• @@@

    (Le fils caché du futur ex Résident 
    vous souhaite un bon vote
    pour 2012!)

    @@@

    "Je n'ose lui demander si elle n'a pas
    trop froid, sans ses voiles"
    Tour du Qatar féminin

    Ce que possède le Qatar en France
    Anne-Marie Rocco

       (...) La Qatar Investment Authority (QIA) et ses différentes émanations – Qatar Holdings, Qatari Diar – investissent à coups de milliards de dollars dans un grand nombre de pays. En particulier au Royaume Uni (Harrods, London Stock Exchange, Barclays, Sainsbury, Canary Wharf) et en Allemagne (Volkswagen, Porsche).
       En France, ses investissements industriels restent relativement modestes, mais le Qatar a procédé à des acquisitions significatives dans l’immobilier et l’hôtellerie de luxe. Voici les principales 
    - Groupe Lagardère : 10%
    - Vinci : 5,8%
    - Veolia Environnement : 5%
    - Suez Environnement : 1%
    - Hôtel Raffles à Paris (ex-Royal Monceau)
    - Centre de conférences international 
    de l’avenue Kléber à Paris (futur hôtel Peninsula)
    - Société fermière des casinos de Cannes 
    (casinos, hôtels Majestic et Gray d’Albion à Cannes) : 22,7%

       Très francophile (tiens donc), la famille régnante du Qatar possède à titre personnel des propriétés immobilières, dont le célèbre hôtel Lambert sur l’île Saint-Louis. Une convention fiscale, modifiée en 2009, prévoit un régime préférentiel aux ressortissants du Qatar, qui sont notamment exonérés de taxation sur les plus-values immobilières (Ah bon? en quel honneur?).

    @@@

    "Moi, ch'est l'accordéon qui boouchte mon cherveau...
    et le fait que mon vieil ennemi chucre les fraises..."

    Le régime qui booste le cerveau
    Joël Ignasse

       (...) Une étude de l’université de l’Oregon est l’une des premières qui a mesuré spécifiquement un large éventail de nutriments dans le sang de sujets plutôt que de se fier à un questionnaire sur leur régime alimentaire. Elle relève les effets positifs d’un taux élevé de vitamines B, C, D, E et d’oméga 3 dans le sang. Les résultats détaillés sont publiés dans la revue Neurology et « montrent clairement que l’activité biologique et neurologique est associée à des taux de nutriments dans le sang » explique Maret Trabet, principal auteur de l’étude.
       Les tests ont été menés sur 104 sujets âgés de 87 ans en moyenne sans facteur de risques particuliers, ils ont permis de quantifier une trentaine de biomarqueurs sanguins et la moitié des participants a également eu une mesure du volume du cerveau par IRM. Parmi les constatations et observations, les auteurs expliquent que les personnes avec les meilleurs résultats cognitifs consommaient régulièrement des acides gras d’origine marine et des fruits et légumes apportant des vitamines B, C, D et E. (...)

    @@@

    "Y'a pas à dire, tu t'améliores...
    - Jusqu'à quelle proportion?
    - Continue et je te dirai ça tout à l'heure."

    Cargo échoué: 
    la qualité des huîtres s'améliore
    (Heu... Ça veut dire quoi, exactement?)

       (...) La qualité des huîtres de la ria d'Etel, concernées par un arrêté d'interdiction de commercialisation après l'échouement du cargo TK Bremen, s'est encore améliorée, a indiqué jeudi la préfecture du Morbihan (une qualité qui s'améliore... Bon...).
       "Cette amélioration se poursuit et permet aujourd'hui d'augmenter encore la zone où la commercialisation est autorisée", indique un communiqué de la préfecture du Morbihan.
       "C'est pourquoi les huîtres situées entre Saint-Cado et Pont-Lorois peuvent désormais être consommées sans risque", poursuit le communiqué (mais cette qualité, elle s'améliore jusqu'à quelle pourcentage? + de 100%, par exemple, c'est possible?... Je suis perdu, moi...).
       Sur les quelque 35 exploitations ostréicoles de la ria d'Etel, trois (contre cinq auparavant) restent concernées par l'arrêté d'interdiction de commercialisation qui ne touche que les huîtres qui n'étaient pas placées en bassins insubmersibles. (...)


    @@@

    "Vivement le XXIème siècle, que nos conditions 
    de travail évoluent positivement..."

    Le travail obligatoire pour 
    les Roms hongrois est devenu réalité
    Baptiste Becquart(Paris)

       (...) Depuis le 1er septembre, le gouvernement nationaliste de Viktor Orbán oblige un millier de bénéficiaires d’allocations chômage, en majorité des Roms, à travailler sur des chantiers publics. A terme, ce dispositif est censé toucher 300 000 personnes. (...)
       (...) Sandor Szöke, qui dirige le "Mouvement des droits civiques hongrois", s’est rendu à plusieurs reprises sur le chantier de Gyönggyöspata, au nord-est du pays. Il témoigne:
       "Avant d’arriver sur le lieu de travail, les personnes doivent parcourir environ 7,5 km. Elles enchaînent dix heures de travail sur la journée. Elles nettoient un terrain boisé en vue de la construction de résidences pour la classe aisée. Les outils semblent tout droit sortis du XIXème siècle: on travaille à la faucille ! Il n’y a rien à disposition : pas d’eau, pas de toilettes, pas d’abri contre le soleil, pas de protection contre les guêpes… C’est humiliant. Le dirigeant du chantier, du parti d’extrême-droite Jobbik, n’a pas hésité à brusquer une dame de 58 ans à demi-paralysée pour qu’elle aille plus vite. La paye est de 180 euros bruts mensuels, pour un travail qui aurait pu être fini en une après-midi par des tracteurs." (...) 

    Lire l'article édifiant sur:

    @@@
    Luc Desle

    votre commentaire

  • ***
    "Moi, mon tricycle, y's'nomme Air Rikiki One..."

    A propos des
    Déplacements du 
    président-candidat Sarkozy : 
    le PS fait les comptes
    Créé le 17-12-2011 à 09h19 - Mis à jour le 18-12-2011 à 08h14 
    (réponse d'un internaute)

       (...) Combien a coûté le déplacement de Sarkozy à Chaumont ( Haute-Marne) le 13 octobre pour parler de la culture ?
       A l’heure où les contribuables vont devoir supporter de nouvelles mesures de rigueur pour éviter que la France ne perde sa note AAA ( voir Nouveau plan de rigueur en préparation), Sarkozy, lui, continue de dilapider l’ argent public avec ses caprices.
       Comment faire compliqué et très cher pour parcourir les 262 km séparent Paris de Chaumont ( Haute-Marne) ? Sarkozy aurait pu prendre un Falcon et atterrir directement sur l’aérodrome de Chaumont-Semoutiers. Mais il a préféré emprunter son Air Sarko One pour atterrir sur la base militaire de Saint-Dizier, à 75 km de là, puis monter à bord d’un des 2 hélicos spécialement acheminés de Paris pour se rendre à Chaumont, où l’attendait une voiture blindée.
       Or, comme la météo était incertaine, une autre voiture blindée l’attendait aussi sur la base de Saint-Dizier, au cas où Sarkozy aurait dû faire le tronçon Saint-Dizier-Chaumont par la route ! Et un gendarme avait été posé à chaque carrefour, sur les 75 km séparant les 2 villes… (...)
       Comme à chaque déplacement de Sarkozy en province ( 2 par semaines, bientôt 3), la ville avait été transformée en forteresse : rues barrées, flics à chaque carrefour, badauds tenus à distance… Installé au milieu d’une ancienne caserne militaire, le Centre Pompidou mobile, que Sarkozy venait officiellement inaugurer, avait des allures de camp retranché. Des syndicalistes qui avaient osé installer des banderoles de la CGT dans la cour de leur entreprise située sur son passage ont ainsi été priés de les retirer. Malgré tout, il s’est trouvé une jeune femme pour lancer de très loin à l’adresse de Sarkozy sa fameuse phrase du salon de l’ agriculture de 2008 : » Casse toi, pov’ con !« . La coupable a aussitôt été interpellée et fait désormais l’objet d’une procédure judiciaire.
       Sarkozy s’est ensuite rendu dans le gymnase du lycée Charles-de-Gaulle pour présider une table ronde sur la culture. En présence de 1000 invités, dont nombre de militants UMP, Sarkozy a en fait tenu un long monologue. Personne ne pouvait poser de questions, à part les 3 « témoins » admis sur scène. Mais Sarkozy s’est dit heureux, à la fin, d’avoir « partagé ».
       Or, pour éviter que Sarkozy ne fasse un petit détour en passant par l’entrée principale afin d’arriver dans ce gymnase, un escalier spécial de ciment, avec rampe, et un chemin goudronné avaient été spécialement construits à son usage exclusif...(...)


    ***
    "Oh Merci, Oh Dieu de l'Argent, de me permettre,
    à Moi et à mes affidés, de nous en mettre
    plein les f... pour pas un rond..."

    Pour avoir une plus claire opinion à propos du coût des déplacements du Résident, 
    nous vous invitons à cliquer sur le lien ci-dessous...

    ***
    "Oh Mon Dieu... Il... Il est dans le salon...
    - Qui? Mais qui?
    - Le petit neveu du demi-frère de la soeur adoptée de la seconde
    épouse du grand-père de la branche italienne de Balkany...
    - AU SECOURS!
    "Le baiser du tueur"

    ***

    Balkany à Lefebvre : 
    "Mon frère, c'est un tueur"

       (...) Patrick Balkany est rarement gêné (ah ça...). Même lorsqu'il s'agit de trancher (terme un peu... heu... violent, non?) entre son demi-frère Julien Balkany, candidat divers droite, et le candidat officiel de l'UMP, Frédéric Lefebvre, dans la première circonscription des Français de l'étranger (Etats-Unis et Canada) (et ceux de la Terre Adélie? on les oublie toujours...):
       "J'ai prévenu Fred : 'Mon frère, c'est un tueur. Il vit là-bas depuis plusieurs années. Tu crois que les gens vont voter pour toi parce que tu es secrétaire d'Etat ? Tu rêves ! Tu vas te prendre une tôle ! (qu'en termes élégants...)'"

    ***
    "Sale Sarkoniste!
    - Quoi? Tu m'insultes?
    T'art'ta gueule... de raie!
    - Allons, allons, mes enfants,
    Calmez-vous... Grand-Papa est dépressif..."

    « Le monde politique est une jungle. »
    Jacques Chirac (!)
    "Jacques Chirac ou la république des cadets"

    (Et Moi j'en suis un des singes?)

    ***
    Benoît Barvin

    votre commentaire
  • @@@

    LETTRES D'INCONNUS (3)
    pcc Benoît Barvin
     pasperdus.canalblog.com
    "Anita en Aimée" 1908, femme fatale
    Huile sur toile peinte en 1908 (194.3 cm x 114.3 cm).



    Cher Vicomte,

       Vous m'avez "eue", ainsi que vous l'avez claironné si élégamment à tout va, il y a quelques heures à peine, chez la Duchesse du Berry. Vous m'avez "eue", ce qui signifie que ma vertu, d'après vous, n'est plus qu'un lointain souvenir...

       Cela a dû vous être difficile de me faire la cour, moi qui suis affligée, par Dame ingrate Nature, d'un défigurant bec de lièvre, ce qui explique - à vos yeux bornés - que je serais encore pucelle à mon âge - 30 ans depuis quelques mois, déjà.

       Une femme, quand même, je le suis, certes, puisque vous n'avez cessé de m'entourer de prévenances et avez osé, parfois, glisser vos doigts agiles dans mes replis soyeux ou moites. Je savais que vous aviez parié, Monsieur le pâle Don Juan, à la reddition rapide de la place-forte que je représentais. Vous eûtes du mérite de m'entourer de sombres prévenances, alors que toutes les donzelles de la région vous tournaient autour. Je sais cependant que vous avez usé de votre "lance à incendie" - toujours votre si adorable poétique! - après ou avant m'avoir juré fidélité et amour indéfectible.

       Je n'ignorais aucunement que vous me trompiez, Vicomte. Vous en gardiez certaines traces, au fond de votre oeil encore allumé par les charmes peu discrets de toutes ces jouvencelles perverses. Cela pourtant ne me gênait pas. Vous étiez là, face à moi, à mes pieds, et j'humais avec fièvre la senteur de votre corps de mâle. Je ne rêvais que d'une chose: vous voir nu, Vicomte, dans votre virile assurance.

       Hier soir, je me suis donnée sans retenue à vous et, je l'avoue le rouge au front, votre dard a éveillé en moi quelques gémissements extatiques. Je comprenais que vous ne resteriez pas avec moi. Qu'ensuite vous iriez vous réfugier dans les bras d'autres filles, bien plus agréables celles-là, et que vous raconteriez par le menu notre joute amoureuse. Peut-être même en vous moquant.

       Vous avez simplement oublié une chose, Vicomte, c'est que les femmes sont de redoutables jouteuses. Vous ignorez que vous avez trempé votre habile lance dans un ventre corrompu, atteint d'un chancre innommable qui me dévore les tripes depuis quelques mois. Un chancre qui est terriblement volatil. De sorte que votre incroyable virilité, mon Cher, ne saurait tarder à en subir les funestes conséquences...

       Me croirez-vous quand je vous dirai qu'à cette perspective, j'ai été saisie d'un trouble que je n'hésiterai pas à qualifier d'érotique? Mais je m'arrête là, mon Aimé, ne voulant pas gâter le doux souvenir de vos caresses et de vos baisers sur mon si agréable bec de lièvre.

      Sachez que je vous suis toute dévouée, Vicomte. Si vous avez besoin à nouveau de mes services, n'hésitez pas à me le faire savoir.

       "Votre" Eugénie de Montfajon.

    @@@

    "J'aime le travail : il me fascine. 
    Je peux rester des heures à le regarder." 

    [Jérôme K. Jérôme]
    Extrait de "Trois hommes dans un bateau"

    "Vous m'apportez quelque chose à manger?
    - Non, à ranger... J'ai l'impression que vous
    ne foutez pas grand chose, hein?"

    @@@

    "Je ne suis jamais entré dans un bureau 
    sans me demander comment m'en échapper."

    [Jacques Sternberg] 
    Extrait de "Vivre en survivant"

    "Ah bon? Je suis encore resté dormir au bureau?
    Et alors?"

    @@@

    "La peur de l'ennui 
    est la seule excuse du travail." 

    [Jules Renard] 
    Extrait de son Journal

    "C'était ça ou servir de fille à soldats...
    Vous parlez d'un choix"

    @@@

    "On ne sait jamais ce qu'il y a 
    dans la tête d'un enfant 
    en dehors de ce que nous y avons mis." 

    [Jean Pourtalé] 
    Extrait d’une interview 
    à propos de son film "Demain les mômes"

    "Je sais dire tuer à tous les temps 
    et en différentes langues...
    C'est mon instructeur qui m'a tout appris"

    @@@

    Nadine Estrella

    votre commentaire

  • ***
    "Ça t'apprendra à avoir maigri 
    de plus de 100 kgs, pignouf!"

    Chasse aux poids lourds 
    chez les chauffeurs routiers

       (...) Au États-Unis, l’obésité est un fléau dans le secteur du transport routier. Sédentarité, repas gras proposés dans les aires de repos, fatigue, il n’est pas facile de changer de mode de vie, mais un nombre croissant de chauffeurs s’y attellent, explique The New York Times. (...)
       (...) Après des centaines de kilomètres au volant, s’il y a quelque chose dont Roy Williams n’avait pas envie, c’était bien de faire du sport. Mais, le jour où ce routier de Denton (Texas) a atteint 183 kilos, il s’est rendu à l’évidence : il fallait changer (de métier? de pays?). Voilà pourquoi l’année dernière, Roy Williams, 58 ans, a pris une décision rarissime dans sa profession : il a entamé un régime et commencé à faire de l’exercice. 
       Ses six canettes de Coca-Cola par jour : disparues. Idem pour les hamburgers, chips et chocolat, qu’il aimait tant. Il se nourrit aujourd’hui d’une boisson protéinée, de melon et de raisin rouge, et d’en-cas de fines tranches de viande et de fromage, sans pain. Il garde dans son camion un vélo pliant avec lequel il file à toute allure sur les aires de repos pendant ses pauses. Il pèse maintenant 151 kilos et prend moins de médicaments contre l’hypertension qu’avant. “Je m’arrête rarement aux relais routiers, pas plus d’une fois par semaine”, explique Roy Williams, qui a passé les trente dernières années au volant d’un semi-remorque. Aux Etats-Unis, 86 % des 3,2 millions de chauffeurs de camion sont en surpoids ou obèses, selon une étude de l’Association américaine de diététique publiée en 2007. La plupart des camionneurs sont payés au kilomètre. Ils ont donc tendance à épuiser jusqu’à la dernière seconde les 11 heures qu’ils sont autorisés à passer sur la route par période de 24 heures. (...)

    Lire l'article sur:

    ***
    "DSK... Lui déjà venir ici voir nous...
    - Heu... Vous êtes sûres?"

    DSK DE RETOUR AUX AFFAIRES 
    LUNDI À PÉKIN (20 décembre 2011)

       (...) L'ex-patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, qui a cessé ses voyages professionnels et discours d'expert depuis qu'a éclaté l'affaire du Sofitel de New York, est intervenu lundi  20 décembre à Pékin dans un forum économique, a-t-on appris samedi 17 décembre auprès des organisateurs.
       DSK a prononcé un discours (de repentance?) de 35 minutes lors d'une conférence organisée par le groupe NetEase, l'un des géants de l'internet en Chine, a indiqué à l'AFP une membre de l'organisation de l’évènement. (...)
    extraits:

       (...) "Nous voyons les pays européens passer d'un plan (de sauvetage) à un autre, d'un sommet de la dernière chance à un autre, toujours sans admettre les pertes (sans s'excuser?), toujours sans permettre une reprise de la croissance (en admettant leur culpabilité?) et toujours en échouant à restaurer la confiance (en raison de la morgue affichée?)", a déclaré (contrit?) Dominique Strauss-Kahn.
       "Avec la récente tempête, le radeau semble ne plus être assez résistant", a-t-il affirmé en parlant de l'eurozone. "Le fait que l'euro soit encore au milieu de la rivière et que l'union budgétaire ne soit pas réalisée le rend très très vulnérable et le radeau semble sur le point de sombrer".(...) (heu... DSK parlait de quoi, exactement?)

    ***
    "Enfin, le modèle africain d'occupation des classes
    est reconnu à sa juste valeur..."

    Luc Chatel tasse les classes à tout-va

       (...) A part la Guyane, toutes les académies, même celles avec plus d’élèves, perdront des postes d’enseignants à la rentrée 2012, du fait des 14 000 suppressions prévues dans l’Education nationale.
       Le Nord et le Pas-de-Calais devront en rendre à eux seuls un millier. Pour les collèges et lycées, les académies les plus touchées seront Lille (589 suppressions), Versailles (495), Nancy-Metz (425), Créteil (362), Aix-Marseille (285), Lyon (263) et Grenoble (260). Pour les écoles : Lille (399), Nancy-Metz (367), Versailles (260), Amiens (235), Créteil (233), Toulouse (227) et Aix-Marseille (219).
       Cette répartition a été dévoilée par le ministère une semaine avant Noël. «On va tasser les élèves, donc je ne vois pas comment on va faire l’individualisation des parcours voulue par [le ministre] Luc Chatel» (individualisation de masse, donc, "une, deux, trois, Einer zwei drei?), dit Christian Chevalier, du SE-Unsa. Les syndicats pensent que le gouvernement va supprimer des postes de remplaçants, d’intervenants en langue, de Rased (établissements spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire) et poursuivre la baisse de la scolarisation des 2-3 ans. (...)




    ***
    "Tu sais que tu es le Grand Rien personnifié...
    - Ta réplique, tu l'as piquée à qui?
    - A mézigues, hé, banane!"


    Luc Besson (le troisième,

    voir épisodes précédents)
    accusé de plagiat pour le film Colombiana

       (...) Le Parisien nous apprend aujourd’hui que deux intermittents du spectacle originaires de Gironde ont porté plainte contre Luc Besson ainsi que sa boite EuroparCorp et un coscénariste, les accusant d’avoir plagié le script du film Colombiana (sorti cet été sur les écrans français), dont le cinéaste était producteur. Selon les deux plaignants, le film ressemble fortement à un court-métrage qu’ils ont mis en scène en 2005, intitulé Le Fantôme de l’Orchidée, dont ils avaient envoyé une copie au réalisateur afin qu’il y jette un œil, ainsi qu’à EuropaCorp (plagier un court-métrage pour en faire un long, on comprend tout...).
       L’avocat du couple a affirmé qu’il disposait de preuves concernant ce plagiat supposé : "L'avantage que l'on a dans ce dossier, c'est un scénario écrit et déposé en 2005 auprès d'une association d'auteurs avec l'histoire qui est la même, ainsi qu'une capture d'internet par voie d'huissier."
       Une affaire de plagiat qui fait écho à beaucoup d’autres dans le monde du cinéma, notamment celles qui ont mêlé Sylvester Stallone pour son Expendables ou encore Angelina Jolie et son premier film Au pays du sang et du miel. (...)


    ***
    Luc Desle

    votre commentaire

  • µµµ
    "Noël au balcon, 
    enrhumé comme un con. "
     Proverbe (catarrheux?)

    µµµ

    « Plus le mensonge est gros, plus il passe. »
     Joseph Goebbels
    http://www.evene.fr/citations/
    (Et plus on l'a dans l'baba?)



    ("Des chiffres à ne surtout pas oublier", 
    disait cet homme politique, atteint d'Alzheimer)
    µµµ

    "LAISSEZ-MOI TRANQUILLE!!!
    JE NE SUIS PAS CELUI QUE VOUS CROYEZ!"

    L'embarrassant courrier 
    de Georges Tron à Pierre Lellouche
    (la gangrène affairiste s'étendrait même
    aux secrétaires d'état? On ne peut y croire...)

       (...) Le courrier, en date du 21 septembre, intrigue les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles. Selon "Le Parisien", son auteur est l'ex secrétaire d'Etat à la Fonction publique et député-maire UMP de Draveil (Essonne) Georges Tron, et son destinataire son ancien collègue du gouvernement, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Pierre Lellouche (UMP).
       Dans cette lettre, Georges Tron, mis en examen pour viols sur deux anciennes collaboratrices de la mairie de Draveil, demande à Pierre Lellouche d'intervenir auprès de l'administration fiscale pour qu'elle soit indulgente avec un certain Willy Bernard, directeur d'une société de panneaux solaires et ex dirigeant du club de foot d'Angers (Maine-et-Loire), condamné début 2011 à deux ans de prison avec sursis pour abus de biens sociaux.
       Toujours selon "Le Parisien", cette demande émane de deux hommes, Noël D. et Thomas N., qui détiendraient un enregistrement sonore d'une des victimes présumées de Georges Tron susceptible, selon eux, de démontrer qu'elle a menti. Ils auraient alors fait pression sur le maire pour qu'il intervienne en échange de la bande.
       Mais cette bande, transmise anonymement au tribunal d'Evry, "n'apporte rien de probant", assure une source proche de l'enquête au Parisien. Ce qui n'aurait pas empêché les deux hommes de se plaindre, en août dernier, du non-respect du "deal". (...) (tant qu'à faire, hein?)


    µµµ

    "Ton cheval, il est même pas casher!"

    Israël, quel est ton nom ?
    (Heu... on a le droit de le dire?)
    Frédéric Koller

       (...) Le Parlement israélien doit prochainement débattre d'un projet de loi qui définirait Israël comme un "Etat juif". Un projet qui isolerait un peu plus les citoyens arabes de ce pays et tendrait encore davantage les relations avec l'Autorité palestinienne. (...) (non? Vous croyez vraiment?)
       (...) C’est le débat qui échauffe les esprits en Israël : doit-on parler d’un Etat juif plutôt que de l’Etat d’Israël ? Un Etat peut-il être juif et démocratique ? (ceci étant, il y aurait aussi des états musulmans et... heu... démocratiques... A ce qu'on dit...) Le Premier ministre Benyamin Netanyahou et ses alliés de l’extrême droite, emmenée par le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, tentent d’imposer ce nouveau vocabulaire à leurs partenaires internationaux. Le parlement israélien (Knesset) a pour sa part été saisi d’une proposition de loi qui définirait de façon plus stricte la notion d’Etat juif en l’inscrivant dans la Constitution : l’arabe ne serait plus langue officielle et la loi hébraïque servirait de source d’inspiration au législateur.
       En acceptant un plan de partage de la Palestine en 1947, l’ONU avait présidé à la création d’Israël comme un Etat pour les juifs, où les droits de la minorité arabe seraient préservés. (dans une fosse à purin?) Parler d’un Etat juif est de nature à changer l’identité d’Israël. La judéité devenant consubstantielle à l’Etat, quelle place sera dès lors faite aux non-juifs ? (...) (on ose une hypothèse: aucune?)


    µµµ
    Luc Desle

    votre commentaire

  • +++

    "Comment ai-je fait fortune? De manière traditionnelle...
    J'ai mis un costume de Père Noël, j'ai recueilli de
    nombreuses pièces et j'ai investi le tout..."

    +++

    (Cette année, le Père Noël avait une drôle de tête)

    "Hihihi... Récession et niquedouilles... Hihihi..."

    +++

    (Soudain Fifi comprit que le type en costume rouge
    n'était peut-être pas un voleur, comme il l'avait
    cru tout d'abord...)


    +++
    "Cher Père Noël,
    je sais que vous n'existez pas,
    et même si vous existiez,
    je ne croirais pas en vous...
    Cependant, toute réflexion faite,
    dans l'hypothèse autrement improbable
    où vous ne soyez pas un mythe,
    voici la liste des cadeaux
    que j'aurai plaisir à recevoir..."

    +++

    "Mon Résidounet... Où te caches-tu?
    J'ai une surprise pour toi... Héhooo..."

    +++

    Blanche Baptiste 
    (avec le concours spirituel - ! - de Jacques Damboise)

    votre commentaire
  • £££

    "Ooohhh... C'est trop meunion... C'est pour moi?
    - Non... Pour le Résident...
    - C'est un réveil?
    - En quelque sorte..."



    £££

    L'équipe de Tu Quoque
    aux futurs électeurs de bonne volonté
    pour que cette année 2012 soit celle
    de nos voeux les plus sincères.
    Joyeux Non-Noël à Tous!

    votre commentaire


  • %%%

    "L'espionnage serait peut-être tolérable 
    s'il pouvait être exercé par d'honnêtes gens. "
     Montesquieu 
    De l'esprit des lois
    roland.grenier1.free.fr
    (et de jolies créatures...)

    %%%

    Questions parlementaires 20 janvier 2011
    E-000144/2011
    Question avec demande de réponse écrite à la Commission 
    Article 117 du règlement Willy Meyer (GUE/NGL)

    Objet: «Opération Europe». 
    Espionnage, menaces et 
    persécution sur le territoire européen 

       (...) Le 20 décembre dernier, le tribunal no 46 de Madrid a déclaré recevable une plainte déposée par différentes victimes de l'espionnage illégal et de la persécution menés sur le territoire espagnol par le Département administratif de sécurité (DAS) du gouvernement colombien d'Álvaro Uribe.
       À Bruxelles également, plusieurs citoyens ont déposé des plaintes à la justice belge parce qu'ils ont été épiés, voire menacés, par de présumés agents du service colombien des renseignements extérieurs, sur les ordres directs du DAS.
       Dans les documents saisis pas le ministère public colombien, on a découvert un véritable programme d'investigations, de suivis, de menaces et de chantages concernant des personnes innocentes qui ne représentaient aucune menace pour la sécurité. De plus, ces documents révèlent la planification par le DAS d'une campagne d'espionnage et de persécution de citoyens européens ou d'exilés colombiens résidant en Europe, ainsi que l'orchestration d'actions contraires aux objectifs de nombreuses ONG et associations défendant les Droits de l'homme en Colombie.
       Les informations recueillies par la justice colombienne comprennent des données indiquant l'implication d'agences de sécurité privée européennes, qui auraient participé aux actions d'espionnage et de suivi de personnes sur le territoire européen.
       En outre, de hautes instances du gouvernement d'Uribe ont, dans le cadre de ladite «opération Europe», planifié la neutralisation de l'influence du système juridique européen, de la sous-commission des Droits de l'homme du Parlement européen, du bureau de la haute commissaire aux Droits de l'homme des Nations unies ou de gouvernements nationaux membres de l'Union. À cet égard, il existe des documents parlant du début d'une guerre juridique et de grandes campagnes de discrédit de ces institutions au sein de la société colombienne.
       La Commission est-elle au courant de cette affaire et en assure-t-elle le suivi? La Commission possède-t-elle des informations complémentaires concernant cette violation des droits fondamentaux des citoyens européens et compte-t-elle prendre des mesures? La Commission a-t-elle fait part de son rejet de ces pratiques et de sa préoccupation aux autorités colombiennes? Au vu de ces faits et de la violation continue des Droits de l'homme en Colombie, où, ces quatre derniers mois, plus d'une vingtaine de syndicalistes ont été assassinés, la Commission entend-elle arrêter le processus de signature du traité de libre-échange et paralyser l'actuel accord multipartite? (...)


    %%%

    "Oui, c'est le brushing que nous avons proposé à notre
    philosophe poète... Pour l'instant, il réserve sa réponse..."
    La "guerre juste" de BHL en Libye
    François DANGLIN

       (...) Alors que le conflit a fait en quelques mois plusieurs dizaines de milliers de victimes, Bernard-Henri Lévy entretient un lien très distant avec les combats. Il compare même ses habitudes vestimentaires à l'uniforme griffé Poiret que J. Cocteau endossa en 1914 pour aller dans les tranchées (p. 55). Si BHL proclame ne pas aimer la guerre (écrite avec un G majuscule), "il en goûte cependant l'idée, le parfum, les paysages, la force romanesque qui participe au plus haut point à formater la légende de son personnage" . Il aime les militaires français à commencer par les aviateurs mais s'interroge sur leurs ministres d'hier et aujourd'hui qui s'opposent à leurs actions "libératrices"
       Pour autant, son récit polémologique ne s'embarrasse pas d'analyses et de détails sur les affrontements. Ne cherchez donc pas d'interrogations sur l'enrôlement des enfants-soldats, les exécutions extra-judiciaires des hommes à la couleur de peau sombre accusés d'être à la solde de Tripoli, un usage disproportionné de la force contre des quartiers résidentiels ou tout autre dérive. Sa distanciation des contingences de la guerre est telle qu'il s'exonère de toute responsabilité même quand il se trouve, de facto, impliqué dans commerce d'armement et, tel un broker, aux contacts des dirigeants de Panhard venus rencontrer le général Younès ou auprès de E. Barak à qui il égrène la liste des armements que le gouvernement israélien pourrait fournir (p. 395).(...) 
       (...) Ceteris paribus, Bernard-Henri Lévy vit d'abord son aventure comme la poursuite d'une saga familiale héroïque (son père a combattu dans les rangs des Brigades Internationales), un parcours révolutionnaire personnel inachevé depuis son engagement pour l'indépendance du Bangladesh mais surtout comme une revanche sur l'Histoire et ses démêlés personnels sur la Bosnie-Herzégovine, le Rwanda et l'Afghanistan avec F.Mitterrand, J.Chirac ou encore A. Juppé. Un vécu qui le rend, de fait, méfiant pour ne pas dire hostile aux institutions de la République. Pour conduire une guerre juste, point besoin de "diplomateux", d'examens parlementaires et pourquoi ne pas prendre des libertés avec la loi internationale (Cf. l'emploi de la force semble avoir été décidé même sans mandat des Nations unies, p. 107) ? 
       Fort de sa capacité d'autofinancement, BHL se veut libre de toute contrainte. Exit donc les interrogations des ministres de la Défense et des Affaires étrangères. On peut même s'abstraire des recommandations officielles de ne pas rendre public tel ou tel aspect des opérations (ex. les livraisons d'armements via le Qatar, le déploiement au sol des forces spéciales, non bombardement de l'aéroport personnel du Guide...). Ceci s'apparente, ni plus ni moins, à un mépris des institutions de la Vème République et à une foi absolue dans les relations inter-personnelles avec la tête de l'exécutif. (...)
    Lire l'article (qui dispense d'acheter le livre... 
    mais qui en avait envie?) sur:

    %%%

    (Ce peuple, affamé, allait tenter de casser 
    les têtes d'oeuf, démocratiquement...)
    "Le changement ne devra pas être 
    uniquement politique", 
    entretien avec Yves Sintomer

       (...) Nonfiction.fr – Vous avez mis en relation la crise de la démocratie et la crise de l’Etat nation. Finalement, ne peut-on pas penser que c’est l’ensemble des catégories issues de la modernité politique qui sont aujourd’hui en crise?(...)

       (...) Il est clair que la démocratie telle qu’elle fonctionne, centrée sur des élections à court termes, centrée sur des carrières politiques de gens qui souhaitent se faire réélire en permanence, centrée sur la pression des lobbys financiers, économiques, sociaux qui jouent un rôle décisif, n’est pas capable d’apporter des réponses à ces problèmes là. Pour l’anecdote, nous l’avons vu encore récemment avec l’intervention d’Areva, entreprise nucléaire qui fait du lobbying auprès d’un candidat et qui remet en cause un accord entre deux parti, et encore, nous avons un financement des partis qui est plus transparent qu’avant et que dans d’autres pays.
       On a donc à faire à une série de crises qui remettent profondément en cause la politique et le cadre républicain et démocratique tel qu’il s’était constitué avec les révolutions française, américaine et anglaise. Il existe en conséquence un très fort besoin de réinvention, à la fois institutionnel et économique (donc des hommes politiques à la hauteur... sans rire, hein?). On peut aussi évidemment évoquer la crise du capitalisme financier, dont on voit bien la difficulté des démocraties à la résoudre et à proposer un autre modèle. Il y a donc toute une série de crises qui se nouent et cela ne pourra pas se résoudre avec quelques rafistolages.(...)

       (...) Nonfiction.fr – Aujourd’hui, lorsque l’on parle de démocratie, il semble que l’on ne parle plus d’un fonctionnement institutionnel, mais d’un idéal. Peut-on parler d’un glissement de la notion de démocratie de cette dimension descriptive à cette dimension normative ?

       Yves Sintomer – la démocratie fait partie de ces mots, assez nombreux dans le vocabulaire politique, qui ont une dimension à la fois descriptive et politique ou normative. Il est difficile d’en parler de façon descriptive sans présupposer des attendus politiques, normatifs, éthiques, extrêmement profonds, que ce soit d’ailleurs pour louer ou pour critiquer : il ne faut pas oublier que le terme de démocratie qui est utilisée aujourd’hui de façon généralement laudative a été pendant longtemps connoté négativement.
       Il y a en effet un constat de dysfonctionnement et d’inadéquation des structures actuelles par rapport à un cours " normal " des choses, une situation où les citoyens n’exprimeraient pas, de façon récurrente et presque structurelle, une insatisfaction par rapport au fonctionnement des institutions du système politique. Et d’un autre côté, on observe une demande de démocratisation accrue de la décision publique et de la politique en général, exprimée par certains courants sociaux ou politiques et qui semble être une aspiration assez largement partagée, mais qui n’est pas unanime. Il ne faut pas oublier qu’il y a, au même moment, le développement de tendances autoritaires, xénophobes ou technocratiques.
       Dans la succession gouvernementale en Grèce ou en Italie, l’une des voies de fuite possibles, dont je ne pense pas qu’elle ait un avenir, est de confier les responsabilités et encore plus de pouvoir à un gouvernement technocratique. Les tendances autoritaires ou technocratiques vont à l’encontre d’une démocratie accrue, que leurs tenants considèrent comme susceptible de mettre en péril, soit les structures d’autorité traditionnelles, soit la rationalité économique et gouvernementale, en cédant aux passions démagogiques et populistes. (...) 
    Lire toute l'entrevue sur:



    %%%
    Luc Desle

    votre commentaire
  • °°°
    "L'oubli économise la mémoire"
    Jacques Perret 
    Belle Lurette

    (Mais pas les futurs inconvénients...)



    °°°
    "Gnouf, gloups... Agagagaaaa... Sniork..."


    (Cet ancien Résident avait à présent un langage bien à lui)

    °°°
    Jacques Chirac, 
    condamné (avec sursis) 
    de la République

       (...) Le 15 décembre, un ancien président de la République – Jacques Chirac – a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour "abus de confiance, détournement de fonds publics, prise illégale d'intérêt", ainsi que le rappelle Libération en Une. L’affaire concernait des emplois fictifs mis en place à la mairie de Paris au début des années 90. Ces emplois ont permis de financer le RPR, l’ancien parti de Chirac, alors maire de la capitale. Âgé de 79 ans et souffrant de troubles neurologiques (son esprit bat la campagne, quoi!), Chirac a décidé de ne pas faire appel.
       Pour Libération, ce verdict délivré après une procédure longue de 16 ans soulève le problème du statut pénal du chef de l’Etat et de son immunité lorsqu’il est en fonction :
       Non pas qu’il soit raisonnable d’imaginer que le président puisse être un justiciable comme un autre (mais pas pour autant déraisonnable...). Mais entre ce non-sens et la quasi-immunité dont a bénéficié Jacques Chirac pendant presque vingt ans, il y a une marge. Nul doute que les meilleurs experts de la chose judiciaire et de la Constitution sauront, ils l’ont d’ailleurs déjà fait, imaginer un autre statut pénal pour le chef de l’Etat, qui permette d’éviter de s’interroger sur l’influence de cette bizarrerie institutionnelle sur le cours de la démocratie. (le Président de la République Française est un irresponsable... heu... juridiquement parlant, bien sûr...) (...)

    ***
    (Les moeurs érotiques de l'Armée turque faisaient jaser)


    Génocide arménien : 

    le Premier ministre turc menace 
    la France de conséquences «irréparables»
    (la guerre? le mépris? la fin du café turc?)

    (AFP) 

       (...) Recep Tayyip Erdogan menace la France de conséquences "graves, irréparables" si elle adopte un projet de loi réprimant la négation du génocide arménien.
       "Je souhaite exprimer clairement que si ces démarches arrivent à terme, les conséquences sur les relations politiques, économiques, culturelles et dans tous les domaines avec la France (la prostitution? le... heu... la... heu...?), seront graves", a-t-il détaillé dans une lettre adressée au chef de l'Etat français.
       Le Premier ministre turc, dont le pays a toujours refusé de reconnaître le génocide arménien, perpétré entre 1915 et 1916, exhorte Nicolas Sarkozy à faire obstacle au projet. "Je souhaite sincèrement que vous tiendrez votre promesse de faire échouer des initiatives de ce genre (le Résident a donc promis quelque chose et Nous, le Peuple Souverain - ahaha! - nous ne serions pas au courant?) et empêcherez ainsi des démarches qui auront des conséquences irréparables" sur les relations bilatérales, dit-il dans sa lettre.
       Recep Tayyip Erdogan appelle en outre la France à faire preuve de "bon sens" et à empêcher que les rapports bilatéraux deviennent "l'otage des revendications de parties tierces", faisant référence à l'Arménie. "Ce projet de loi vise directement la république de Turquie, la nation turque et la communauté turque (menace, l'air de rien?) de France (c'est tout? pourquoi oublier "l'identité turque", "l'âme turque", etc?), et nous le considérons comme hostile (on avait compris, monsieur l'islamiste modéré)."


    ***
    " Vous aussi, vous vendez vos cheveux pour améliorer les fêtes?
    - Heu... pas vraiment..."

    BULGARIE: 
    Mes cheveux contre un repas de Noël
    Dian Morkine | Troud

       A l'approche des fêtes de fin d'année, de plus en plus de femmes se séparent de leurs cheveux qui vont alimenter un marché en pleine expansion. Le reportage du quotidien Troud.
       (...) En une dizaine de jours, j'ai fait le tour des grandes villes bulgares, raconte Ivan. A Roussé [dans le nord du pays, sur le Danube], on a fait les meilleures affaires : presque deux kilos de cheveux ! Le pire, c'était à Vratsa [nord-ouest]. Là, on avait des dizaines de personnes qui voulaient vendre leurs cheveux, mais ils étaient trop courts. Ils se coupaient les cheveux et venaient me demander deux léva en échange. Mais qu'est-ce que je vais faire de ces cheveux trop courts ?" C'est la troisième fois qu'Ivan vient en Bulgarie ; la plupart de ses clients sont des femmes qui viennent lui proposer leur natte de jeunesse. Mais certaines se font couper les cheveux pour l'occasion. Toutes veulent gagner quelques sous de plus à l'approche des fêtes de fin d'année.
       Ivan offre 150 leva pour un kilo de cheveux à condition qu'ils dépassent les 35 cm. Une chevelure de plus de 50 cm peut atteindre les 350 leva le kilo. Le visage illuminé par un sourire, Maria Stavreva sort du salon de coiffure. Elle vient de vendre la natte de sa petite-fille pour 35 leva." Je l'aimais bien, mais ma petite fille est déjà grande, témoigne-t-elle. Et sa natte moisissait dans la garde-robe, alors que là elle va nous permettre d'acheter quelque chose pour les fêtes." (...)
       (...) Le marché de cheveux n'est pas nouveau et il suit les évolutions économiques de l'Occident depuis les années 1960. Mais les femmes blondes désireuses de vendre leurs cheveux deviennent de plus en plus rares, y compris dans les pays de l'Est , jadis considérés comme un eldorado pour les acheteurs en gros. Ivan raconte par exemple que chez lui, en Ukraine, il devient de plus en plus difficile de s'approvisionner en cheveux blonds et longs. D'où ses fréquents séjours en Bulgarie et en Roumanie. "Nous avons aussi des intermédiaires locaux, essentiellement des Roms de Sliven (dans le centre de la Bulgarie), mais les cheveux qu'ils nous proposent sont le plus souvent très sombres, et cela ne nous intéresse pas. Pour lui, la perle rare, ce serait de longs cheveux blancs, qu'il s'engage à racheter "à prix d'or".  (Rappel: la Bulgarie est membre de l'Union Européenne, mais ne fait pas partie de l'Euro...) (...)


    °°°
    Benoît Barvin et Blanche Baptiste

    votre commentaire
  • °°°
    "J'entends la révolte populaire qui gronde...
    - Tu es sûr que ce n'est pas simplement l'orage?
    - Ben..."
    JULES-BASTIEN-LEPAGE-DIOGENES


    Entretiens. Epitecte. Livre 1/52

       Un tyran me dit : «Je suis le maître, je peux tout. 
       - Eh ! que peux-tu ? Peux-tu te donner un bon esprit ? Peux-tu m'ôter ma liberté ? Eh ! que peux-tu donc ? Sur un vaisseau, ne dépends-tu pas du pilote ? Sur ton char, ne dépends-tu pas du cocher ? 
       - Tout le monde me fait la cour. 
       - Mais te la fait-on comme à un homme ? Montre-moi quelqu'un qui te prenne pour tel, qui voulût te ressembler, qui voulût marcher sur tes traces comme sur celles de Socrate. 
       - Mais je puis te faire couper le cou. 
       - Tu parles bien. J'avais oublié qu'il faut te faire la cour comme aux dieux nuisibles, et t'offrir des sacrifices comme à la fièvre. N'a-t-elle pas un autel à Rome ? Tu le mérites plus qu'elle, car tu es plus malfaisant. Mais que tes satellites et toute ta pompe effraient et troublent la vile populace, tu ne me troubleras point ; je ne puis être troublé que par moi-même. Tu as beau me menacer, je te dis que je suis libre
       - Toi libre ! Et comment ? 
       - C'est la divinité même qui m'a affranchi. Penses-tu qu'elle souffre que son fils tombe sous ta puissance ? Tu es le maître de ma carcasse ; prends-la. Tu n'as aucun pouvoir sur moi». 
    (Les nains politiques comprennent-ils ce discours immémorial? 
    Si la réponse est négative, à nous de le leur faire intégrer, qu'en dites-vous?)

    °°°

    « La liberté ne peut être que toute la liberté ; 
    un morceau de liberté n'est pas la liberté. »
    Max Stirner 
    L'unique et sa propriété
    Des photos de moines tibétains humiliés par la police chinoise ont été par l'association Free Tibet. La pancarte autour de leur cou mentionne leur nom, suivi du mot "séparatiste"

    (Et pas de liberté du tout, c'est quoi?)

    °°°

    « Ecrire liberté sur le bord d'une plage, 
    c'est déjà avoir la liberté de l'écrire.
    Même si la mer efface ce mot : 
    la liberté demeure. »
    Jean-Michel Wyl 
    Québec Banana State
    http://images.20minutes.fr/img/home/front-34-short-image-b4468b66-2e5c-47c2-7369-9

    "Allez! Tous à poilé pour niqu... 

    heu, pour faire le buzz... faire la révolution!
    -Yeah!"


    °°°
    « Ma seule liberté est de rêver, 
    alors je rêve de liberté. »
    Benoît Granger

    (La Belle au Bois Dormant se la jouait un peu trop)

    °°°
    « Une liberté qui ne s'emploie 
    qu'à nier la liberté doit être niée. »
     Simone de Beauvoir
    "Vous avez vu ma soeur?
    - C'est qui, ta soeur?
    - Celle au voile sombre.
    - Sombre comment?
    - Moins que le tien, hé, pouf...!"


    °°°
    Jacques Damboise

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires