de longue date, l’actrice a déjà mis sa plastique et sa notoriété au service de campagnes diverses. Elle s’est étroitement associéeavec l’ONG Peta contre la fourrure ou pour le végétarisme. Après avoir milité contre le massacre des dauphins aux îles Féroé, elle fait maintenant partie du directoire de l’association Sea Shepherd.

       Bien souvent, la blonde icône du petit écran a accepté de jouer la bimbo qu’elle représente dans des clips sexy au second degré assumé, pas toujours apprécié des autorités. Comme dans celui où elle incarne un agent de sécurité ultrasexué qui déshabille de force les voyageurs portant de la fourrure, interdit de diffusion dans les aéroports américains.

       Pamela Anderson a donc déjà fait ses preuves de militante. Si nous sommes dubitatifs sur son soutien à la députée Europe Écologie - Les Verts Laurence Abeille qui propose ce mardi après-midi à l’Assemblée nationale une proposition de loi sur l’interdiction du gavage des canards, pratique indissociable de la production de foie gras, c’est plutôt que la route est longue et le chemin tortueux pour passer du statut de fantasme sexuel à celui de porte-parole de la cause animale. Sur une suggestion de la Fondation Brigitte Bardot, Laurence Abeille tiendra pourtant bien une conférence de presse à l’Assemblée nationale avec Pamela Anderson, par souci d’attirer l’attention sur le sujet.
     
       « C’est très difficile d’avancer sur les sujets de protection animale à l’Assemblée », explique-t-elle au Figaro, en précisant que le Palais Bourbon est un « écosystème très archaïque ». Nous aurions tendance à penser qu’il n’y a pas que le Palais Bourbon dans ce cas. Et qu’au pays du foie gras, machisme, sexisme et scepticisme face aux thèmes écolos font parfois excellent ménage. En témoigne un échantillon des réactions, présentations et différents portraits que les médias ont relayés et diffusés depuis que la présence de la star au milieu des élus de la République a été annoncée.

       « Affluence record prévue dans l’hémicycle », titre ainsi un article sur le site internet de la radio RTL. Car c’est bien de ce sujet qu’il s’agit avant tout : les édiles, appâtés par la chair fraîche, viendront-ils finalement se rincer l’œil ? On aura fini par comprendre que c’est de canards que la dame viendra parler, ce que résumait très bien, en quelques coups de plumes, le journal en ligne l’Actu, en dessins.

       Pamela Anderson à l’Assemblée, « un coup médiatique un peu trop gonflé », ose volontiers le journaliste de France bleu Jules Brelaz, après avoir fait réagir quelques députés pas particulièrement enchantés par l’arrivée d’une blonde pulpeuse dans leur fief. Jean-Michel Clément, le député socialiste du Sud Vienne, pense même judicieux de se déclarer insensible aux charmes de la dame et horrifié par le superficiel qu’elle représente. « Comme disent mes amis du Sud-Ouest, on va remettre l’église au milieu du village », annonce-il mystérieusement. Mais une fois de plus, force est de constater que de canards, il n’est point question dans ces interviews.

       Un détail qu’a également noté la juriste Muriel Fusi, dans une tribune publiée sur L’Obs Plus.« Ramener le débat sur la plastique de Pamela est en tout cas une manière confortable d’éviter qu’il s’ouvre. Alors que Pamela invite au contraire à se poser les bonnes questions sur la consommation de foie gras », écrit-elle. Le délicat portrait que lui consacre, par exemple, la chaîne I-Télé en fait foi. S’il est vrai que Pamela Anderson mélange médiatiquement les genres et n’hésite pas à donner visuellement de sa personne en toutes circonstances, c’est bien sa personne et pas tellement ce qu’elle a à dire qui intéressait ce matin le présentateur Laurent Bazin et le chroniqueur Valentin Sptiz.
     
       Cela a beaucoup fait rire ce dernier que Pamela Anderson veuille finir sa vie « sur un canoë avec un sombrero sur la tête », et finalement, ça ne dérange personne puisque « ça ne l’empêchera pas de poser nue ». Le ton doux-amer des deux hommes sur l’engagement de l’actrice – laissant grand soin à la seule femme présente sur le plateau de signaler qu’elle a tout de même créé une fondation – était à mi-chemin entre la blague de potache et le mépris. « Ce n’est pas du tout sa plastique qui nous intéresse, c’est sa reconversion à l’écologie », conclut, bien entendu sur le ton de l’humour, le présentateur Laurent Bazin.

       De canard, bien entendu, nous n’aurons pas trouvé une plume. Le journal flamand De Standaarda senti que ça n’intéressait d’ailleurs pas tant que ça, les plumes, et a préféré titrer : « La végétarienne de l’année met le parlement français en extase ». Car, oui, on l’oublie trop souvent, Pamela, en plus de prendre la parole pour les bêtes, est elle-même végétarienne. Ce qui a permis au chroniqueur-humoriste Daniel Morin, dans son billet quotidien sur France Inter, de se fendre non pas de son point de vue acide sur le gavage des canards, mais sur… les végétariens.« Végétarienne de l’année, la classe totale », siffle-t-il en complimentant Pamela Anderson, avant de décrire la journée type de ces débiles arriérés qui ont choisi de ne pas manger de viande.
     
       Tout y passe : douche froide pour préserver la couche d’ozone, utilisation d’un hamster à la place du savon, graines trempées dans du lait de cactus, jogging pieds nus en communion avec la nature et les éléments, yoga qui fait mal aux testicules, déjeuner toujours à base de graines, dos fracassé sur un matelas en bambou, pantalon en fibres de papaye et slip en peau de kiwi. Le final est un bouquet de roses : petite amie pas épilée depuis neuf ans et, pour faire l’amour à la Cro-Magnon,« je lui mets un coup de massue sur la tête et je la ravage ».

       Toujours pas un mot sur les canards, on l’aura noté, au milieu de ce billet d’une grande finesse. Gageons pourtant que ces joyeux lurons se battraient bien pour assister à la conférence de presse de Laurence Abeille sur les palmipèdes, se tordraient le coup pour apercevoir la blondeur de Pamela Anderson et joueraient même sans doute des coudes pour la toucher, au risque d’y laisser quelques plumes.
     
    http://www.terraeco.net/Pamela-Anderson-les-canards-et-les,64174.html

    £££

    Luc Desle


    votre commentaire
  • ***

    Pensées pour nous-mêmes:

    (TES PETITES LUMIÈRES INTÉRIEURES

     PEUVENT ÉCLAIRER LE MONDE)

    ***

    "Décidément, j'avais raison, chéri: tu n'es pas une lumière"

    cryptofwrestling:

    Iconic image of Jackie Coogan as Uncle Fester (1964)

    (via piratetreasure)

    ***

     les-carpes.org

    Affaire Kerviel :

    l'incroyable enregistrement pirate

       Les supérieurs de Jérôme Kerviel l'ont-ils laissé faire ? La Société Générale savait-t-elle ? Voilà huit ans que la question est la toile de fond du scandale financier dans lequel, à l'issue de trois procès, l'ancien trader a été condamné à cinq ans de prison dont trois fermes. Cette interrogation revient aujourd'hui de façon spectaculaire. Alors que la révision du procès est précisément demandée ce lundi par la défense de Jérôme Kerviel, "20 Minutes" et "Mediapart" révèlent un document inédit et aux apparences explosives. (...)

       (...) Personnage-clé du rebondissement du jour : Chantal de Leiris, ancienne vice-procureure du parquet de Paris qui a suivi l'enquête sur les pertes de la Société Générale. Enregistrée à son insu, elle exprime ses doutes. Il s'agit d'une conversation privée, pense-t-elle. Et elle parle. Elle dit notamment : "Dans cette affaire, il y a des choses qui ne sont pas normales. Quand vous en parlez, tous les gens qui sont dans la finance rigolent, sachant très bien que la Société Générale savait. La SG savait, savait… C’est évident. Évident !"

       Selon elle, la banque savait "tout" des pratiques de l'ancien trader Jérôme Kerviel, condamné en mars 2014 pour abus de confiance.

       Autre personnage clé du rebondissement : Nathalie Le Roy, commandant de police chargée à l'époque du dossier, qui avait déjà fait part devant les juges, face à "l'Obs" et dans l'émission "Complément d'enquête" de ses doutes. C'est elle qui a capté cette conversation. L'enregistrement a été effectué en juin 2015 lors d'un rendez-vous entre les deux femmes. "L'Obs" avait enquêté en octobre dernier sur le rôle de Nathalie Le Roy qui après avoir mené sévèrement l'enquête policière sur les actes illégaux de Jérôme Kerviel, a décidé, désormais, de le défendre. Elle faisait part de "son intime conviction".

       Dans "20 Minutes", Nathalie Le Roy indique avoir remis directement l'enregistrement à l'avocat de Jérôme Kerviel, David Koubbi. Elle défend sa méthode, s'estimant lâchée par sa hiérarchie depuis qu'elle a témoigné. La question de la loyauté de la preuve est d'ores et déjà au cœur de la polémique. (...)

       (...) Chantal de Leiris, dans l'enregistrement pirate et selon les retranscriptions de Mediapart et de "20 Minutes", affirme avoir "toujours obéi", alors qu'"ils savent bien que je n'étais pas favorable à tout ça". Ignorant qu'elle est enregistrée et parlant encore en confiance à la commandant de police, Chantal de Leiris met par ailleurs en cause sa hiérarchie. Selon les extraits publiés, elle confie à son interlocutrice : "C'est surtout Michel Maes [chef de la section financière au parquet à l'époque, NDLR]. Sans arrêt, il me disait : 'Tu vas pas mettre en défaut, en porte-à-faux, la Société Générale. Ca a été jugé, t'as pas à y revenir'. C'est eux qui ont voulu à tout prix sabrer (les plaintes). (...) Mais c'est vrai ce que vous dites : vous avez été entièrement manipulée par la Société Générale."

       "L'Obs" n'a pas pu joindre ce lundi les deux protagonistes de ce rebondissement.

       Dans un communiqué, la banque parle de "pseudo-révélations" et "une nouvelle manipulation médiatique", rappelant que la justice a eu "à trois reprises" à apprécier la culpabilité de Jérôme Kerviel". Me David Koubbi, pour sa part, considère dans 20 Minutes que "le parquet s'est gravement compromis" et demande "à François Hollande et (la garde des Sceaux) Christiane Taubira de mettre un terme sans délai aux dysfonctionnements qui affectent ce dossier et gangrènent l'institution".

    http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20160118.OBS2923/affaire-kerviel-l-incroyable-enregistrement-pirate.html

    ***

    Benoît Barvin


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires